Un sondage CSA pour le JDD l’affirme formellement : les Français sont majoritairement opposés au recours à l’immigration pour pallier l’effondrement démographique du pays. Les bourgeois libéraux qui, malgré leurs idées larges, ont besoin d’esclaves pour leur livrer des sushis et les raccompagner en Uber en seront peut-être surpris. C’est en soi un excellent signe : à l’exception des 18-24 ans, lobotomisés par la pensée dominante (mais le conformisme passe, comme l’acné), nos compatriotes sont unanimes. Personne ne veut davantage d’immigrés. Il est évidemment très probable qu’on ne leur demande pas leur avis et que des centaines de milliers de clandestins continuent à entrer en France comme dans un moulin. Les filières sont bien rodées (voir le récent reportage de Livre noir aux Canaries). C’est une invasion programmée, décidée, avec des appuis logistiques solides.

Emmanuel Macron, lors de sa conférence de presse, a essayé de traiter (« d’adresser », disent-ils en globish) tous les sujets du moment. Peut-être essayait-il de retrouver la majesté et l’aisance de cette célébrissime conférence de presse du général de Gaulle, en 1961, sans notes et avec un humour bénin très Ancien Régime. Perdu : cassant et grandiloquent, en Kim Jong-un de supermarché, derrière sa table en plastique, il a encore tout raté. Il a cependant évoqué, lui aussi, le problème de la natalité catastrophique des Français. Il l’attribue pour sa part à l’infertilité (donc, on a compris, c’est la faute des perturbateurs endocriniens et tutti quanti : un problème d’écologie, en somme).

Il est intéressant de noter que le président de la République, comme son Premier ministre et comme une bonne partie de son gouvernement, n’a pas d’enfants. Il dit « nos enfants » aux journalistes, parce qu’il pose au petit père du peuple, mais il n’a jamais changé une couche, jamais arraché une dent de lait, jamais déposé personne à l’école ni essayé de comprendre un devoir de maths. Il n’a jamais consolé de chagrins futiles, jamais préparé de gâteaux en en mettant partout, ni chanté de comptines. Il n’y connaît rien : qu’il la ferme !

Mais, à bien y réfléchir, tous ces Français qui refusent l’immigration mais refusent également d’avoir des enfants ne sont-ils pas aussi incohérents que notre bon maître ? La France va décliner si elle ne se repeuple pas. Nous ne sommes pas le Japon : nous ne fabriquerons pas de robots pour nous bercer dans notre vieillesse. Alors, amis Français qui aimez votre pays, il est peut-être temps – et pardon d’être un peu trivial - de joindre le geste à la parole. Le monde des « droitards », le premier, est rempli de gens inconséquents : ils postent des photos de modernes familles Ingalls, de petites filles aux cheveux tressés, de pères et d’enfants qui jouent dans les champs de blé, de chromos américains où des tribus bien peignées vont à la messe en cravate, de mères qui rayonnent dans la si fragile, si particulière et si émouvante force de la grossesse et, malgré leur fascination pour les familles (de préférence nombreuses), ils n’ont pas d’enfants. C’est absurde. La gauche est le camp de l’idée contre le réel, pas la droite. Nous marquons contre notre camp, avec ces armées de célibataires fanatiques qui vivent dans des rêves dont ils ne posent pas le premier acte.

Si nous voulons arrêter le remplacement de notre peuple, il est peut-être temps d’en fabriquer un nouveau. Frédéric Mistral, cité par Julien Langella en exergue de son livre Refaire un peuple : Pour un populisme radical, disait : « Il ne s’agit pas seulement de faire une majorité électorale, il s’agit de refaire un peuple. » Nous en sommes là. Moins de postures, plus d’enfants. Pour paraphraser Clint Eastwood dans Le Bon, la Brute et le Truand, le monde se divise en deux catégories. Il y a ceux qui le refont et ceux qui le repeuplent. On n’en sortira pas autrement et, pour l’écrasante majorité d’entre nous, nous ne laisserons rien d’autre sur Terre que le prolongement de nos lignées. Un peu d’amour et de don de soi, que diable ! Ce n’est pas la plus désagréable des façons de militer.

5522 vues

18 janvier 2024 à 20:30

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

74 commentaires

  1. Il est aberrant que Macron accuse l’infertilité (tant masculine que féminine). Rappelons-nous qu’il y a 3ans, alors que l’Europe avait acheté des tonnes de vaccins, elle (la fameuse VdL) faisait oeuvre de charité en en offrant beaucoup aux pays africains……… qui n’en ont pas voulu et ne s’en sont pas servi, préférant rester à la quinine, sous prétexte que ces « vaccins », en modifiant génétiquement le corps humain, allaient les rendre stériles. 3ans après, la preuve est faite.

  2. Avec une guerre à notre porte (l’Ukraine) et un Président qui appelle à la guerre, des mercenaires français qui y aurait été vu, instructeur ou autre, et à gagner absolument contre une des plus grandes puissance militaires au monde, je sais que moi si j’étais en âge d’avoir enfants je en serai pas emballé…..Les immigrés qui débarquent aidés par des ONG ne savent pas que si ça continue ils porteront l’uniforme…..comme les Wisigoths en Rome antique et ont contribuer à l’effondrement de l’Empire, qu’ils nous préparent à Bruxelles et qui à nouveau s’effondrera

  3. Pour inciter les Français de souche à faire des enfants il faudrait déjà être un modèle en matière de procréation. Quand un jeune mâle est en pleine force pour procréer il devrait s’interdire d’épouser une femelle en pré ménopause qui ne lui donnera aucun enfant. Combien d’enfants va avoir le ci-devant Macron, combien d’enfants vont avoir les ci-devant Attal, Séjourné, Dussopt. On en arrive à la question de la polygamie. Si des mâles refusent de procréer il va falloir, pour assurer la pérennité de l’espèce humaine, que ceux qui sont en capacité de le faire fécondent plusieurs femelles. Certains l’ont bien compris et pratiquent déjà au vu et au su de tous surtout de la CAF.

  4. Que la France aille un peu mieux et vous verrez le nombre de naissances augmenter. Quand les gens voient ce que devient notre pays et l’Europe en général, ils n’ont pas envie de mettre de futurs malheureux sur terre et nous pouvons les comprendre.

  5. Plus d’enfants mais 230.000 avortements, un record.
    La jeune génération est égoïste, et j’inclus mes enfants, pas envie d’être dérangés, ils veulent sortir et voyager. Je suis persuadée que l’ouverture de crèches faciliterait grandement la natalité. Les femmes pourraient travailler l’esprit libre dans la journée. Mais tant de villes n’en ont pas ou sont privées et coûtent une fortune .

  6. Comme le soulignait à juste titre un commentateur dans une émission consacrée après l’intervention du chef de l’ Etat sur ce sujet , Hollande a initié ce désastre de la politique familiale et Macron lui a emboité le pas.
    S’il nous faut voir disparaitre une civilisation au détriment d’un repeuplement par des populations extra européennes , les années sombres sont devant nous , pour ma part je ne serait plus dans ce marasme mais je suis inquiet pour mes petits enfants qui vont vivre ce bouleversement démographique et civilisationnel.

  7. Regardez le début du film « Idiocracy » (titre « français » Planet Stupid ») , ça pose très bien le problème .

  8. L’égoïsme et le plaisir donné par l’argent ne peuvent remplacer une vraie famille, c’est-à-dire un père, une mère et leurs enfants acceptés quel que soit leur sexe et leur apparence et non rejetés avant même leur naissance. L’avortement volontaire est en réalité un crime que l’on ne veut pas nommer. Si l’on revenait à la religion catholique, on ferait ses prières et on demanderait pardon à Dieu et on Lui demanderait son soutien et… on l’obtiendrait.

Les commentaires sont fermés.