Les Engagés mérite un César. Les professionnels du s'interrogent sur les raisons de la baisse de fréquentation des salles ? La réalisatrice Émilie Frèche illustre en images tout ce qui, désormais, repousse le spectateur français. Qu'elle en soit récompensée par une statuette en sucre. Un joli Bisounours à déguster sans modération le soir de la cérémonie. Le miel mondialiste ne fait plus recette sur les écrans. 1.815 entrées réparties sur 139 salles. Je pose un, je retiens rien : 13 personnes par salle. Lors de la remise du prix, la réalisatrice s'engage à remercier nommément chaque spectateur. « Une pensée émue pour Jean-Paul de La Garenne-Colombes, félicitations à Nathalie qui est parvenue à entrer dans la salle malgré l'affiche, un grand bravo à Xavier, etc. » Standing ovation pour les volontaires qui ont incarné le malaise culturel.


À court d'argument, Kad Merad évoque le prix du billet. Pour le pilonnage de l'idéologie moralisatrice de gauche, il est vrai que le téléspectateur préfère la gratuité de BFM. Pop-corn maison, confort du canapé, ronronnement du chat… « On n'est pas mieux comme ça ? » Malgré l'absence de Leonardo DiCaprio, le naufrage de sur l'Ocean Viking fut captivant. Le film Les Engagés, avec ses bonnes âmes se portant au secours de migrants venus par les montagnes du Briançonnais, ne peut rivaliser avec les chefs-d’œuvre de compassion distillés sans interruption sur l'ensemble des chaînes d'info. Contre les péplums maritimes, terrestres et aériens servis en continu, la metteuse en scène n'était pas de taille. Oui, d'accord, les passeurs amateurs des Hautes-Alpes sont des héros, des résistants, des de la vraie bonne cause humanitaire, mais d'un plateau télé rempli de clones de Sandrine Rousseau, détruit l'impact du trop long métrage. Qui dénoncera les dommages d'Yves Calvi sur la fréquentation des cinémas ? Le jury des César en est désormais convaincu : le redémarrage de l'industrie cinématographique française ne se fera pas sans une mise au rancart de Léa Salamé. L'effet doublon a assez duré.

De son côté, Kad Merad serait en quête de nouveaux prétextes. À cause de l'interdiction des chats dans les salles de cinéma ? L'absence de télécommandes pour changer de film ? Non ? Alors la fin des scénarios niaiseux ? « Eh ben tu vois, quand tu veux… »

11913 vues

20 novembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. En cinéma , la gauche islamo-gauchiste (redondance !) ne produit que la « merdre » (Ubu Roi) . Et comme ça ne sent pas très bon , je laisse les gauchistes entre eux . Au fait combien sont-ils … 1815 décérébrés …

  2. J’ai beaucoup de plaisir à revoir les vieux films même en noir et blanc , l’époque où le cinéma possédait de vrais acteurs , des artistes , audibles , qui ne débitaient pas tel des mitraillettes au point que la plupart du temps , on ne comprend rien , déjà qu’ils sont nuls .

  3. Cette caste du politiquement correct et de la protection prioritaire des migrants illégaux et illégitimes par rapport à celle de la population française me dégoûte.
    Le problème c’est que c’est la caste des friqués, de ceux qui vivent loin des villes devenues infréquentables, et qui en profitent indirectement grâce aux électeurs simples d’esprit et mouille-banquettes !

  4. N’ayez crainte, ils vont continuer. Ils n’ont sans doute pas assez expliqué, convaincu… C’est aussi parce que nous ne sommes pas encore assez prêt.
    Bon c’est de notre faute en fait, c’est parce qu’on est des gaulois réfractaires.
    Allez, le prochain fera 900 entrées et le suivant en fera 8. Et après ils ne le sortiront même pas, ils le garderont pour eux. C’est pas grave puisque c’est nous qui payons !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter