Culture - Editoriaux - Musique - 6 juin 2019

Symphonia, l’épopée musicale

Après une dizaine de représentations en Vendée, la troupe Symphonia, l’épopée musicale, arrive à Paris les 4, 5 et 6 juillet.

Un show spectaculaire dans 500 ans d’histoire musicale, à la rencontre des classiques : Vivaldi, Beethoven, Bach et Mozart, mais aussi de grandes comédies musicales contemporaines. Des chorégraphies, des jeux de théâtres, des interprétations musicales composent ce spectacle, une symphonie hors du temps.

Ce spectacle, écrit et mis en scène par Corentin Stemler, est interprété par une centaine d’étudiants vendéens qui ont travaillé des mois pour mettre sur pied cette magnifique œuvre musicale.

Dans les années 1830, à Paris, le jeune Gabriel Ledzac rencontre le compositeur Rossini. Ce dernier va l’emmener dans un voyage musical qui les entraînera dans toute l’Europe… et jusqu’aux comédies musicales de notre siècle.

Un orchestre, un chœur, des comédiens, des danseuses : le combo est gagnant. Le spectateur est transporté dans les destinées souvent croisées des plus grands musiciens de l’histoire, Bach, Haydn, Mozart, Bethoveen, Rossini, tout cela savamment orchestré entre les intrigues théâtrales et la magie des œuvres classiques, mais aussi la tonicité des comédies musicales contemporaines. On y découvre la majesté d’un Rossini, les tourments de Vivaldi, le goût d’inachevé de Mozart et la passion surtout, la passion dévorante de la musique chez tous ces « immortels ».

Le spectateur est entraîné dans les destinées, parfois tragiques mais ô combien grandes, de ces hommes qui ont tout, tout abandonné pour leur art, au service de Dieu.
Le spectateur est ensuite immergé dans ce renouvellement de la musique, qui ne s’abandonne pas dans une contemplation narcissique mais qui reste au service du beau. Les comédies musicales ont une place importante dans ce show que nous propose Corentin Stemler : Lalaland, The Artist, The Greatest Showman sont revisités à travers de magnifiques chorégraphies. Deux voix, comme pour encadrer ce majestueux ensemble : celles de Guillaume Bernard et de Philippe de Villiers.

Ce spectacle est une véritable bouffée d’air frais dans un monde du spectacle aujourd’hui si sinistré, l’art au service du beau, la célébration de la grandeur de la musique est chose si rare que cela en est d’autant plus appréciable. Au-delà du message, Symphonia est une formidable aventure humaine, celle d’une centaine de jeunes étudiants vendéens entraînés dans une aventure, dans une œuvre qui les dépasse et que, pourtant, ils s’approprient.

Un homme est la matrice de cette belle réussite, Corentin Stemler, qui, à seulement 21 ans, a mis sur pied un spectacle qui, on peut le dire, n’a pas à rougir face à nombre de shows « professionnels » du genre.

À retrouver les 4, 5 et 6 juillet à Paris. Infos et réservations ICI.

À lire aussi

À l’université française, un communautarisme religieux, racial et idéologique

En bref, l’Université française va bien mal, on en regretterait presque les hussards noirs…