Symbole des élites et de l’entre-soi pour les uns, bouc émissaire parfait pour les autres, l’école strasbourgeoise vit ses dernières heures puisque devrait annoncer sa suppression le 8 avril. Une mesure qui intervient dans le cadre d’une réforme de grande ampleur de la fonction publique.

Lui-même ancien élève de la promotion Sédar Senghor, Emmanuel brandit l’argument de l’ascenseur social afin que « plus aucun gamin dans notre République se dise : ce n’est pas pour moi ». Pour autant, selon Les Échos, « parmi les 82 élèves admis à l’ fin décembre, plus de 36 % ont été boursiers de l’, contre 25 % un an plus tôt. La diversité au sein de l’école s’accroît au fil des ans, plus rapidement que dans d’autres établissements prestigieux comme Polytechnique ou l’ENS. » Soit un taux de boursiers en hausse de 50 % depuis un an…

Si le fossé entre les technocrates et le peuple se creuse davantage chaque jour, que cette école forme « des de 26 ans qui sont brillantissimes mais sans aucune expérience du terrain [qui] se retrouvent à des postes à trop haute responsabilité », selon le député Sylvain Waserman (MoDem) au Figaro, que « les énarques, par leur arrogance, ont mis du leur pour se faire détester », ajoute , haut fonctionnaire ancien énarque, fallait-il la supprimer ou simplement la réformer comme le pensent, entre autres, Florian Phillipot ou Nicolas Dupont-Aignan ? Dans Le Figaro étudiant, François Asselineau déclare : « Macron veut supprimer l’ENA car les Français critiquent les énarques, c’est totalement démagogique. »

Rappelons que, par trois fois, Emmanuel Macron avait annoncé la suppression de l’ENA, trois fois il y avait renoncé. Cette mesure intervient en pleine des dîners clandestins. Il avait fait la même annonce le 25 avril 2019, en pleine crise des . L’école, fondée en 1945, devrait être remplacée par une nouvelle formation accueillant des profils plus divers, soit plus inclusive, plus ouverte à la diversité, plus progressiste. La promo 2020-2021 était, selon Isabel Marey-Semper, présidente des jurys de concours de l’ENA, déjà « très diversifiée, bien éloignée des clichés sur la reproduction des élites dirigeantes ». En pleine période de crises sécuritaire, sanitaire, économique ou écologique, pourquoi acter finalement la suppression de cette école déjà en mutation, si ce n’est pour faire diversion et tenter de regagner un peu la confiance des Français ?

8 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

0 0 vote
Votre avis ?
0 Commentaire(s)
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Vous pouvez également toujours commenter en passant par Facebook :

À lire aussi

Les régionales et départementales maintenues en juin mais, « en même temps », probablement reportées !

Les accommodements de la République sanitaire sont loin d'être terminés...  …