[Satire à vue] Anne Hidalgo dans la Seine : le compte à rebours a commencé

©Jacques Paquier-Wikimedia
©Jacques Paquier-Wikimedia

Anne Hidalgo l'avait annoncé lors de ses vœux : elle se baignerait dans la Seine cet été. À cinq mois de l’événement, le maire de Paris a réitéré sa promesse. En juillet, elle saute. C'est un compte à rebours savamment orchestré par l'équipe municipale qui a débuté. En chaque début de mois, un compte rendu complet de l'état d'avancement du projet sera communiqué à la presse. Le 2 mars : « Elle a enfilé son maillot de bain. » Le 4 avril : « Elle a gonflé sa bouée canard... »

Appel aux volontaires

Le lieu de la mise à l'eau est désormais connu. « Juste en bas de l'hôtel de ville au Pont-Marie, où la baignade sera pérenne après les JO. Ce sera un beau plongeon plein de symbole. » L'approche de la date fatidique, Anne Hidalgo lance un appel aux volontaires qui souhaiteraient l'accompagner dans cette aventure. Outre les sportifs, Emmanuel Macron est invité à rejoindre la naïade sur le quai : « S'il veut venir, il sera évidemment bienvenu. » « À la une, à la deux... Après vous, je vous en prie... » « Je n'en ferai rien. » « Honneur aux dames », etc. L'objectif non avoué serait qu'il saute le premier. Le coach de l'édile l'aurait confié au journal L'Équipe : « S'il remonte à la surface, elle y va ! »

En coulisses, les communicants ont d’ores et déjà mis au point la phrase historique prononcée à l'occasion de cette grande première : « C'est un petit plouf pour une dame de gauche, mais un grand plouf pour la France entière. » Réussite des JO ou fiasco, le double sens de la formule pare à toute éventualité.

Quelques sacrifices budgétaires...

Selon Le Figaro : « Depuis 2016, l'État et les collectivités locales franciliennes ont investi environ 1,4 milliard d'euros pour rendre baignables la Seine et la Marne, son principal affluent. » Le maire de Paris, Emmanuel Macron et son gouvernement, emportés par le courant jusqu'au Havre, puis livrés aux eaux tumultueuses de l'Atlantique : la possible issue de l'opération méritait quelques sacrifices budgétaires.

Après la Seine, la Loire. « Testez la qualité des eaux par la simple immersion d'Anne Hidalgo. » Bleue : baignade dangereuse. Violette : baignade interdite... L'après- JO s'annonce prometteur de contrats mirobolants.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

41 commentaires

  1. Si madame le maire de Paris , le placé nommé président et quelques autres sautent dans la Seine , ils doivent être poursuivis ,inculpés de pollution volontaire , si par malchance ils ne se noyaient pas !

  2. Je n´ai aucune crainte a voir Hidalgo sauter dans la Seine, considérant ses compétences et son parcours, il n’y a aucun doutes…elle sait nager !!!

  3. Plus rien n’est sur du grand défilé sur la Seine ,certaine radio émette que le cortège se résumerai a un bateau avec seulement les porte-drapeaux. Ils tremblent tous dans leurs calçons ils ont peur des attentats pourquoi avoir supprimé ce qui fait le charme de ces quais en faisant disparaitre les boutiques ,en suppriment tout ce qui faisait le bonheur des enfants sur le champs de Mars . la mère hidalgo aurait mieux fait de lancer une politique de dératisation .

  4. Je suis surement ignare, mais je croyais que la Seine était un fleuve, pas une mare: l’eau s’écoule de l’amont à l’aval, donc pour se baigner à un endroit précis il faut que tout le fleuve soit assaini depuis la source.

  5. Beaucoup de leaders politiques ont fait ce voeu d’ avoir une Seine propre ,mais le travail titanesque que cela demande les a poussés à l’ abandon !
    Madame Hidalgo ne sait peut-être pas que ,pour nettoyer la Seine qui a des affluents ,il faut aussi nettoyer ces derniers!

  6. Séraphin Lampion en maillot de bain Belle Epoque et notre naïade verte (de toute évidence en régime amaigrissant depuis plusieurs semaines, eh oui il faudra faire la couverture de Paris Match et la concurrence est sérieuse) plongeant ensemble dans la Seine quel spectacle. Nous nous passerions bien de leurs pitreries à plusieurs centaines de millions d’euros. La minute de bain coûtera cher. Alors que les Français n’en peuvent plus de tout, l’oligarchie bobo s’amuse d’un gadget qui ne sera pas pérenne en cas de crues et d’orages. La gueule de bois va être terrible.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois