Le gauchiste déprime. Dans les colonnes de 20 Minutes, la conclusion de plusieurs études menées aux États-Unis et en Angleterre dresse ce constat alarmant : « La proportion de dépression chez les personnes votant à gauche est plus importante que chez celles de droite. » Au sortir du bureau de vote, l'électeur de Mélenchon angoisse, celui du PS n'a plus de goût à rien. Dans les rues, il traîne jusqu'à une heure avancée de la nuit, puis il revient au matin vers les assesseurs... Hélas, il est trop tard ! La boulette est consommée. Durant des années, l'électeur de gauche va ruminer ce choix malheureux, regretter, battre sa coulpe et sombrer dans un burn out électoral... Mais pas si vite !

Il convient de distinguer la cause de l'effet. L'œuf et la poule veillent sur cette infernale énigme. Le sujet au moral délabré a peut-être choisi un candidat de gauche en raison de son état de santé psychologique. Dans ce cas, la démarche s'assimile à un acte de désespoir. Perdu pour perdu.... Plutôt qu'une pendaison ou l'ouverture du gaz, le citoyen déjà mal en point a choisi la méthode radicale. Avec un quelconque Hollande ou Jadot, il sait que sa fin est proche. Le psychologue consulté par le magazine n'est sûr de rien. Il s'agit de l'une ou l'autre de ces hypothèses. Sans doute les deux à la fois.

L'origine du mal

Les victimes de ces états d'âme ont identifié l'origine du mal. Leur conscience des misères du monde serait la clé de l'énigme. À l'inverse des idiots de droite, le réchauffement climatique les tourneboule, les inégalités les démoralisent… Mieux informé que la moyenne, l'écolo responsable est plus sensible aux écarts de température. Une canicule et le voilà filant chez le psy. Une averse et il s'allonge sur un divan. Pétri d'empathie, il souffre en silence sur le sort réservé aux sans-papiers alors que le zemmourien reprend deux fois du cassoulet. Celui-ci ignore tout, ne voit rien. Il peut même aller jusqu'à se réjouir et, ainsi, venir accroître la souffrance de gauche.

Un jeune éco-anxieux témoigne en vidéo de l'état de stress dont il eut à pâtir. Une dame de 20 Minutes est venue à son chevet examiner ce qu'elle qualifie de « maladie ». Dieu merci, son patient va mieux. Selon la spécialiste, certain psys comparent la climato-dépression à un deuil. L'annonce du décès prochain de la planète plonge une génération dans l'angoisse. Le convalescent raconte sa conviction que tout ce qu'il voyait autour de lui allait disparaître. Les plantes, les océans, Sandrine Rousseau. Tout ! Sa rémission est venue par l'action au sein d'associations endeuillées. Jets de peinture sur chefs-d’œuvre et collages de mains sur bitume permettent au climato-dépressif d'aller mieux.

Contrairement à l'insouciant de droite, le préoccupé de gauche ne compte pas au rayon de ses inquiétudes l'ensauvagement de la société, la ruine de l'école, de la santé, de l'industrie et autres faillites. De ce côté, tout va bien sous le soleil.

3588 vues

14 novembre 2023 à 19:03

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

9 commentaires

  1. Dur déprendre conscience que l’on a penser mal pendant si longtemps. Combien de ces chantres de gauche font, maintenant, des discours très « Reconquête! » ?

  2. Bon, nous n’allons pas jouer à la « cellule d’assistance psychologique », mais un petit conseil tout de même : descendre de son arbre et rejoindre la réalité…ça ira mieux !

    1. Attention à l’atterrissage, souvent périlleux pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude de la dure réalité.

  3. Excellent comme toujours monsieur Leroy. Oui, on peut traduire qu’être de droite consiste à chercher les solutions concrètes pour pallier aux maux quotidiens quand être de gauche est de proposer des actions sur des choses qu’on ne maîtrise pas mais qui pourront conduire à notre suicide.

  4. Quel cirque ridicule..Adhérez à l’association des climato réalistes vous irez mieux.

  5. Dommage, il n’y en a, hélas, pas assez qui vont jusqu’au suicide. Quelle bouffée d’air, cela ferait.

  6. Excellent comme toujours l’humour en prime. Ces gauchos vous mettent la trouille au ventre ne les écoutons pas .

  7. Excellent article . Si ces gauchos pouvaient se rendre compte qu’ils sont responsables de ce que nous vivons , de ce que nous subissons par leur faute ……Mais malheureusement ils ne sont pas assez intelligents pour ça et c’est pour cela qu’ils sont de gauche .

Les commentaires sont fermés.