Au moment où la fine fleur de l’intelligentsia s’acharnait sur Thaïs d’Escufon, membre de Génération identitaire, sur le plateau de , le jeune Yuriy gisait sur son lit d’hôpital, entre la vie et la . Victime d’un véritable lynchage en règle sur la dalle de Beaugrenelle, dans le 15e arrondissement de , par huit hommes cagoulés et recouverts d’épaisses doudounes.

Malgré la réalité accablante de cette « France orange mécanique », avec plus de cent agressions au couteau par jour en France, si l’on en croit un article du Figaro de février 2020, même en zone rurale où la a explosé, la priorité médiatique semble ailleurs. En effet, nous avons assisté, cette semaine, sur C8, au procès de Génération identitaire, représentée par Thaïs d’Escufon. Traitée de la pire façon par Raquel Garrido, Yassine Bellatar, et même Laurence Saillet, ancienne des LR, la porte-parole de Génération identitaire resta pour assumer ses idées. Thaïs d’Escufon conserva son sang-froid lorsque Éric Naulleau s’érigea en Robespierre en demandant la dissolution du mouvement. Elle conserva également son stoïcisme face aux longues diatribes moralisatrices de Karim Zéribi (nullement gêné, à chacune de ses interventions médiatiques, par une condamnation, le 9 septembre 2020, au tribunal correctionnel de , à deux années de prison avec sursis, 50.000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité pour « abus de confiance » et « abus de biens sociaux », condamnation pour laquelle il avait annoncé qu’il faisait appel). Karim Zéribi reprocha à Génération identitaire des actions « à l’encontre des valeurs républicaines de la France » : la rhétorique désormais habituelle du camp « mondialiste ». Mettre en avant la , ses valeurs, son vivre ensemble, comme pour mieux écarter la France, son , son sang, ses larmes versées, comme pour toujours plus la déraciner et la déconstruire.

Alors que, partout autour de l’Occident, les fortifications tombent et s’écroulent face aux ombres innombrables qui s’avancent dans la nuit, ils sont encore quelques-uns, ici et là, tels les Spartiates de Leonidas Ier ou les soldats de la Garde de Nuit, à se tenir debout, même conspués et sans cesse attaqués.

 

24 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.