Economie - Editoriaux - Politique - 28 octobre 2018

Carburants : la révolte monte et devient politique

Le quotidien Sud-Ouest du 19 octobre avait fait le compte. Pour un couple de salariés travaillant à vingt kilomètres d’Agen et contraint, par leurs horaires et leurs lieux de travail, d’avoir deux voitures, le surcoût annuel imposé par la hausse des carburants correspond à un mois de salaire au SMIC. Oui, un mois de SMIC de plus. Enfin, de moins. C’est peut-être un détail pour beaucoup, vu de la France d’en haut. Mais c’est considérable pour les ménages actifs des classes moyennes et populaires.

Alors, forcément, quand leurs impôts locaux leur coûtent un mois et demi (et c’est la saison de la taxe foncière et de la taxe d’habitation), quand les études du grand sont chiffrées par les organisations étudiantes à environ 10.000 euros par an, cette hausse des carburants est la goutte d’eau dans le verre des colères. Déjà les 80 km/h, qui rallongeaint leurs trajets et leur budget radar, leur avaient laissé le goût amer d’être stigmatisés par le gouvernement Philippe.

Cette colère, c’est celle que ressent, loin des grands centres urbains et des villes bien desservies, où la voiture n’est pas nécessaire, toute la France périphérique. Alors, les initiatives se sont multipliées, recueillant toutes un immense succès sur les réseaux sociaux : pétition sur change.org, appel à des rassemblements et des blocages partout en France le 17 novembre.

Depuis vendredi, la révolte a pris une tournure politique. Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, a ouvertement appel, sur RMC, au blocage du pays le 17 novembre :

« Il faut bloquer toute la France le 17 novembre, il faut que la population française dise à ce gouvernement “Maintenant, ça suffit”, appelant à “changer l’histoire” avec une mobilisation contre ce “scandale absolu”. » 

Il y a sans doute été poussé par la vidéo de l’un des militants de son parti du Tarn-et-Garonne, Frank Buhler, vue 3,5 millions de fois dont le parler cash a fait fureur sur Internet :

« Ce gouvernement de bobos, de gens inconscients qui n’ont jamais vécu la misère humaine, ils s’en foutent complètement, et le Premier ministre a été d’une arrogance incroyable, il a dit “Ça se fera”, hé bien, chiche, chiche ! »

Il est vrai qu’Édouard Philippe, sans doute rasséréné par des sondages le plaçant au-dessus d’Emmanuel Macron, n’a qu’un mot partout où il passe, résumé dans l’entretien qu’il a donné cette semaine aux journaux du groupe La Dépêche : « J’assume tout. » C’est son côté « droit dans mes bottes ».

Marine Le Pen, sur Europe 1, a aussi annoncé que son parti rejoindrait le mouvement le 17 novembre.

« L’ensemble de nos élus et délégués départementaux, de nos fédérations, rejoindra la contestation qui est en train d’émerger. Il va falloir que le gouvernement comprenne que les Français n’en peuvent plus, ils ne peuvent plus se déplacer en voiture […] Nos ministres vivent à Paris, mais dans la ruralité la voiture c’est essentiel. »

Il y eut les Bonnets rouges, il y a quatre ans, puis la fronde des 80 km/h il y a quelques mois. Voici, donc, la colère contre la hausse des carburants.

Édouard Philippe pourra toujours jouer le combat du progressisme – selon la feuille de route du Président – et de la fiscalité écologique, politiser à son tour le conflit en dénonçant le soutien des partis de droite au blocage et miser sur un essoufflement du mouvement. Il ne fera qu’aggraver le fossé entre la France urbanisée et mondialisée et la France périphérique. Et remplir un peu plus le verre des colères. Jusqu’à la prochaine ?

Cher lecteur,
Chaque jour, nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Pourquoi Emmanuel Macron pourrait être obligé de partir

Emmanuel Macron vient de confesser des "conneries", dont l'imposition des 80 km/h. …