« Les femmes sont tellement menteuses qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’elles disent », affirmait cet affreux macho de Courteline, qui en serait aujourd’hui « cancellisé » à la minute. Pourquoi cette phrase me revient-elle en mémoire ?

Sans doute parce que j’ai encore dans l’oreille les mots de notre Président, en novembre : « La vaccination doit se faire de manière claire […] Et je veux aussi être clair : je ne rendrai pas la vaccination obligatoire. »

Autant dire qu’en vertu du « en même temps », nous y allons tout droit, du moins pour les dans un premier temps ; car c’est ce qui se mijote dans le texte de loi qui pourrait être voté dans quelques semaines et dont le gouvernement teste actuellement les pistes sur divers acteurs. Sans exclure dès maintenant – Castex dixit« que cette obligation mériterait d’être étendue plus largement ». Probablement aux catégories professionnelles qui croisent beaucoup de monde, ce qui pourrait finir par faire… beaucoup de monde !

Il semble toutefois qu’ ne soit pas au courant : « Si ce débat vaut pour les soignants, il ne vaut pas pour la population générale », vient-il de déclarer, confirmant l’harmonie gouvernementale que le monde nous envie…

Il est vrai qu’alors que médecins libéraux et hospitaliers sont en grande majorité vaccinés, le monde sanitaire comprend encore d’inexplicables poches de résistance, souvent en proportion inverse du niveau d’études, et particulièrement dans les et les établissements de soins de suite.

Mais dès lors que l’on a postulé la vaccination comme unique rempart contre la pandémie, l’obligation vaccinale en infère quasi automatiquement dès lors que le produit est disponible.

Même si, pour la forme, des simulacres de « débats démocratiques » sont mis en scène, parce que gels, masques, confinements, couvre-feux et quarantaines ont largement permis de tester la résilience des Français à ce qu’on peut leur imposer, et trancher entre les « Gaulois réfractaires » de et les « veaux » du général de Gaulle. And the winner is? 

Peut-être que si on avait laissé les praticiens soigner leurs patients dès les premiers signes avec ce qu’ils croient bon pour eux (liste censurée), on se serait épargné bien des problèmes…

Mais moi, je dis ça, j’dis rien… Et surtout, je ne veux pas me faire radier de l’Ordre !

2 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
63 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires