Du point de vue des Français de l’étranger, d’Afrique en particulier, les sondages et les médias ne reflètent pas la réalité de terrain de la campagne présidentielle d’Éric Zemmour. Atypique, elle propose une franche alternative plutôt qu’une alternance déguisée. Elle bat son plein et fait discrètement le plein de ralliements dans « l’électorat invisible » qui échappe aux sondages sincères ou truqués, aux médias achetés et orientés.

Innovante et dynamique, cette campagne est fortement mobilisatrice par la « lueur d’espoir », voire la « carte de la dernière chance » qu’y voient de nombreux citoyens attachés, par filiation et par comparaison, à notre féconde mais injustement décriée. À notre identité et à notre nationales déniées au nom d’un projet expérimental de gouvernance mondiale totalitaire. À notre culture riche et généreuse, accueillante si elle est respectée, ouvertement dénigrée et bafouée. À notre mode de vie libre et paisible, tolérant envers l’autre dans des limites acceptables, quotidiennement agressé par des ennemis de l’intérieur et de l’extérieur.

Contrairement aux clichés dépréciatifs, fallacieux et tenaces martelés par des opposants à court d’arguments (prétendus racisme, extrémisme, passéisme, machisme), on ne s’apprête pas à voter Zemmour par rejet ni par regret, par défaut ni par nostalgie. Non par adhérence forcée à un parti d’appareil suiveur de l’air fugace du temps, mais par adhésion positive et spontanée à un mouvement nouveau et exaltant qui, se référant à l’Histoire longue, veut allier sans complexe ni contradiction passé et avenir, conservatisme et progrès, identité et humanité, liberté et solidarité.

Ce réservoir potentiel de centaines de milliers de voix à l’étranger pourrait bien faire la différence. Celui des indécis en voie de ralliement, découragés par la médiocrité des partis traditionnels qui renient leurs racines et leurs valeurs. Celui, surtout, des abstentionnistes, dégrisés du mirage macronien ou lassés de la politique spectacle et qui se manifestent à nouveau, par sursaut de citoyenneté. Quand on pense qu’il y a encore vingt ans, les Français d’Afrique votaient majoritairement RPR, on réalise combien la pantouflarde, privilégiant le monde des affaires, a laissé inconsidérément (quand elle ne s’y est pas ralliée) les activistes gauchistes puis progressistes noyauter des pans entiers de la société par copinage et par formatage des esprits, dont ceux de l’éducation et de la culture, jusqu’à imposer une véritable police orwellienne de la pensée qui préfigure le contrôle généralisé.

De nombreux Français résidant par choix ou par dépit à l’étranger - environ deux millions et demi de nationaux, dont la moitié détiennent deux passeports - en ont une acuité naturelle particulière du fait de leur distance et de leur recul. Lors de voyages occasionnels, ils sont frappés par ces transformations silencieuses mais radicales de la société, imperceptibles sur place au quotidien, frappés par le décalage entre ce que rapporte la presse dominante et complaisante, perfusée de subventions publiques, et la triste réalité décrite par les mots choquants mais réalistes d’Éric Zemmour.

À l’évidence, le tissu de cohésion sociale dans la France profonde dont ils sont issus, celle que méprisent tant les « élites » urbanisées et déracinées, s’est fortement dégradé. De même que s’est dégradée l’efficacité du service public sous toutes ses formes, numérisé et dépersonnalisé à l’extrême dont ils dépendent à l’étranger. Ils attendent d’être mieux respectés et soutenus par une aide financière moins saupoudrée et gaspillée au profit d’intérêts concurrents voire hostiles à la France, ainsi qu’une politique africaine plus exigeante pour agir sur des environnements d’ opaques et corrompus, par une conditionnalité claire et de vrais contrôles dans toutes formes de partenariats, de contrats et d’aides au développement.

En cela, ils ont apprécié la visite et les propos à Abidjan, le 23 décembre dernier, du candidat Zemmour qui, par ce renfort insoupçonné de voix, pourrait bien créer la surprise à la prochaine élection présidentielle.

49041 vues

28 février 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

57 commentaires

  1. C’est assez simple pour faire élire votre favori
    Il suffit d’ être inscrit sur les listes électorales, de recevoir sa carte d’ électeur et surtout de se déplacer ( jamais bien loin ) jusque le lieu de vote
    Aller voter c’est comme à la belote comme on dit chez les chtis las arvétiants n’ ont rien à dire. Tu ne votes pas, tu fermes ta boîte à critiques

  2. Grâce aux politiciens, tous plus médiocres les uns que les autres, qui ont été à la tête du pays depuis 40 ans, que peut-on penser de notre pays, sinon qu’il va de décadence en décadence ? Je me souviens avoir été fier de mon pays, fier d’être français. Il n’en est rien aujourd’hui. Le triste spectacle que la France donne, est motif de honte et de colère. Et cela, hélas, va continuer, avec la clique actuelle, qui instrumentalise la guerre en Ukraine. À moins d’un miracle, l’avenir est sombre.

  3. Soutien total à zemmour notre futur président hors des appareils, magouilles sincère amoureux de notre pays et déterminé à sauver notre civilisation..

  4. En attendant la « glorieuse surprise » de ces adhésions massives en Afrique, en France Éric Zemmour est donné perdant à 65.5% dans un éventuel second tour face à Emmanuel Macron dans un sondage publié par Elab, hier, 1er mars 2022.

    1. Seulement 65.5% ? Vous êtes sûr? Elab ne pense -t-il pas; ne dit-il pas – tant qu’à y être et en même temps pourquoi pas – 120% ? 155% ? Nous pouvons tous faire du sondage de ce même genre : il suffit de prendre une grande louche, et d’y aller de bon coeur dans le sens du portefeuille !
      Ne nous laissons plus flouer, y en a eu assez depuis des mois, des années, pour que nous commencions à voir clair, non ? Et oser, enfin…

  5. Article très réaliste et juste qui remet  » l’église au milieu du village  » et rend à César ce qui est à César. Vu de l’étranger … Zemmour est perçu comme un véritable phénomène, capable de renverser la table avec audace…. Et d’une manière générale il incarne l’espoir, la sincérité et le courage. C’est lui qui fait la meilleure campagne, a su imposer ses thèmes et donner le LA !

  6. Bien vu. Les sondages ne prennent pas en compte les abstentionnistes. Un nouveau Parti ne peut que les inclure en majorité, donc Zemmour serait bien (ce 1 mars) à au moins 28 % (16 plus 12) au 1er tour. Reste à savoir si les français sous prétexte de peur de la guerre ukraine veulent conserver le même Chef à l’Elysée. Il vient d’annuler son meeting à Marseille. S’il pouvait aussi jeter l’éponge sur la présidentielle, pour aller sur le champ de bataille ce serait fameux…

  7. Ce qui laisse présumer que les sondages sont en fait fortement bidouillés ! Il est donc impossible que Macron caracole avec 27 % d’intention de vote . Ce chiffre est non seulement faux mais largement et volontairement surgonflé. Comme toujours les instituts de sondage participent largement et complaisamment au grand cirage de pompes du gouvernement .

  8. Hélas,hélas,hélas…La matraque méiatique concernant les évènements d’Ukraine risque de conduire les bisounours à voter Macron. Celui-ci réélu par Poutine, un gag!

  9. Zemmour ou rien le néant: LREM, le pas grand chose: LR, peut être quelque chose à faire avec RN si non c’est FINI la FRANCE !

  10. On le sait que les sondages sont bidons et que Zemmour est bien plus haut et Macron beaucoup plus bas ,la majorité des médias sont contre lui ça les dérange de nous dire la vérité .

  11. les activistes gauchistes puis progressistes ont en effet noyauté des pans entiers de la société par copinage et par formatage des esprits… ce qui signifie que le premier combat est culturel. Ce que dit EZ va dans ce sen, mais la route sera longue… et semée d’embûches car les progressistes sont que le bras armé d’une caste puissante dont les visées totalitaires apparaissent désormais clairement.

  12. Français vivant à l’étranger je voterai pour Eric Zemmour qui est le seul ò avoir une vision
    réelle de notre France. J’aurai un seul espoir , que pour une fois (qui pourrait être la dernière chance) les français votent pour cesser de mettre la pays entre les mains de dirigeants corrompus et félins . Originaire d’une région qui a subit toutes les grandes invasions je suis attaché à notre patrie et je ne voudrais pas qu’elle disparaisse.
    Ne vous laissez pas tromper une fois encore.

  13. « Non par adhérence forcée à un parti d’appareil suiveur de l’air fugace du temps, mais par adhésion positive et spontanée « .

    Oui, c’est cela . Ajoutez-y l’enthousiasme, la ferveur : Pas besoin de « chauffer la salle », elle réagit et il lui répond . Cela fait une belle différence avec les autres « meeting ».

  14. Cette cohabitation, cf plus bas, peu évidente en fait, aurait pu être évitée (?) si MLP et EZ avaient suivi mon conseil: s’abstenir de concourir….. pour un 45% ou 39% en 2ème tour, en se défaussant sur NDA qui eût effrayé Macron, ajoutant les voix des Ciottistes !
    Les deux hara-kiri avaient à préparer des législatives sérieuses au lieu de celles que l’on va connaître, qui seront calamiteuses avec quelques personnalité élues et rien de plus!
    C’est dommage!

Les commentaires sont fermés.