[TRIBUNE] JO Paris 2024 : ces « risques incontrôlables »

@Bryan Turner/unsplash
@Bryan Turner/unsplash

Selon un sondage CSA pour Europe 1, CNews et le JDD, une courte majorité de Français pensent désormais que la France n’est pas prête pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques, cet été. Cent ans après les derniers Jeux à Paris, et après plusieurs candidatures échouées (1992, 2008, 2012), l’édition 2024 aurait dû susciter un grand enthousiasme, mais elle ne fait pourtant pas l’unanimité au sein de la population.

La faute, en grande partie, à des problématiques de sécurité, très sensibles dans l’opinion. La preuve avec un sondage qui donne près de deux tiers (65 %) des Français inquiets pour la sécurité durant la compétition.

Cette inquiétude est-elle justifiée ? C’est ce qu’a voulu savoir l’Institut pour la justice, que je dirige, dans un rapport décrivant la sécurisation hors normes de cet événement mais pointant surtout des « risques incontrôlables » dus à un contexte sécuritaire catastrophique.

Des décisions politiques déconnectées du bon sens

Bien sûr, la source du sujet revient à la première décision : fallait-il organiser ces Jeux ? Organiser ces Jeux était-il une bonne idée ? Outre l’indubitable prestige qui en découle, rappelons que les deux autres candidatures les plus sérieuses pour 2024, Boston et Hambourg, ont été abandonnées suite à des pressions des habitants. Organiser des Jeux est un effort pour la population, qui n’est pas sûr d’être rentabilisé…

Mais la volonté d’organiser les Jeux olympiques date des années 1980 et force est de constater que les gouvernants d’aujourd’hui ne sont pas responsables du choix effectué hier. Bref, la décision a été prise et il faut désormais sécuriser ces Jeux…

En revanche, une autre décision politique ne peut bénéficier de la même mansuétude : l’organisation de la cérémonie d’ouverture sur la Seine. Une opération potentiellement grandiose, extrêmement ambitieuse… pour ne pas dire mégalomane.

En effet, initialement prévue dans le Stade de France, le Comité olympique annonçait, en décembre 2021, que cette cérémonie d’ouverture aurait finalement lieu sur la Seine. Les 10.500 athlètes et officiels parcourront donc six kilomètres à bateau, entre le quai d’Austerlitz et le Trocadéro. Toute la difficulté sera, naturellement, de sécuriser une zone immense, en pleine ville, et au bord de l’eau. Un choix qui interroge, d’autant que c’est une première. Même la Chine ultrasécurisée de 2008 n’avait pas osé.

Il n’est évidemment pas interdit d’avoir de l’ambition, mais dans le contexte sécuritaire de la France, un casse-tête tel que celui prévu est une prise de risque.

Un ministre qui met les grands moyens

Un bon moyen de mesurer les risques que posent ces choix politiques consiste à observer l’étendue de la préparation. Ainsi, Gérald Darmanin, consacré « chef suprême de la sécurité des Jeux olympiques » en tant que ministre de l’Intérieur, a à la fois lancé un plan très ambitieux, le plan « mobilisation 100 % », et revu les objectifs à la baisse.

Ainsi, lors de la cérémonie d’ouverture, ce ne sont plus 600.000 personnes qui sont attendues sur les quais, mais 326.000.

Par ailleurs, les services de l’État prennent les grands moyens. 45.000 agents des forces de sécurité intérieures seront mobilisées, sous la direction générale du préfet de Paris. « Même le gouverneur militaire de Paris, pourtant général quatre étoiles, travaillera en concours avec le préfet de police de Paris », selon le porte-parole du gouverneur militaire.

La mobilisation inédite de ces agents sera compensée par une impossibilité, pour ceux-ci, de prendre des vacances en juillet et août, et par un dégraissement des brigades dans le reste de la France. L’armée est également appelée à la rescousse, avec 15.000 militaires Sentinelle, dont une partie sera logée dans un camp géant en plein Paris, sur la pelouse de Reuilly.

Gérald Darmanin, qui joue son futur politique à quitte ou double, prend donc la mesure du problème. Mais certains risques restent incontrôlables…

Mais malgré toutes ces précautions, la France vit dans un contexte sécuritaire catastrophique qui rend incontrôlables certains risques : d’abord, le risque de l’insécurité du quotidien avec, par exemple, l’explosion des violences volontaires, multipliées par 4,5 en près de trente ans. La sur-mobilisation des forces de police entraînera certainement un effet de décompression, soit pendant les Jeux dans les zones les moins protégées, soit après les Jeux.

Autre risque : celui des émeutes. Suite à celles de 2023, il avait fallu 130.000 agents de police et de gendarmerie dans toute la France pour organiser le 14 Juillet. Si des émeutes devaient avoir lieu lors des Jeux olympiques, il serait impossible d’y mettre fin.

Enfin, le risque terroriste dans une France en alerte attentat est encore plus important qu’en temps normal. Ainsi, Gilles Kepel, géopolitologue, déclarait : « Tous les djihadistes du monde veulent qu’un attentat marque la faiblesse de l’Occident et d’autant plus de la France qu’ils considèrent comme leur ennemi laïc par excellence. »

Si ces Jeux olympiques et paralympiques se déroulent sans accroc, ce sera donc autant dû au travail efficace des services de l’État qu’à un « coup de chance ». Le succès de ces Jeux repose maintenant sur un immense pari…

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/04/2024 à 22:59.
Pierre-Marie Sève
Pierre-Marie Sève
Directeur de l'Institut pour la Justice

Vos commentaires

20 commentaires

  1. « Organiser des Jeux est un effort pour la population, qui n’est pas sûr d’être rentabilisé… ». Vous avez mis le doigt sur le problème : comme dans ce pays, cela fait déja belle lurette qu’on ne demande plus l’avis de la population, contrairement à Boston et Hambourg, notre fuhrer, qui est le seul à avoir le droit à un avis dans ce pays, a trouvé que des JOs, comme ceux de 36, seraient le couronnement de ses années passées à l’Elysée. Après, même s’il enlise son armée dans les steppes russes, il restera tout de même quelque chose de sa décennie maudite.

  2. Cette période risque en effet d’être celle de tous les dangers : nul doute qu’une partie importante de chômeurs volontaires parmi nos ‘chances pour la France’ d’immigration récente ou bien implantée dans les quartiers dits ‘sensibles’ de nos villes, vont rivaliser d’ingéniosité pour y organiser pillages ou atteintes aux personnes, à l’occasion des déplacements des forces de l’ordre : « quand le chat n’est pas là… »vous connaissez la suite !.. Sans jouer les rabat-joie il sera utile avant tout, de se montrer PRUDENTS, PRUDENTS, PRUDENTS… A plus.

  3. Il faut menacer l’Islam d’attaques significatives si des attentats venaient compromettre le bon
    déroulement des jeux. Aux islamiques de veiller à leur cuisine interne, sous peine de graves conséquences.

  4. La critique est certes facile et l’art difficile… Néanmoins, bien que la décision « date des années 80 », il faut quand même être bigrement déconnecté dans ce pays pour organiser des jeux durant une année se terminant en « 4 ». Le débarquement a eu lieu en 1944, et nous ne manquons pas de le célébrer. En 2024, nous arrivons au 80 ans (qui plus est chiffre rond) de ce débarquement. Un tout petit peu de bon sens aurait permis de remarquer la concomitance des deux dates… et d’éviter de se retrouver avec des forces de l’ordre « surbookées ».

  5. Le meilleur moyen d’éviter énormément de morts (meurtres) est que le comité olympique voie les chose en face et décide d’annuler ces jeux de Paris car la France est devenue un pays très dangereux. Si le sport doit devenir une boucherie, qui sera responsable? Les morts et les familles des morts, il s’en fiche celui qui, à Paris, n’a pas d’enfants, oeuvre contre la famille et veut avant tout se rendre maître du monde.

  6. Le pas de vague macronien à engendré l’insécurité galopante en France. C’est typiquement l’effet boomerang. Ce sera sûrement les olympiades du risque.

  7. Cette France des JO deviendra un immense terrain de jeu pour les islamistes et terroristes. Il n’est certainement pas recommandé de donner des idées à cette faune mais imaginez-vous qu’un acteur déterminé se jetterait dans la gueule du loup ? Le chasseur piège, ce n’est pas sans raisons. Le gibier est rusé. Il sait parfaitement que certains terrains ne sont pas fréquentables. Nous serons très certainement plus en sécurité devant nos téléviseurs. Serons-nous étonné d’une quelconque agression ? Non. Le premier de cordée a tellement préparé le terrain pour amener ces dérives possibles que le calme serait un miracle. Mépris, propos outranciers, affichage de la haine, immigration massive incontrôlée, oisive, porteuse de délinquance, multiplication des armes lourdes et munitions en tout genre, des ghettos structurés, la constitution de cette voie pavée préparée par Macron, points d’appuis favorables aux résolus.

    • Il faut menacer La Mecque en cas d’attentats. Si les exactions islamiques restent impunies, cela peut continuer. Israël a raison de matraquer Gaza.

    • Les islamistes, les terroristes, les agriculteurs, les syndicalistes, les agriculteurs, les camionneurs, ils seront tous au rendez-vous, quelquesoit la légitimité de leurs revendications. Et pour contrôler tout ce beau monde, les policiers, qui ne sont guère plus motivés que ceux qu’on vient de citer. Ca promet …

  8. Nos brillants experts en sécurité ont-ils pensé un seul instant que les islamistes ne sont pas des demeurés ? Si on prélève des effectifs de police dans toute la France pour sécuriser les jeux, ils pourraient aller frapper en toute tranquillité là où la surveillance n’est plus assurée à un niveau satisfaisant. Et les cibles ne manquent pas … Ils pourraient également frapper quelques jours ou semaines après les jeux, dans la période de relâchement qui suivra l’événement mondial. Quand on baisse sa garde … on s’en prend une et souvent pas qu’une seule.

  9. Il est évident pour qui connait un tant soit peu la mentalité des terroristes d’Allah, que l’ouverture des JO à Paris, est un appel important à un attentat de par son retentissement médiatique probable, c’est quasiment une provocation.

  10. Tout est bien analysé par Pierre-Marie, mais il ne peut pas rivaliser avec la fumeuse AOC (joker du président) !
    Et pourtant il manque un paramètre à ce pôvre dard malin : il est en train d’épuiser les forces de l’ordre avec les opération XXL voulues par le prince régnant et ce avant que ces FDO ne rentrent dans le vif du sujet en juillet…
    Autre ombre au tableau, la capacité de détruire les potentiels drones bombardiers des pauvres n’est toujours pas au point !

    Pour conclure, une question qui mérite d’être posée : qui va piloter avec brio cette usine à gaz dont le but est de flatter la mégalomanie de certains.
    Y a-t-il encore une place pour les sportifs ?

  11. Au delà de la « sécurité » qui peut poser quelques inquiétudes , il y a surtout tout ce qui va « avec » ! … Supprimer les bouquinistes … Interdire la navigation fluviale pendant des lustres … Imposer des « sports » par rapport à la Pétanque par exemple ( Ah oui, pardon , il faut savoir compter pour y jouer ! … et en même temps, les FDO ne voulaient pas « armer » les « chances-pour-le-France » ni les « Black blocks » ! … ) … Qu’en sera t-il de la circulation des « laborieux travailleurs » face aux « bobos-pseudos-sportifs » ? …

    Bon, j’arrête car j’ai des centaines de questions … En même temps, j’ai déjà beaucoup de réponses ! … La macronie est aux commandes ! …

  12. Je me demande pourquoi on fait tout ce foin. Madame Oudéa-Castéra vient d’affirmer qu’il n’y avait pas de risque spécifique pour les jeux. Donc pas de panique, compte tenu des qualités et des compétences de cette dame, je propose de réduire le dispositif de sécurité à quelques agents en VTT et deux ou trois cars de CRS, histoire de montrer qu’on ne badine pas avec la sécurité. Avec ça, ça devrait rouler tout seul.

  13. Comment pas prêts pour les JO ! Alors que nous accueillons une nouvelle discipline olympique qui fait fureur en ce moment : le tir à la kalachnikov !

  14. Aucune confiance quand à l’aptitude de Darmanin pour sécuriser ces jeux , il n’y a qu’à voir ce qui se passe au quotidien dans les écoles , les rues , le métro , les lieux publics et partout dans ce pays . Et parions que des islamistes vont tenter le tout pour le tout afin de prouver leur puissance à tous ces élus . Le plus sage est de rester chez soi , d’une part pour ne pas risquer sa vie et d’autre part protéger ses biens personnels qui seront la cible des racailles sachant les forces de l’ordre mobilisées à Paris .

  15. il va déshabiller les brigades de gendarmeries du reste de la France pour sécuriser Paris, merci pour nous, la délinquance déjà à peine sanctionnée ne le sera plus du tout, ne vous étonnez pas s’il y a des dérives.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois