Editoriaux - Société - 6 octobre 2019

Vous cherchez un géniteur pour tomber enceinte ?

Pour ses publicités, Facebook utilise un algorithme dont le fonctionnement est curieux : alors qu’il n’y avait aucune chance que je puisse être intéressé, le réseau social a affiché sur mon profil l’annonce d’un site dont je préfère taire le nom. J’ai d’abord cru, en la lisant, que j’étais victime d’une blague à la Gorafi, mais non : tout était sérieux.

Je vous cite les termes employés sans en changer un mot : « Vous êtes une femme et vous souhaitez un enfant, seule ? Trouvez ici un géniteur pour aider à tombez (sic) enceinte. Vous êtes un homme ? Devenez géniteur et aidez une femme à devenir maman ! Vous êtes célibataire et souhaitez avoir un enfant sans être en couple ? La coparentalité est faite pour vous : rencontrez l’Homme ou la Femme qui vous convient et faites un enfant ensemble ! Devenez coparent ! »

Dans le premier cas, on parle de géniteur. L’homme ne donne que son sperme, sans plus. Dans le second, c’est le désir d’enfant qui prime avant tout. La femme peut faire son marché et regarder les profils. J’ai eu la curiosité d’essayer. Les annonces sont vagues : le monsieur précise sa taille, son poids, la couleur et la longueur de ses cheveux, s’il est fumeur. Je n’ai vu aucune photo.

Bien sûr, si on réfléchit, cette offre n’est pas foncièrement différente de la PMA pour femme seule ou du don de sperme. D’une certaine manière, elle est peut-être plus saine, puisque la femme choisit le profil du géniteur de son enfant et ne se base pas sur une éprouvette anonyme. Néanmoins, le principe de ce site m’a choqué, car il vend des informations conduisant à la naissance d’un enfant. Cette publicité illustre la dérive redoutée par les opposants à la PMA et montre que leurs craintes sont fondées.

Consulter cette annonce m’a profondément déprimé. Comment notre espèce a-t-elle pu arriver à un tel degré de déshumanisation ? Qu’est-ce qui a déraillé dans notre civilisation occidentale pour qu’un réseau social affiche de telles publicités ? Pourquoi les services de M. Zuckerberg ont-ils pu laisser passer cette annonce, eux qui empêchent toute publication un peu trop légère ou jugée trop politique ?

Bien entendu, les « progressistes » vont s’offusquer de ma réaction qui trahit son « réactionnaire ». Justement, la loi qui se concocte actuellement à l’Assemblée nationale permettra d’éviter ces dérives, etc. Qui peut le croire ?

À lire aussi

L’Observatoire international des prisons risque la faillite

La France compte environ 74.000 prisonniers avec un taux d’incarcération de 103 pour 100.0…