Sur le plateau de France 2, place à l'info, place à l'écologie. Extraordinaire : des chemises cartonnées dont raffolent étudiants et fonctionnaires sont fabriquées à partir de paille. Oui. La jolie paille des champs que l'on aperçoit par la vitre de notre voiture électrique dès les beaux jours venus. Ah, quelle poésie, mon ami !

Pour illustrer cette innovation, la charmante chroniqueuse a apporté quelques exemplaires de ces chemises et un bouquet d'épis de blé. Le journaliste Julian Bugier assiste à la démonstration et constate sans aucune aide extérieure qu'il s'agit de blé.

Alors, comment ça marche ? Eh bien, c'est très simple : « Seules les petites graines vont être récoltées pour la production alimentaire », explique la démonstratrice. « Tout le reste, les tiges les feuilles, c'est 80 % de la plante et c'est jeté ou c'est brûlé », poursuit-elle. Chacun devine le processus : avant que l'irréparable ne soit commis par le moissonneur, le fabricant de chemises arrive, sauve la paille des flammes ou de la déchetterie, l'emmène avec lui et se met à tisser cette matière qui fait l'admiration des écologistes les plus exigeants. Les vaches affalées sur leur matelas multispires poussent un « meuh » de soulagement. Toutes ces tiges dont l'éleveur ne savait que faire vont enfin servir à quelque chose.

À la suite de la séquence, de nombreux agriculteurs appellent le standard de France 2 pour délivrer un complément d'information. Dans les plaines du journalisme, le ramassage des chaumes est appelé chômage. Ignorant cette révélation, la spécialiste conclut : « Et ainsi, l'impact environnemental est réduit de moitié. » CQFD.

La céréalière de l'info aurait encore quelques rubriques captivantes en préparation. Un dossier explosif qui scandalise les associations de protection animale : le drame des coqs empalés vivants sur les girouettes des clochers. D'autres performances du recyclage également à venir. La laine des moutons, habituellement jetée, désormais utilisée pour tricoter des écharpes à Christophe Barbier, et enfin, l'apothéose finale : la taille de costard dans ses prestations télé. Décidément, rien ne se perd.

8545 vues

19 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Fort heureusement, le ridicule et le défaut d’instruction liée à l’intelligence ne tuent pas. Si cette kékée bon teint se bougeait le popotin, au minimum, elle devrait s’interroger et se demander « pourquoi ces rouleaux, ces balles au milieu des champs ? Et bien petite dame, c’est de la paille, non pas jetée et brûlée, mais soigneusement recueillie afin de servir de litière aux animaux qui passeront leur hiver dans les étables. Car ces petits animaux, chère madame ne passent pas l’hiver dans les prairies…., pour votre information. On dit beaucoup de choses sur les blondes…Mais parfois….

  2.  » Il n’y a que deux choses qui sont infinies: l’univers et la bêtise humaine !  » Albert Einstein
    Le pauvre doit se retourner dans sa tombe en se rendant compte qu’il existe plus fort que l’infini….

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter