À SUIVRE

Discours du président Donald J. Trump le 6 juillet 2017 en Pologne

 

Nous sommes venus auprès de votre nation pour transmettre un message très important : l’Amérique aime la Pologne et l’Amérique aime le peuple polonais. Je vous remercie.

Les Polonais ont non seulement enrichi cette région, mais les Américains d’origine polonaise ont également beaucoup contribué au succès des États-Unis, et j’étais vraiment fier de bénéficier de leur soutien lors des élections de 2016.

C’est un honneur profond de me tenir dans cette ville, aux côtés de ce monument érigé en l’honneur de l’insurrection de Varsovie, et de m’adresser à la nation polonaise dont tant de générations ont rêvé : une Pologne sûre, forte et libre.

Le président Duda et votre merveilleuse première dame, Agata nous ont accueillis avec chaleur et gentillesse, qualités pour lesquelles la Pologne est réputée dans le monde entier. Je vous remercie. Je vous remercie sincèrement tous les deux. Et j’adresse aussi au Premier ministre Szydło un remerciement particulier.

Nous sommes également ravis que l’ancien président Lech Wałęsa, si célèbre pour avoir dirigé le mouvement Solidarité, ait également pu nous rejoindre aujourd’hui. Je vous remercie.

Au nom de tous les Américains, permettez-moi aussi de remercier tout le peuple polonais de la générosité que vous avez manifestée pour accueillir nos soldats dans votre pays. Ces soldats ne sont pas seulement de courageux défenseurs de la liberté, mais aussi des symboles de l’engagement de l’Amérique envers votre sécurité et pour votre place dans une Europe forte et démocratique. […]

Le président Duda et moi sortons juste d’une réunion incroyablement fructueuse avec les dirigeants participant à l’Initiative des trois mers (Three Seas Initiative). Pour les citoyens de cette grande région, l’Amérique est impatiente d’élargir son partenariat avec vous. Nous nous félicitons du renforcement des liens économiques et commerciaux au fur et à mesure que vous développez vos économies. Et nous nous engageons à sécuriser votre accès à d’autres sources d’énergie, de sorte que la Pologne et ses voisins ne soient plus jamais pris en otage par un seul fournisseur.

Monsieur le Président, je vous félicite, ainsi que le président de la Croatie, de votre leadership dans cette initiative historique des trois mers. Je vous remercie.

C’est ma première visite en Europe centrale en tant que président, et je suis ravi que cela puisse être ici dans cette splendide et magnifique contrée. Elle est belle. La Pologne est le cœur géographique de l’Europe mais, surtout, nous contemplons l’âme de l’Europe dans le peuple polonais. Votre nation est grande parce que votre esprit est grand et parce que votre esprit est fort.

Durant deux siècles, la Pologne a essuyé des attaques constantes et brutales. Mais tandis que la Pologne pouvait être envahie et occupée, et voir même ses frontières effacées de la carte, elle ne put jamais être effacée de l’Histoire ni de nos cœurs. Dans ces jours sombres, vous avez perdu votre terre mais vous n’avez jamais perdu votre fierté.

C’est donc avec une admiration sincère que je peux dire aujourd’hui que, depuis les fermes et les villages de votre campagne jusqu’aux cathédrales et aux places de vos grandes villes, la Pologne vit, la Pologne prospère et la Pologne prévaut.

Malgré tous les efforts entrepris pour vous transformer, vous opprimer ou vous détruire, vous avez tenu bon. Et vous les avez surmontés. Vous êtes la fière nation de Copernic – pensez à cela -, de Chopin, de saint Jean-Paul II. La Pologne est une terre de grands héros. Vous êtes un peuple qui connaît la véritable valeur de ce qu’il défend.

Le triomphe de l’esprit polonais à travers des siècles de difficultés nous donne à tous l’espoir d’un avenir dans lequel le bien vainc le mal et où la paix remporte la victoire sur la guerre.

Pour les Américains, la Pologne est un symbole d’espoir depuis les débuts de notre pays. Les héros polonais et les patriotes américains se sont battus côte à côte dans notre guerre d’indépendance et dans de nombreuses autres qui ont suivi. Nos soldats continuent de servir ensemble aujourd’hui en Afghanistan et en Irak, combattant les ennemis de toute civilisation.

Du point de vue de l’Amérique, nous n’avons jamais abandonné le droit et le destin du peuple polonais à la liberté et à l’indépendance, et nous ne le ferons jamais. Nos deux pays partagent un lien particulier forgé par des histoires uniques et des héros nationaux. C’est une communauté qui n’existe que parmi les hommes qui ont combattu, ont souffert et sont morts pour la liberté.

Les signes de cette amitié sont dans la capitale de notre pays. À quelques pas de la Maison-Blanche, nous avons élevé des statues d’hommes avec des noms comme Pułaski et Kościuszko. Il en va de même à Varsovie, où des panneaux de rue portent le nom de George Washington et où s’élève un monument à l’un des plus grands héros du monde, Ronald Reagan.

Je suis donc ici, aujourd’hui, non seulement pour rendre visite à un allié de longue date, mais aussi pour le citer en exemple auprès de ceux qui recherchent la liberté et qui en appellent au courage et à la volonté de défendre notre civilisation. L’histoire de la Pologne est l’histoire d’un peuple qui n’a jamais perdu espoir, qui n’a jamais été brisé, et qui n’a jamais perdu son identité. […]

Voici une nation vieille de plus de mille ans. Vos frontières furent effacées pendant plus d’un siècle et ont été restaurées il y a seulement un siècle. En 1920, lors du « Miracle de la Vistule », la Pologne arrêta une armée soviétique vouée à la conquête de l’Europe. Puis, dix-neuf ans plus tard, en 1939, vous fûtes encore envahis, cette fois par l’Allemagne nazie à l’Ouest et par l’Union soviétique à l’Est. Ce fut difficile. Ce fut abominable.

Sous une double occupation, le peuple polonais subit des maux impossibles à décrire : le massacre de la forêt de Katyń, l’Occupation, l’Holocauste, le ghetto de Varsovie et son insurrection, la destruction de cette belle capitale et la mort de près d’un Polonais sur cinq. Une population juive dynamique – la plus grande en Europe – fut quasiment réduite à rien après que les nazis assassinèrent systématiquement des millions de citoyens juifs polonais, ainsi que d’innombrables autres, pendant cette occupation brutale.

Au cours de l’été 1944, les armées nazies et soviétiques se préparaient à une bataille terrible et sanglante, ici, à Varsovie. Au milieu de cet enfer terrestre, les citoyens de la Pologne se relevèrent pour défendre leur patrie. Je suis profondément honoré d’être rejoint aujourd’hui par des vétérans et des héros de l’insurrection de Varsovie. Nous saluons votre noble sacrifice et nous nous engageons à nous rappeler toujours votre combat pour la Pologne et pour la liberté. Je vous remercie.

Ce monument nous rappelle que plus de 150.000 Polonais trouvèrent la mort pendant cette lutte désespérée pour renverser l’oppression. De l’autre côté de la rivière, les forces armées soviétiques s’arrêtèrent et attendirent. Ils regardèrent les nazis ravager la ville sans relâche, assassinant hommes, femmes et enfants dans la plus grande violence. Ils essayèrent de détruire pour toujours cette nation en brisant sa volonté de survivre.

Mais il y a dans le caractère polonais un courage et une force que personne ne pourrait détruire. Le martyr polonais, l’évêque Michał Kozal, déclara : « La capitulation de l’esprit humain est plus horrifiante que la défaite des armes. »

Au cours de quatre décennies de règne communiste, la Pologne et les autres nations captives de l’Europe subirent une répression brutale pour abattre votre liberté, votre foi, vos lois, votre histoire, votre identité – l’essence même de votre culture et de votre humanité. Pourtant, à travers tout cela, vous n’avez jamais perdu cet esprit. Vos oppresseurs ont essayé de vous briser, mais la Pologne n’a pas pu être brisée.

Et quand vint ce jour du 2 juin 1979 et qu’un million de Polonais se rassemblèrent aux abords de la place de la Victoire pour une première messe avec leur pape polonais, ce jour-là, tous les communistes de Varsovie surent que leur système d’oppression tomberait rapidement. Ils durent le comprendre au moment précis du sermon du pape Jean-Paul II où un million d’hommes, de femmes et d’enfants polonais mêlèrent leurs voix en une seule prière. Ce million de Polonais ne demandait pas de richesses. Ils ne réclamait pas de privilèges. Au lieu de cela, un million de Polonais entonnèrent trois mots simples : « Nous voulons Dieu. »

En ces mots, le peuple polonais rappela la promesse d’un avenir meilleur. Ils trouvèrent un nouveau courage pour faire face à leurs oppresseurs, et trouvèrent les mots pour affirmer que la Pologne serait la Pologne à nouveau.

Alors que je me tiens ici devant cette foule incroyable, cette nation fidèle, nous pouvons encore entendre ces voix qui font écho à l’Histoire. Leur message est aussi vrai aujourd’hui que jamais. Les peuple de la Pologne, d’Amérique et d’Europe crient encore : « Nous voulons Dieu. »

Ensemble, avec le pape Jean-Paul II, les Polonais réaffirmèrent leur identité en tant que nation dévouée à Dieu. Et avec cette puissante affirmation de votre identité, vous en vîntes à comprendre quoi faire et comment vivre. Vous étiez solidaires contre l’oppression, contre une police secrète hors la loi, contre un système cruel et vicieux qui appauvrit vos cités et vos âmes. Et vous l’avez emporté. La Pologne l’a emporté. La Pologne l’emportera toujours.

Vous avez été soutenus dans cette victoire sur le communisme par une puissante alliance de nations libres en Occident qui défia la tyrannie. La Pologne a maintenant repris sa place parmi les membres les plus engagés de l’Alliance de l’OTAN comme nation à la pointe d’une Europe forte, intègre et libre.

Une Pologne forte est une bénédiction pour les nations d’Europe, et elles le savent. Une Europe forte est une bénédiction pour l’Occident et le monde. Cent ans après l’entrée des forces américaines dans la Première Guerre mondiale, le lien transatlantique entre les États-Unis et l’Europe est aussi fort que jamais et peut-être, à bien des égards, encore plus fort.

Ce continent n’est plus confronté au spectre du communisme. Mais aujourd’hui, nous sommes l’Ouest, et nous devons accepter de dire qu’il existe de graves menaces contre notre sécurité et notre mode de vie. Vous voyez ce qui se passe là-bas. Ce sont des menaces. Nous les affronterons. Nous gagnerons. Mais ce sont des menaces.

Nous sommes confrontés à une autre idéologie oppressive – une qui vise à exporter le terrorisme et l’extrémisme partout dans le monde. L’Amérique et l’Europe subissent une attaque terroriste après l’autre. Nous allons faire en sorte d’arrêter ça.

Lors d’un rassemblement historique en Arabie saoudite, j’ai invité les dirigeants de plus de 50 nations musulmanes à s’allier pour chasser cette menace qui met en danger toute l’humanité. Nous devons rester unis contre ces ennemis communs pour les dépouiller de leur territoire, de leur financement, de leurs réseaux et de toute forme de soutien idéologique qu’ils pourraient avoir. Bien que nous accueillions toujours de nouveaux citoyens qui partagent nos valeurs et qui aiment notre peuple, nos frontières seront toujours fermées face au terrorisme et à l’extrémisme de toute nature.

Nous luttons âprement contre le terrorisme islamique radical, et nous allons l’emporter. Nous ne pouvons pas accepter ceux qui rejettent nos valeurs et qui utilisent la haine pour justifier la violence contre les innocents.

Aujourd’hui, l’Occident est également confronté à des pouvoirs qui cherchent à tester notre volonté, à saper notre confiance et à mettre en danger nos intérêts. Pour faire face à ces nouvelles formes d’agression, comprenant la propagande, les crimes financiers et la cyberguerre, nous devons adapter notre alliance pour combattre efficacement et de façon différente sur ces nouveaux champs de bataille.

Nous exhortons la Russie à cesser ses activités déstabilisatrices en Ukraine et ailleurs, ainsi que son soutien à des régimes hostiles – y compris la Syrie et l’Iran – et à rejoindre la communauté des nations responsables dans notre lutte contre des ennemis communs, dans la défense de la civilisation elle-même.

Enfin, des deux côtés de l’Atlantique, nos citoyens sont encore confrontés à un autre danger – quoique fermement sous notre contrôle. Ce danger, invisible pour certains, est familier aux Polonais : le broiement continu de la bureaucratie gouvernementale, qui assèche la vitalité et la prospérité des gens. L’Ouest n’est pas devenu extraordinaire grâce à la paperasse et aux règlements, mais parce que les individus ont pu poursuivre leurs rêves et accomplir leur destinée.

Les Américains, les Polonais et les nations d’Europe tiennent en haute estime la liberté individuelle et la souveraineté. Nous devons travailler ensemble pour affronter les forces, intérieures ou extérieures, du sud ou de l’est, qui menacent avec le temps de saper ces valeurs et d’effacer les liens de culture, de foi et de tradition qui font de nous ce que nous sommes. Si elles ne sont pas contrôlées, ces forces minent notre courage, sapent notre esprit et affaiblissent notre volonté de nous défendre et de défendre nos sociétés.

Mais tout comme nos adversaires et nos ennemis du passé l’ont appris ici en Pologne, nous savons que ces forces, elles aussi, sont vouées à l’échec si nous voulons qu’elles échouent. Et nous voulons qu’elles échouent. Elles sont condamnées non seulement parce que notre alliance est forte mais parce que nos pays sont résilients et notre pouvoir incomparable. À travers tout cela, vous devez réaliser que tout est vrai. Nos adversaires, cependant, sont condamnés parce que nous n’oublierons jamais qui nous sommes. Et si nous n’oublions pas qui nous sommes, nous ne pouvons pas être battus. Les Américains n’oublieront jamais. Les nations d’Europe n’oublieront jamais. Nous sommes la communauté la plus vaste et la plus solide. Il n’y a rien d’équivalent à notre communauté de nations. Le monde n’a jamais connu quelque chose comme notre communauté de nations.

Nous écrivons des symphonies. Nous poursuivons l’innovation. Nous célébrons nos anciens héros, embrassons nos traditions et nos coutumes intemporelles et cherchons toujours à atteindre et à explorer de nouvelles frontières.

Nous récompensons les talents exceptionnels. Nous recherchons l’excellence et apprécions les œuvres d’art inspirées qui honorent Dieu. Nous chérissons l’État de droit et protégeons la parole et la liberté d’expression.

Nous donnons aux femmes le pouvoir d’être les piliers de notre société et de notre succès. Nous plaçons la foi et la famille au centre de nos vies, pas le gouvernement ni la bureaucratie. Et nous débattons de tout. Nous remettons tout en question. Nous cherchons à tout connaître afin de mieux nous connaître.

Et, surtout, nous accordons la dignité à toute vie humaine, protégeons les droits de chaque personne et partageons l’espoir de chacun de vivre en liberté. C’est ce que nous sommes. Ce sont les liens inestimables qui nous unissent en tant que nations alliées et au sein d’une civilisation.

Ce que nous avons, ce que nous avons hérité de nos ancêtres n’a jamais existé jusqu’ici. Et si nous ne le conservons pas, il n’existera plus, jamais plus. Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’échouer.

Cette grande communauté de nations a autre chose en commun : dans chacune d’elles, ce sont les peuples, et non les puissants, qui ont toujours formé les bases de la liberté et la pierre angulaire de notre défense. Les gens forment cette fondation ici en Pologne – comme ils l’étaient là-bas à Varsovie – et forment aussi le fondement de l’Amérique, depuis les tout débuts du pays.

Nos citoyens n’ont pas gagné la liberté ensemble, n’ont pas survécu aux horreurs ensemble, n’ont pas fait face ensemble au mal seulement pour perdre ensuite notre liberté par manque de fierté et de confiance en nos valeurs. Nous ne l’avons pas fait et nous ne le ferons pas. Nous ne renoncerons jamais.

Tant que nous reconnaissons notre histoire, nous saurons comment construire notre avenir. Les Américains comprennent qu’une puissante alliance de nations libres, souveraines et indépendantes constitue la meilleure défense de nos libertés et de nos intérêts. C’est pourquoi mon administration a exigé que tous les membres de l’OTAN répondent finalement à leurs obligations financières, complètes et équitables.

À la suite de cette insistance, des milliards de dollars supplémentaires ont commencé à se répandre dans l’OTAN. En fait, les gens sont choqués. Mais des milliards et des milliards de dollars de plus viennent de pays qui, à mon avis, n’auraient pas payé si rapidement.

À ceux qui critiquent notre ferme position, je voudrais souligner que les États-Unis ont démontré non seulement avec des mots, mais aussi avec leurs actions, leur soutien résolu de l’article 5 : l’engagement de défense mutuelle.

Les paroles sont aisées, mais les actes sont ce qui compte. Et pour sa propre protection – et vous le savez, tout le monde le sait, tout le monde doit le savoir -, l’Europe doit faire davantage. L’Europe doit démontrer qu’elle croit en son avenir en investissant son argent pour protéger cet avenir.

C’est pourquoi nous applaudissons la Pologne pour sa décision d’aller de l’avant, cette semaine, dans l’acquisition auprès des États-Unis du système de défense aérienne et antimissile Patriot, testé au combat, le meilleur au monde. C’est aussi pourquoi nous saluons le peuple polonais pour être l’un des pays de l’OTAN qui a effectivement atteint l’indice de référence dans l’investissement pour notre défense commune. Je vous remercie. Merci, la Pologne. Je dois vous dire que l’exemple que vous avez montré est vraiment magnifique, et nous applaudissons la Pologne. Je vous remercie.

Nous devons nous rappeler que notre défense n’est pas seulement un engagement financier, c’est l’engagement d’une volonté. Parce que, comme le rappelle l’expérience polonaise, la défense de l’Occident repose non seulement sur les moyens, mais aussi sur la volonté de son peuple de l’emporter et de réussir à obtenir ce qu’il est en droit d’attendre. La question fondamentale de notre temps est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. Avons-nous confiance en nos valeurs pour les défendre à tout prix ? Avons-nous suffisamment de respect envers nos citoyens pour protéger nos frontières ? Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation face à ceux qui la subvertissent et la détruisent ?

Nous pouvons avoir les plus grandes économies et les armes les plus mortelles de la Terre, si nous n’avons pas de familles fortes et de valeurs fortes, nous serons faibles et nous ne survivrons pas. Si quelqu’un oublie l’importance cruciale de ces choses, laissez-les venir dans un pays qui n’a jamais renoncé. Laissez-les venir en Pologne. Et laissez-les venir ici, à Varsovie, et apprendre l’histoire de l’insurrection de Varsovie.

Quand ils le feront, ils devraient connaître l’avenue de Jérusalem. En août 1944, l’avenue de Jérusalem était l’une des artères principales qui courait de l’est à l’ouest de cette ville, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Le contrôle de cette route était crucial pour les deux camps lors de la bataille de Varsovie. L’armée allemande la voulait parce que c’était le chemin le plus direct pour déplacer ses troupes et former un front solide. Et pour l’armée des résistants polonais, cette rue était le moyen de passer du nord au sud, essentielle pour empêcher le centre de la ville et l’insurrection elle-même d’être divisée et de se décomposer.

Chaque nuit, les Polonais empilèrent des sacs de sable au milieu des tirs de mitraille – c’était un feu horrible – pour protéger un étroit passage à travers l’avenue de Jérusalem. Tous les jours, les forces ennemies les renversèrent encore et encore. Ensuite, les Polonais creusèrent une tranchée. Enfin, ils construisirent une barricade. Et les courageux combattants polonais commencèrent à traverser l’avenue de Jérusalem. Ce passage étroit, de quelques mètres de large, était le fragile cordon qui maintenait l’insurrection en vie.

Entre ses murs, un courant constant de citoyens et de combattants de la liberté se lançait dans un sprint périlleux, très périlleux. Ils traversèrent cette rue en surface, au travers et par-dessous, toujours pour défendre cette ville. « L’autre côté se trouvait à plusieurs mètres », se rappelait une jeune polonaise nommée Greta. La mortalité et la vie étaient si importantes pour elle. En fait, elle dit : « Le secteur mortellement dangereux de la rue était trempé de sang. C’était le sang des messagers, des agentes de liaison et des courriers. »

Des tireurs d’élite nazis tiraient sur quiconque traversait. Quiconque traversait était abattu. Leurs soldats incendièrent tous les bâtiments de la rue, et ils utilisèrent les Polonais comme boucliers humains pour leurs chars dans leurs tentatives de capture de l’avenue de Jérusalem. L’ennemi ne cessa jamais son assaut sans relâche sur ce petit avant-poste de la civilisation. Et les Polonais ne cessèrent de se défendre.

Le passage de l’avenue de Jérusalem exigeait une protection, une réparation et des renforcements constants, mais la volonté de ses défenseurs ne vacilla jamais, même face à la mort. Et lors des derniers jours de l’insurrection, la traversée fragile tint bon. Elle ne fut jamais oubliée. Elle a été tenue par les Polonais.

Le souvenir de ceux qui ont péri dans l’insurrection de Varsovie traverse les décennies, et peu de souvenirs sont plus clairs que ceux de ceux qui sont morts pour construire et défendre la traversée de l’avenue de Jérusalem. Ces héros nous rappellent que l’Occident a été sauvé avec le sang des patriotes ; que chaque génération doit se lancer et jouer son rôle dans sa défense – et que chaque carré de terre et chaque quartier de civilisation vaut la peine d’être défendu de votre vie.

Notre propre combat pour l’Occident ne commence pas sur le champ de bataille – il commence dans nos esprits, nos volontés et nos âmes. Aujourd’hui, les liens qui unissent notre civilisation ne sont pas moins vitaux et ne demandent pas moins de défense que ces arpents de terre sur lesquels reposait entièrement l’espoir de la Pologne. Notre liberté, notre civilisation et notre survie dépendent de ces liens d’histoire, de culture et de mémoire.

Et, aujourd’hui comme toujours, la Pologne est dans notre cœur, et son peuple est dans cette lutte. Tout comme la Pologne ne pouvait pas être brisée, je déclare aujourd’hui que le monde entend que l’Occident ne sera jamais brisé. Nos valeurs l’emporteront. Notre peuple va prospérer. Et notre civilisation triomphera.

Ensemble, combattons tous comme les Polonais – pour la famille, pour la liberté, pour le pays et pour Dieu.

Je vous remercie. Dieu vous bénisse. Dieu bénisse le peuple polonais. Dieu bénisse nos alliés. Et Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique.

-Président Donald J. Trump, Varsovie, le 6 juillet 2017

Traduction : Stéphane Montabert

POUR ALLER PLUS LOIN