a effectué une visite de trois jours en Algérie, crise énergétique oblige. La cordialité était de mise avec le président Abdelmadjid Tebboune. Une fois encore, un Président français a annoncé un partenariat nouveau entre la France et l’Algérie. Cette ritournelle, connue depuis Valéry Giscard d’Estaing, finit par être usée car le pouvoir algérien, qui abreuve sa jeunesse de haine contre la France, retourne sans cesse à sa veille rhétorique antifrançaise et exige repentance.

Le Président Macron a précisé qu’il s’agirait notamment « d’un partenariat nouveau pour et par la jeunesse ». En clair il s’agit d’accorder 8.000 visas étudiants de plus pour des ressortissants algériens, qui viendront s’ajouter aux 30.000 déjà présents sur notre territoire. Est-ce utile ? Seront-ils de vrais étudiants ? Et surtout, lorsqu’ils seront formés, retourneront-ils dans leur patrie pour contribuer à l’essor économique qui lui fait tant défaut ? De façon étrange, parle de créer « une nouvelle génération franco-algérienne dans l’économie, les arts… » De quoi s’agit-il ? De binationaux à l’aise nulle part ? On ne peut servir deux maîtres et la citoyenneté ne se divise pas parce qu’elle est aussi fidélité. Or, peut-on être fidèle à deux nations dont l’une, à l’évidence n’aime pas l’autre. Voire la hait. Il suffit de rappeler l’accueil indigne réservé à nos 309 athlètes engagés dans les Jeux méditerranéens qui se sont déroulés du 26 juin au 6 juillet derniers à Oran : délégation française huée à la cérémonie d’ouverture, « Marseillaise » sifflée dans le stade Ahmed-Zabana.

Notre Président a également annoncé la création d’une commission mixte d’historiens français et algériens pour étudier les archives de la colonisation et de la guerre d’Algérie. On le sait, le gouvernement algérien ne cesse d’exiger un acte de repentance de la France, à l’instar d’Abdelaziz Bouteflika, qui se précipitait néanmoins en France pour se faire soigner au Val-de-Grâce ! Quant au chef de l’État, sa pensée a beaucoup fluctué à cet égard. En février 2017, il déclarait que « la colonisation est un acte de barbarie… un crime contre l’humanité » pour dénoncer, en septembre 2011, « un système politico-militaire construit sur une rente mémorielle » et s’interroger sur le fait de savoir s’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Quand est-il sincère ?

Rappelons que l’impérialisme et le colonialisme sont de tous les temps et de toutes les civilisations. Les Arabo-musulmans puis les Turcs sont partis à l’assaut de l’Empire byzantin et l’ont colonisé en sept siècles. Et si leur colonisation a « réussi », c’est parce qu’ils ont imposé par la force leur religion, leur civilisation et leur pouvoir aux peuples conquis.

Jouer à la victimisation mémorielle est un jeu dangereux. Il pourrait être rappelé que la régence d’Alger, celles de Tunis et de Tripoli, étaient de grands centres de piraterie et d’esclavage. L’historien Robert Devis, de l’université de l’Ohio, estime qu’entre 1500 et 1800, c’est plus 1.250.000 chrétiens européens, hommes, femmes, enfants, qui ont été réduits en esclavage par les pirates barbaresques. L’économie de ces régences ottomanes reposait sur le commerce des esclaves, les razzias sur les côtes nord de la Méditerranée et le rançonnage des familles des captifs. Crimes contre l’humanité caractérisés et, de surcroît, dans le temps long.

On pourrait également considérer que l’exode forcé d'Algériens d’origine européenne à partir de 1962 - « la valise ou le cercueil » - constitue le plus grand nettoyage ethnique de la seconde moitié du vingtième siècle.

La guerre mémorielle a, en réalité, un aspect puéril et fonctionne comme une vis sans fin. Les événements se sont déroulés, ils furent parfois cruels mais ils appartiennent à l’Histoire. Allons-nous demander au président Tebboune de faire repentance pour les bagnes d’Alger, le commerce des esclaves et la piraterie ?

Une chose est sûre : il est impossible de continuer dans la relation de faiblesse avec l’Algérie. Si les Algériens, abreuvés de propagande antifrançaise, détestent la France, eh bien, nous n’avons aucune raison de les accueillir. Des relations apaisées ne peuvent se concevoir si l’une des parties entretient la haine de l’autre. Avec la naïveté de l’arrogance, M. Macron a voulu improviser un bain de foule à Oran. Il n’a récolté que huées et quolibets.

Il serait bon de suivre l’exemple d’Henri IV qui, en préambule de l’édit de Nantes, ordonnait « que la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre demeurent éteinte et assoupie, comme des choses non advenues » et interdisait de « provoquer l’un l’autre par reproche de ce qui s’est passé mais se contenir et vivre paisiblement ensemble comme frères, amis et concitoyens ». Mais être Henri IV n’est pas à la portée de tous. Et la réconciliation sincère de l’Algérie et de la France pas pour demain.

3667 vues

28 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. Il faut entendre les noms d’oiseaux qui lui ont été adressés lors de son bain de foule pour se rendre compte que sa visite au Président algérien sera aussi fructueuse que celle qu’il a faite au Président russe. C’est un guignol et il n’y a que le peuple français qui ne s’en est pas rendu compte puisqu’il l’a réélu.

  2. Qu’a donc apporté l’Algérie au monde en matière de sciences , de recherches , d’inventions et autres .Rien absolument rien .Former des étudiants qui vont rester chez nous ne leur apportera rien non plus .Et qui supportera le cout des ces études , nous peuples français .Quand on pense à ce que la France a laissé dans ce pays et quand on voit ce qu’ils en ont fait on se dit que l’on a déjà perdu trop de temps et d’argent pour rien .

  3. Je pense que pour nombre de français, dont je fais partie, cette haine est réciproque.
    Que Macron aille faire le guignol devant ces pantins n’engage que lui et sa minorité parlementaire.

  4. Je remarque sur la photo le bandeau du pupitre du président français, est écrit en langue arabe et anglaise « la présidency of the republic «  sans nommer la France ! Non seulement c’est choquant , notre petit bonhomme n’a rien dit , avec en plus l’humiliation de notre pays suite aux insultes de la part d’algériens, tout en les remerciant … sic ! Ce président est la honte de la France !

  5. Si vous aviez la moindre petite idée du niveau de mépris que les Algériens, qu’ils soient en France ou en Algérie, entretiennent vis-à-vis des Françaises (toutes des S….) et des Français (tous des P…), vous ne dormiriez pas tranquilles.

  6. Si vous voulez une preuve supplémentaire de la détestation haineuse de la France et de Macron par les Algériens (qui rigolent sous le boisseau), il suffit de regarder l’affichette du pupitre derrière lequel macron essaie de prendre une posture « militaire ». Celle-ci est rédigée en arabe et en … anglais, exit le Français, ceci prouvant cela. C’est un véritable camouflet qui laisse de marbre un président français tombé bien bas car peu regardant de la grandeur de son pays.!!

  7. Pour se réconsilier il faut d’abord que les algériens retournent en Algérie pour remettre les compteurs à zéro ; pieds noirs en France, algériens en Algérie ./

  8. Les Algériens sont passés en 1830 d’un système colonial à l’autre après 3 siècles de tentatives européennes pour faire cesser les brigandages des Turcs établis seulement sur les côtes de la Méditerranée . Jamais la Turquie n’a alors cherché à apporter à ces territoires le moindre bienfait économique sauf la fortification des ports et les reliquats de l’esclavage .

    1. les « algériens » n’existaient même pas en 1830. Il n’y avait ni état ni peuple algérien. C’était un territoire désertique dans la région du Maghreb traversé par des tribus nomades, seuls quelques ports en bord de mer, abritaient une population indigène autour d’un chef… La France est venue apporter renfort au Dey d’Alger contre les attaques turques, avant de s’installer. Les Français s’engagent alors à respecter les habitants, leurs biens et leur religion et à ne pas porter atteinte à leur dignité et à celles de leurs femmes. Hussein Dey, sa famille et ses biens sont également garantis d’être protégés. En échange, le contrôle du port, de la Casbah et de la ville elle-même sont cédés aux Français. . Aucun arabe n’a vraiment de racines en « Algérie » à part ceux qui se sont sédentarisés à partir de là, il y a 2 siècles avec l’arrivée de la France qui a tout apporté, les technologies occidentales, les infrastructures…

  9. Les relations entre la France et l’Algérie sont basées sur l’hypocrisie. En France nous en avons la preuve plusieurs générations depuis l’indépendance algérienne ont manifesté leur haine pour notre pays. Ce n’est pas un Macron avec ses boniments et ses accusations coloniales qui changera les choses. Au lieu de se soumettre nous avons les moyens de fermer certains robinets et de prendre des mesures de rétorsion. Sanctionner contre la Russie est une erreur monumentale. Ce président de pacotilles aura tout fait pour rabaisser et détruire la France.

  10. Un premier signe de réconciliation, serait par l’Algérie, la reprise de tous ses délinquants (MNA inclus).
    Un deuxième signe de réconciliation, serait le retour des algériens formés et instruits par le France (grande et généreuse).
    Cela fait, l’Algérie aura montré un comportement adulte.

  11. Le drapeau européen est un symbole non officiel. Inscrit dans le projet de constitution européenne, comme « l’hymne européen » et la devise « unis dans la diversité », cet étendard a été rejeté par le peuple et n’est pas mentionné dans le traité de Lisbonne qui régit l’Union européenne. Sa présence auprès du drapeau français n’est donc qu’un usage des gouvernements français. Au mieux signe d’appartenance, au pire de soumission. En tout état de cause Macron ne croît pas à la souveraineté française et ne cesse d’appeler à une souveraineté européenne illusoire. Il s’offusque comme ses amis de la » désobéissance européenne », ce qui signifie seulement que la France, comme les autres Etats-membres de l’UE vivent juridiquement parlant dans un système de souveraineté limitée. Ce que l’attitude de la Commission à l’égard de la Pologne ou de la Hongrie manifeste clairement. Nous sommes sous « mandat », comme le Liban le fut après 1918.

    1. Sauf que le Liban a vécu en paix en cette période alors que l’Europe a déjà vécu deux guerres (Yougoslavie et Ukraine) et se trouve désormais asservie aux USA .

  12. Il pourrait être rappelé que la régence d’Alger, celles de Tunis et de Tripoli, étaient de grands centres de piraterie et d’esclavage. L’historien Robert Devis, de l’université de l’Ohio, estime qu’entre 1500 et 1800, c’est plus 1.250.000 chrétiens européens, hommes, femmes, enfants, qui ont été réduits en esclavage par les pirates barbaresques. L’économie de ces régences ottomanes reposait sur le commerce des esclaves, les razzias sur les côtes nord de la Méditerranée et le rançonnage des familles des captifs. Crimes contre l’humanité caractérisés et, de surcroît, dans le temps long.
    #
    Oui mais selon Mme Taubira, il ne faut pas en parler pour ne pas culpabiliser les pauvres jeunes algériens.

    1. Provence et Sicile s’en souviennent encore et la Reconquista espagnole fût laborieuse .

  13. Je n’ai pas compris la présence du drapeau Européen cote à cote avec le drapeau Français dans cette réunion devant la presse avec le Président Abdelmadjid Tebboune.

    C’était un voyage pour discuter d’affaires et d’histoire Franco-Algérienne où me trompais-je?

    Ivan G

  14. Pour l’instant c’est une repentance à sens unique, seule la France à fait amende honorable. Des exactions il y en a eu de part et d’autre. Macron hué à Oran , tout un symbole , c’est dans cette ville d’Oran qu’en juillet 1962 , après la signature des accords d’Evian que des centaines d’Européens ont été massacré par le FLN. Dire que Darmanin et Macron sont allés se recueillir à Alger au monument des martyrs du FLN. En plus on va accueillir des Algériens alors que le gouvernement de ce pays , refuse de reprendre les illégaux qui sont en France. Pauvre France, avec à sa tête un Président paillasson .

  15. La haine de la France étant dans les programmes scolaires des petits algériens il faudra de nombreuses générations pour que la concorde soit présente.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter