L'accord signé par le et la France, prévoyant un renforcement de la surveillance dans la région de Calais, prévoit également la construction de centres d'hébergement « dans le sud de la France ». Marseille, à la fois surpeuplée, urbanisée et déjà passablement gangrenée par l'enrichissement culturel, devra probablement renoncer, à sa grande déception, à devenir le point focal de la reconstruction du visage de la France. Alors, que reste-t-il ? Pas Menton ni Monaco, évidemment. La vallée de la Roja et son arrière-pays sont, eux, le GR20 de la diversité bienheureuse, mais le climat rude des montagnes et les faibles perspectives d'emploi sont de nature à décourager nos chances pour la France. Et puis, allez donc installer un camion satellite dans le (bien nommé) massif des Maures, comme Stéphane Ravier révélait, cette semaine, que c'était le cas à Toulon pour que nos invités puissent appeler le bled pour dire que tout va bien.

Alors, entre les deux, il reste le Var. Toulon, quoiqu'en partie défigurée par les bombardements de l'amitié franco-américaine, garde encore beaucoup de cachet. On y trouve des ruelles fraîches, des bastides accrochées au Coudon ou au Faron, et la mer, calme et claire ; il y a de grandes entreprises françaises, et la Marine nationale avec son fleuron, le Charles-de-Gaulle. Tant de bonheur et d'indolence attisent les rancœurs. Est-ce que, grâce à un maire très macroniste, on ne ferait pas profiter Toulon, déjà très multiculturelle, d'un peu plus de diversité ? Le quartier chaud de la ville, autrefois surnommé « Chicago » (« Chicague », pour les locaux), est devenu fréquentable et les kebabs y ont remplacé les lanternes rouges. Est-ce que « Chicague » ne deviendrait pas « Bamaque » ? Ce serait du dernier chic. reviendrait, en fin de mandat, constater que les tentes Quechua ont envahi le quartier bourgeois du Mourillon, que les filles d'officiers de marine ne sortent plus après 20 h, que les règlements de comptes à la machette, entre vendeurs de shit marocains et crackeux sénégalais, sont monnaie courante le long du cours Lafayette. Ce serait la porte de la Chapelle avec du soleil. La misère, comme le chantait Aznavour, y serait-elle moins pénible ? Sans doute pas pour les riverains.

Il y aurait également une solution d'urgence à moindre coût. Figurez-vous qu'il y a, pas loin de Bormes-les-Mimosas, un petit ouvrage militaire qui offre tout le confort moderne. C'est une propriété de l'État, et ça éviterait d'avoir à mettre en place des baraques de chantier qui donneraient à nos hôtes une bien piètre image de l'hospitalité française. Cet endroit, c'est le fort de Brégançon, oppidum romain devenu (ironiquement) un poste avancé dans la défense de la côte contre les raids ottomans. Son premier seigneur, général des galères de François Ier, portait le titre superbe de marquis des îles d'Or. Le fort est ensuite passé de main en main jusqu'à sa récupération par la République française. Brégançon est doté d'un héliport, qui permettrait d'emmener les réfugiés chez le docteur grâce à l'AME, et d'un chemin carrossable auquel on accède en bus après avoir traversé la résidence d'été des grands-ducs de Luxembourg.

Je pense qu'on peut accueillir une centaine de personnes à Brégançon. Il va falloir se serrer un peu, mais ça passe. Nicolas Sarkozy avait fait installer des écrans plats dans toutes les pièces, probablement pour pouvoir regarder les films d'auteurs scandinaves dont il est friand. Ce sera l'occasion, pour nos amis, de regarder des films français en famille, puisque c'est de notre patrimoine que ces « naufragés » (en réalité récupérés dans des bateaux en bon état, le long des côtes libyennes) sont, paraît-il, tombés amoureux. Emmanuel Macron, lui, avait, on s'en souvient, doté le fort d'une piscine, hors-sol évidemment (on ne se refait pas), qui accueillera petits et grands. Un terrain de pétanque permettait, jadis, à de jouer à la pétanque avec ses gardes du corps. Si la disposition des « tentes deux secondes » le permet, on entendra donc Ahmed Escartefigue et Marius Traoré s'escagasser face au cochonnet pour savoir qui fait le point. En voilà, de l'assimilation.

On pourra m'objecter que le fort est utilisé par le Président. Certes. Il me semble, toutefois, qu'il ne s'en sert que l'été, alors que les Provençaux, eux, vont devoir vivre à tout jamais avec leurs nouveaux compatriotes (car ils seront tous régularisés, sous une forme ou sous une autre, ne vous en faites pas pour ça). Par conséquent, si cet accueil est exceptionnel et provisoire, comme on nous le dit à la télé, je ne vois pas ce qu'il y aurait de mal à utiliser les domaines présidentiels pour participer à l'effort... j'allais dire « de guerre », mais il semble que l'invasion migratoire soit, au contraire, le seul domaine dans lequel nous ne soyons pas « en guerre ».

Enfin, cerise sur le couscous, nappage caramel sur le mafé : si les néo-Provençaux sont toujours là, le 21 juin prochain, ce serait peut-être le moment d'organiser, dans la cour de Brégançon, une de ces fêtes de la musique colorées, chatoyantes et de bon goût dont Jupiter, ou Vulcain, ou Héliogabale, a le secret. On pousserait les tables, on monterait le son et on danserait, à la lumière des lampions, parmi les essences méditerranéennes du jardin. On ferait venir des ONG. Ce serait beau comme une publicité. Alors, un hotspot de migrants dans le Var ? Chiche !

6802 vues

15 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. Belle plume Monsieur FLORAC !
    Malheureusement l’ironie ne touche pas ces pachydermes élus
    Faudrait le « recycler » (définition du mot : réutilisation des déchets)

  2. Ce que j’admire le plus, c’est la saveur du texte d’ Arnaud Florac qui regroupe avec une belle ironie toutes les pensées ou idées qui ont pu traverser mon esprit. Brégançon. Je l’ avais suggéré dans un de mes commentaires. Ici est fait l’inventaire de tout ce qui prouve que c’ était une excellente idée.

  3. marre de toutes les solutions pour s’occuper des migrants. un seul mot retour de force au point de départ et en cas de recidive direction les iles Kerguelen. climat agréable toute l’année et population de manchot acceuillante………….

  4. C’est honteux ! Car quand un vrai français dégringole professionnellement ou quand une situation malheureusement exceptionnelle nous arrive, je vous le dis : il n’y a personne !

  5. Mais oui, bonne idée, et au Vatican, au fait, que sont devenus les « réfugiés » que le fameux pape Imbroglio avait ramenés de je ne sais plus où ?

  6. Au delà de l’ironie bien plantée d’Arnaud pourquoi ne pas utiliser la Guyane ?
    Territoire Français échappant aux Ukazes de Bruxelles notamment pour le transport.
    J’ai depuis longtemps cette idée en tête et vient de découvrir que Laurent Obertone l’a partage.
    On pourrait même impliquer Christiane Taubira dans l’organisation !!!
    Laubra17

    1. Et baptiser le centre de Retention, si jamais il y en avait un, centre Christiane Taubira ».

  7. Voilà une façon intelligente d’amortir les frais de chauffage et de climatisation.
    De plus ces « chance pour la france » pourraient s’initier à de nouveaux metiers (pour eux) comme jardinier (il va en falloir pour 1 milliard d’arbres), cuisinier, serveur et plongeur, baby sitter, etc… et peut-être même garde du corps et chauffeur de maître !

  8. SVP laissez nous tranquilles dans le Var… dont les communes sont déjà surchargées.
    Les logements dits sociaux mais en fait ultra confortables que nous offrons aux chômeurs immigrés sont surchargés et l’ambiance provençale agréable disparaît très rapidement. Alors: stop à l’immigration et ceux qui sont déjà là en situation irrégulière et qu’on n’a pas le courage de renvoyer chez eux, qu’on les mette à La Lanterne! Pour que Macron en profite tous les week-ends !

  9. Délicieuse perspective à laquelle j’adhère totalement . Vous avez oublié de préciser que l’idéal serait que le couple Macron continue d’y passer ses vacances pour bien apprécier la compagnie , la promiscuité et les apports intellectuels des migrants . Jouissif !!

  10. Vous ne voudriez tout de même pas la mort de ces enfants (Darmanin), pu la noyade de ces réfugiés (Julien Dray). Tous les superlatifs sont valables pour décrire la grandeur de la France qui en a accueilli 200 (en attendant, parait-il d’en renvoyer 50), face à une Italie néo-fasciste qui n’en a reçu que 90 000; et à qui il est opportun que nous donnions une bonne leçon !

  11. quelle vivacité d’esprit et quelle élégance dans le propos !! grâce à vous j’aurais presque ri malgré une situation catastrophique !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter