Ils étaient les deux surprises de l’organigramme de campagne de Valérie Pécresse, le pénaliste Thibault de Montbrial, 53 ans, et le magistrat Charles Prats, 51 ans, sont candidats aux élections législatives. Le premier dans la sixième circonscription des Yvelines, le deuxième dans la sixième de Haute-Savoie. Des points communs autres que Valérie Pécresse ? Une carrière professionnelle au service de la Justice. Si Montbrial s’est taillé une solide réputation d’avocat pénaliste spécialisé notamment dans la défense des forces de l’ordre, Prats, quant à lui, incarne la lutte contre les fraudes fiscales et sociales.

Thibault de Montbrial : « Il va falloir reconstruire la droite »

Si l’idée de prolonger son combat dans les arcanes politiques le travaillait depuis quelque temps déjà, c’est un trajet en train avec Patrick Stefanini, l’ancien directeur de campagne de Valérie Pécresse, qui l’a décidé : « Et si tu y allais, toi ? » lui a soufflé l’homme qui était aussi derrière la campagne de François Fillon. Pour Montbrial, c’était l’alignement de planète : « Cela correspondait à un moment où tout, sur le plan personnel, s’y prêtait », précise l’avocat, qui balaye d’un revers le sacrifice financier que cela représenterait. « Si les électeurs m’en font cet honneur, je vais diviser mes revenus par 4 », dit-il.

La défaite historique de Pécresse ? Une preuve pour lui qu’une reconstruction, voire une refonte de la droite était nécessaire. « Il faut que la droite parle à nouveau à ceux qui croient aux idées portées par notre aile droite », martèle celui qui précise ne pas être encarté LR mais avoir adhéré au micro-parti du maire de Cannes David Lisnard : « Nous partageons les mêmes préoccupations », affirme-t-il.

Une candidature à but national ? « La dimension locale d’un mandat de député est sans doute ce qui m’importe le plus », dit-il. D’après lui, aucun des dix maires de sa circonscription ne s’est ouvertement opposé à sa candidature, « la moitié d'entre eux me soutient et je les ai tous rencontrés un à un », se félicite le candidat. Pourtant, divisée entre Saint-Germain-en-Laye, Le Pecq en Yvelines et Poissy-Nord, la sixième circonscription des Yvelines est un territoire franchement macroniste. La députée sortante, Natalia Pouzyreff, avait écrasé le candidat LR sortant avec plus de 58 % des voix au second tour. Difficile mais pas impossible pour celui qui incarne une ligne sécuritaire et franchement à droite dans un contexte d’insécurité et d’ensauvagement. Peut-on parler de parachutage de l’ancien parachutiste ? Départemental seulement, les Yvelines faisant partie de l’Île-de-France.

« D’avocat pénaliste, j’ai envie de devenir celui des habitants de ma circonscription », conclut-il.

Charles Prats : « Rendre leur argent aux Français »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Charles Prats est l’un des magistrats les plus libres ; il se murmure d’ailleurs que le garde des Sceaux veut sa tête ; mais aussi l’un des politiques les plus inclassables de l’Hexagone. Candidat dans son berceau familial savoyard, investi par l’UDI mais devant affronter un candidat local LR, soutenu par le sénateur LR Alain Houpert mais aussi par Gilles-William Goldnadel, l’avocat aussi secrétaire national du CNIP, le parti « sans ennemi à droite » d’après son slogan mais dont le président, Bruno North, soutient Éric Zemmour… Prats divise à l’intérieur des partis mais sait rassembler autour de lui. Candidat « des droites et des centres » (on frôle l’élément de langage macroniste) mais dont le slogan est « Vous rendre votre argent » dans la pure ligne RPR. Celui qui fut un temps admiré par la gauche pour sa lutte contre la fraude fiscale en est aujourd’hui honni pour avoir dénoncé la fraude sociale. « Il n’y a rien de politique dans ces deux sujets, prévient-il, dans les deux cas, les Français sont spoliés. » Face à lui, un député sortant de la majorité présidentielle. Un combat périlleux rendu difficile par la concurrence d’un candidat LR dissident. Heureusement pour lui, la gauche connaît le même handicap avec un candidate NUPES qui devra affronter un écologiste dissident. Un partout, balle au centre. Pour Prats, l’enjeu sera d’arriver au second tour. « Si j’arrive au second tour face au député macroniste, je compte sur les électeurs savoyards pour infliger une défaite exemplaire à mon adversaire », affirme Prats, qui n'a pas pardonné à Xavier Roseren son abstention lors d’un vote en faveur des chrétiens d’Orient et contre l’antisémitisme.

S’ils diffèrent par leurs parcours et leurs personnalités, Prats et Montbrial ont une ambition commune : siéger dans l’Hémicycle. Avec chacun son tropisme régalien, la sécurité pour l’un et la justice pour l’autre, Charles Prats et Thibault de Montbrial incarnent à leur manière cette droite hors les murs avec une part d’entrisme, diront certains, mais aussi une grande part de liberté.

5056 vues

31 mai 2022 à 19:30

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

20 commentaires

  1. Juste une petite précision, le Pecq en Yvelines n’existe pas. Le nom est simplement le Pecq. Dans le passé, servant à desservir le château de St Germain en Laye, cette localité était appelée Port Aupecq

  2. Les 2 ont voté MACRON , ils n’ont plus aucune légitimité, ce sont de simple baratineurs qui essayent de tirer profit d’un pseudo rôle d’opposants , ils se disent offusqués par le déclin de la France , en fait ce sont des traitres

  3. Deux bons candidats , mais quelle idée d’aller se fourvoyer avec Pécresse . N’auraient ils pas toute leur place avec , RN ou Reconquête ? Les LR ont tellement déçu avec leur ralliement de dernière minute…….

  4. Ce sont sans doute de belles personnes, nous en avons d’autres parmi nos écrivains et philosophes se partageant les chaînes non encore censurées , toutefois cela me fait penser inévitablement aux années 40, le champs du cygne juste avant le chaos.

  5. Bonne chance messieurs.
    Er surtout, si vous êtes élus, cramponnez-vous à vos valeurs.

  6. On se demande pourquoi ces deux là sont allés se fourvoyer avec « Trétresse ».
    Leur propos sont plus conformes à ceux d’un parti de droite traditionnel comme Reconquête!.
    Il serait temps qu’ils en prennent conscience car , s’ils sont élus, ils se retrouveront dans le melting-pot appelé « majorité présidentielle  » qu’ils appellent à combattre.

  7. Je pensais que Prats. , qui a dénoncé les fraudes sociales , aurait rejoint le parti Reconquête , dommage, grande déception !

    1. Je savais que Reconquête était synonyme de défaite. Mais Prats l’a entériné. Mais les deux se planteront car ignorant le RN même s’il n’est pas très influent dans leurs circonscriptions.

  8. Voici deux candidats qui tiennent la route, une formation Para pour l’un me parle beaucoup, la fraude sociale pour l’autre me rappelle certaines de mes consultations où je voyais défiler moult chances pour la France sur la même carte vitale!

  9. Il nous en faudrait beaucoup des Charles Prats et Thibault de Montbrial pour sauver ce qui reste de la France !!

  10. Ces deux hommes sont exemplaires. Peut-être un espoir pour la droite et la France.

  11. Au moins, ces deux hommes présentent des convictions concernant des sujets majeurs absolument intraités par les politiciens. Espérons, s’ils sont élus, qu’ils ne se feront pas aspirer par la machine à gamelle.

Les commentaires sont fermés.