Ils sont en guerre. Les uns habitent une cité de Savigny-le-Temple, les autres, une cité du Mée-sur-Seine (à 5 km de là). Les premiers se demandent comment il est possible que des malfaisants résident ailleurs que dans leur quartier. Les seconds, ceux du Mée-sur-seine, se posent la même question existentielle. Les deux bandes sont d'accord sur un point : la situation ne peut plus durer. Ceux d'à côté sont à éliminer. Sur ce principe limpide, des groupuscules de banlieue s'affrontent et laissent derrière eux un champs d'éclopés et de décédés. Le 27 juillet, Lucas, 17 ans, est battu à mort par des d'Évry qui voyaient d'un très mauvais œil son appartenance à la commune de Fleury-Mérogis ; 7 blessés à la chevrotine à Garges-lès-Gonesse le 31 août ; tué à coups de couteau devant la gare de Melun en janvier 2022 ; tirs de kalachnikov ici et là, etc. Pour en finir avec cette hécatombe, parents et associations se concertent. Une grande randonnée cycliste à travers la leur fera passer le goût de s’entre-tuer. La vie en plein air, l'esprit de franche camaraderie sauront dissuader le jeune de rejoindre ses voisins de palier dans ce conflit fratricide.

De retour de son périple sur les routes de la région Alpes-Côtes Azur, le peloton exulte. « Nous n’avons même pas un incident à signaler », s'enthousiasme l'organisateur Ali Matelo, directeur adjoint de l’office municipal d’animation de la cité de Torcy (Seine-et-Marne), dans Le Parisien.

12 encadrants pour 28 participants et pas une seule bagarre ! L'exploit épate les parents du Mée-sur-Seine et des environs. Les ont compris le sens de la vie, compteurs à zéro, les voilà revigorés, ils vont courir embrasser leurs nouveaux amis de Savigny. Le Parisien fait grand étalage des déclarations émerveillées des randonneurs mais ne consacre qu'un bref paragraphe au coût de l'opération. Plus de 55.000 euros. La préfète déléguée à l'égalité des chances, le conseil départemental, les communes et les allocations familiales ont réuni la somme. Le cliché montrant des cyclistes dépourvus de matériel de camping laisse à penser qu'ils furent logés confortablement. L'année passée, un raid cycliste vers les côtes normandes se monta à 25.000 euros, rapporte le même quotidien. La mouvance Bisounours ne recule devant aucun sacrifice. À l'escalade de la violence, celle-ci répond par une offre de dépaysement toujours plus coûteuse. La formule magique qui permettrait aux banlieues de retrouver calme et tranquillité est à l'étude. Un voyage annuel de 365 jours dans le décor sauvage du désert australien. Associations et parents sont sur la bonne voie.

5703 vues

27 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

20 commentaires

  1. Depuis 1997, il y a eu 14 plans  » banlieues  » jusqu’au nouveau plan dévoilé par Jean louis Borloo en 2018 au premier Ministre de l’époque Edouard Philippe. En 2012, Le Qatar a investi 50 millions d’€ au motif  » Projets Professionnels pour les banlieues « .
    10 millions d’€ en 2021, 42 millions d’€ en 2022, je ne vous compte pas les rallonges intervenues entre-temps.

  2. Dans mon temps, la reconnaissance sociale passait par le travail et l’esprit d’engagement. Aujourd’hui, la partie ressources n’existe plus, dans les auditions d’enquête policière, on peut avoir une voiture de luxe et des biens mobiliers et immobiliers, sans déclarer quoi que ce soit à l’administration fiscale et se faire passer pour une victime de la société.
    Elle est pas belle la vie de délinquant ? …

  3. A notre époque, à 12-14ans, on travaillait à la ferme voisine : garder des vaches ou des moutons, épandre le fumier, planter les choux ou les patates,….. çà ne coûtait rien à la société et même çà avait une certaine utilité. Comme disait Blier (Tontons flingueurs) : « les tâches ménagères ne sont pas dépourvues d’une certaine noblesse,… et on a moins la tête aux bêtises !…. ». Là, non seulement çà ne sert à rien, mais en plus, çà coûte !

  4. Tellement fatigués (ils n’ont pas l’habitude de ce genre d’effort) qu’ils n’ont plus la force de se battre.
    Mais il faut garder espoir; ils vont récupérer.

  5. Heureux ces délinquants , peu de français peuvent se payer des vacances à ce prix là quand ils peuvent encore s’en payer .Il est vrai qu’une fois tout payé , loyer ,impôts, taxes et j’en passe il reste aux français à peine de quoi survivre .Faut bien entretenir nos chers élus et nos racailles , pour eux pas de restrictions .

  6. Cela fait cher les vacances ! Tout cela laisse supposer que tout un chacun des français puisse bénéficier des mêmes possibilités d’évasion de luxe . Rien est trop beau pour la racaille pendant que l’on met la tête sous l’eau de nombre de nos citoyens avec le coût de l’électricité qui a augmenté de 35 pour cent et l’inflation galopante. J’ai habité longtemps et il y a encore peu cette banlieue , et je vis désormais dans la ruralité mais si j’ai gagné en tranquillité , j’y ai découvert une vrais misère parmi notre population , non prise en charge par nos caisses sociales qui savent se montrer généreuses pour certains clients, et très à cheval sur les critères d’attribution pour ce qui est de nos compatriotes . Tout ce déversement de subvention pour des apprentis délinquants est d’autant plus injuste et même indécent !

    1. Ils sont plus nombreux à encadrer qu’une sortie scolaire avec des petits , quelle honte et à nos frais SVP …

  7. Plus les racailles sont malfaisantes , plus elles sont récompensées !!!
    Dans ce pays nous marchons sur la tête
    Refaire un bagne avec travail obligatoire s’ils veulent manger , pas de Tv , pas d’ordinateur et pas de tel. et aucune visite !
    Il y a assez d’anciens forts militaires pour en employer un comme bagne en fermant l’ accès

    1. « Plus les racailles sont malfaisantes , plus elles sont récompensées !!! » C’est tout le système qui marche comme ça. Exemple avec les impôts : plus tu travailles, plus tu es taxé.

  8. « Un voyage annuel de 365 jours dans le décor sauvage du désert australien. Associations et parents sont sur la bonne voie. » j’aime beaucoup l’idée ! par 45 à 50° à l’ombre dans la poussière du bush avec tout les rampants et autre bestioles sympatiques !

  9. Au lieu d’organiser des tours de France cyclistes, ils feraient de mettre les protagonistes sur un ring pour qu’ils s’exterminent les uns les autres, pour la plus grande tranquillité des concitoyens; de plus, cela leur reviendraient bien moins cher, pour ne pas dire rien du tout.

  10. Super pour ramener la paix dans les banlieues. Vous êtes méchants ? Vous avez gagné un périple de 8 jours à vélo, tout frais payés, vélos fournis. Massacrez vos congénères et vous gagnez le gros lot. Et si vous recidivez, ce sera la prison… Mais rassurez vous, après les courses de karts, le ministère de la justice vous prépare d’autres joyeusetés. Il planche sur un « interprisons » sur le principe des « interville » si chers aux Francais, avec concours de vachettes dans les cours des centre de rétention. Histoire de vous donner de bons souvenirs et, pourquoi pas, l’envie d’y revenir… On s’amuse mieux en prison que dans les cités, non ?

  11. Comme d’habitude, c’est l’escalade des dépenses pour une cause perdue.
    En même temps, comme c’est l’argent des autres, ya pas d’souci, comme on dit à l’envi de nos jours.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter