En déplacement à Montargis, ce 1er janvier, Gérald Darmanin a affiché sa satisfaction. Dans ce qui est devenu la ville symbole des émeutes de juin dernier, le ministre de l'Intérieur s’est appuyé sur cet indicateur désormais traditionnel qu’est le nombre de voitures brûlées pour justifier d’un réveillon « calme » sur tout le territoire : « 745 voitures brûlées », soit, selon lui, « 10 % de véhicules brûlés en moins par rapport à l’année dernière. L’année dernière, c’était déjà 20 % de moins par rapport à l’année d’avant. » Le message est clair : grâce à l’excellente conduite du ministère de l’Intérieur, on tient le bon bout ! On dit merci qui ?

Réveillon « calme »

Passons sur l’indécente autosatisfaction, que goûteront les 745 propriétaires de voitures brûlées. Et, au-delà, tous ceux qui n’ont pas franchement passé ce réveillon « calme » dont s’est félicité Gérald Darmanin : le jeune homme mortellement poignardé sur le quai de la gare de Saint-Just-en Chaussée (Oise), l’autre jeune homme, entre la vie et la mort, à Grandvillars (Territoire de Belfort), poignardé pour avoir demandé à des jeunes, alors qu’il revenait du réveillon avec sa femme, d’arrêter leurs pétards, ou encore la septuagénaire d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne) violée à son domicile, devant son mari handicapé, à 7 heures du matin, ce 1er janvier.

Passons, encore, sur l’incroyable déploiement des forces de l’ordre pour parvenir à ce résultat : 90.000 gendarmes ou policiers mobilisés sur tout le territoire, soit l’effectif opérationnel maximum théorique.

Passons, enfin, sur l’implacable constat qui en découle : l’État, comme tous les États en situation de délitement avancé, ne tient que - difficilement - par la force d’une garde prétorienne, silencieuse, dévouée, corvéable à merci. Que l’une de ses caractéristiques soit qu’elle a voté majoritairement Marine Le Pen, aux dernières élections, ne manque pas de sel : pour l’extrême droite séditieuse, on repassera.

« Darmaninade »

Oui, passons sur tout cela, pour s’arrêter sur un chiffre, éloquent, car après les supporters anglais, Kevin et Matteo, l’ultra-droite et la psychiatrisation des attentats, il illustre l’incroyable capacité de Darmanin à jouer avec la vérité. On se souvient des « raffarinades », néologisme inspiré du mot « tartarinade » pour qualifier les sorties de Jean-Pierre Raffarin. On pourrait forger aussi un autre mot : « darmaninades ». Cette dernière « darmaninade » vaut son pesant de mauvaise foi. Ou de graves difficultés en arithmétique.

C’est Pierre Sautarel, du site Fdesouche, qui, le premier, a levé le lièvre : il y a exactement un an, le 1er janvier 2022, en marge d’un déplacement cette fois à Mayotte, Gérald Darmanin avait dressé de la même façon le bilan de la nuit du réveillon : il s’était vanté alors, en effet, d’une baisse de 20 % des voitures brûlées, comparé au réveillon de l’année passée : 690 véhicules brûlés répertoriés, contre 874 en 2022.

Un enfant de CE1 sait que 745 est supérieur à 690. Un enfant de CM1 est capable de calculer que le bilan, cette année, n’est pas inférieur de 10 % à celui de l’an passé, mais supérieur de 8%.

Interrogé à ce sujet, ce 2 janvier, par nos confrères de Valeurs actuelles, le ministère de l'Intérieur leur a expliqué que 690 était un chiffre temporaire : le bilan au 1er janvier a été revu à la hausse dans les jours qui suivent, à 811. Mais il en sera, dans ce cas, de même pour le réveillon 2024. Et l’honnêteté oblige à une comparaison date à date. Le chiffre temporaire 690 ne saurait être mis en balance avec le chiffre définitif de 811 de l’année passée.

Si les chiffres ont été corrigés, les pourcentages qui en découlent doivent l’être aussi. Les 10 % de baisse annoncés sont faux, puisque les données permettant de le calculer sont biaisées.

De même pour le pourcentage annoncé le 1er janvier de l’année dernière : si nous sommes passés, ensuite, de 690 à 811, la baisse de 20 % revendiquée comme une victoire, quand on parlait de 690 voitures, ne tient plus. Mais Gérald Darmanin l’a encore mise en avant, ce 1er janvier.

Une question : avec quels autres chiffres, dans quel autre domaine, Gérald Darmanin fait-il le même genre de tour de passe-passe ? Et quel crédit accorder à sa parole ?

22636 vues

02 janvier 2024 à 19:57

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

83 commentaires

  1. Ils devraient bruler sa voiture et sa maison il aurait certainement un autre raisonnement pour parler des violences de la nouvelle année .

  2. Étonnant que notre fringant ministre n’ai pas évoque la fraude possible à l’assurance par les victimes. Après les supporters anglais, les Matéo et les Kevin ça aurait complété le tableau.

  3. Suite de ci-dessous : M. le Ministre a chaussé des lunettes de Directeur de Thèses ( donc du très sérieux ! ). Futur Premier Ministre ? Oui, certes…

  4. Churchill lui, expliquait ouvertement _ mais en plaisantant sans doutes _ qu’il ne croyait qu’aux chiffres ( statistiques ) qu’il avait trafiqué lui-même… Là, un léger « mieux » semble une grande victoire. Péguy expliquait qu’il n’y a rien de pire que les esprits habitués ( au fatalisme ).

  5. Mais il ne fait que ça, tricher avec des chiffres qu’il ressasse à l’infini, inventer des fables et jouer les gros bras pour brasser du vent…

    Il en remet une couche à Marseille à propos du trafic de drogue, sa politique du chiffre annoncé et détourné empêche les vrais enquêteurs de remonter les filières et d’espérer attraper les gros poissons…

    Ce sinistre méprisant et détestable n’a qu’une politique du « petit coup » en essayant d’en tirer un profit politique grâce à ses mensonges que désormais tout le monde voit !

  6. A peine les « bons résultats » du nouvel an estourbis, voici notre générald en chef flânant sur la cannebière, d’où il vantera probablement ses exploits de l’intérieur. L’action gouvernementale en matière de lutte contre les cartels fait sourire, elle est comparable à la compétition entre deux nageurs. L’un évoluant avec une combinaison flottante et de longues palmes, tandis que l’autre nage avec des gants de boxe, un gilet pare balles et des chaussures de sécurité.

  7. Au delà des affligeants mensonges de Darmanin dont il prétendra ensuite qu’ils n’en sont pas, sa communication en générale est pour le moins cocasse, parmi les perles de celle ci, on notera ses citations churchilliennes de fond de cuve. On peut résumer de la sorte, les palabres du personnage: Un « Jacouille la fripouille » étalant son vocabulaire, devant les membres de l’académie française.

  8. toujours pas de nouvelle de mon avis ??? modifier des constatations c’est mentir , c’est être soudoyé par 40 % de réduc d’ impôts , honte à ces gens .

  9. Et en comparaison des années 1960, 1970, 1980, ça fait combien en moins de véhicules brûlés et de coups de poignards motels et de viols ? ! ! ! Allons nous vraiment vers une mondialisation immigration heureuse ? où est ce notre guerre civile à bas bruit à nous, nos mini drones ogives sans savoir sur qui elles tomberont ?

Les commentaires sont fermés.