« Notre combat se situe dans l’Assemblée nationale. » Ce mantra, répété et diffusé par les élus du RN dans l’ensemble des médias, a été le cap du RN alors que la réforme des retraites et son cortège de colère se profilaient à l’horizon. Soucieux de garder l’image d’un groupe d’opposition responsable et constructif, soucieux de participer à l’effort du perchoir de ne pas « laisser l’Assemblée se transformer en ZAD », pour reprendre les mots de la présidente Braun-Pivet, le RN était catégorique : leur place n’était pas prioritairement dans la rue mais bel et bien dans l’Hémicycle.

Or, ce jeudi, devant l’incontestable succès de la mobilisation syndicale contre la réforme des retraites (entre un et deux millions de manifestants à travers la France), les élus de la NUPES se sont sentis pousser des ailes. Et même le psychodrame du vote interne du Parti socialiste redémarrant la traditionnelle guerre des chiffres ne déstabilise pas une gauche unie avec tout son écosystème de syndicats et d’acteurs sociaux. « Le chemin est tel qu’en 2027, sauf impair majeur, on gagne. Le risque serait de trop en faire. » Le député RN du Loiret Thomas Ménagé ne sait pas prévoir l’avenir mais a confiance en ce dernier. « Ne pas trop en faire » sans « ne rien faire », telle est la ligne de crête sur laquelle le Rassemblement national tente d’avancer. Mais dans un contexte social explosif, alors que les élus de gauche battent le pavé et se font voir par les manifestants, le RN peut-il prendre le pari de rester confiné dans l’Assemblée nationale ?

Bien entendu, pour se départager de la gauche, le RN a un ou deux pavés dans sa besace. Notamment l’élection d’Emmanuel Macron. « Le RN est totalement légitime pour s’opposer à cette réforme, à la différence des autres partis qui ont tous appelé à voter pour Macron », a rappelé la députée du Var Laure Lavalette sur BFM TV, le 18 janvier dernier.

Une situation qui a poussé le parti de Jordan Bardella à corriger légèrement le tir. La veille de la première manifestation, le président du parti a d’ailleurs parlé à cet électorat. « La réforme des retraites est un projet de casse sociale, un projet injuste pour des millions de travailleurs. Il y a une colère souterraine qui gronde dans le pays face à un gouvernement qui demande des efforts toujours aux mêmes », a-t-il notamment déclaré sur CNews, ce 16 janvier. Quant au vice-président de l’Assemblée nationale Sébastien Chenu, il n’a « pas exclu », ce vendredi, dans « Les Quatre Vérités » sur France 2, « que le RN soit présent à la mobilisation du 31 janvier contre la réforme des retraites ».

En tout cas, fidèle à sa stratégie managériale depuis le début de la législature, Marine Le Pen n’a laissé aucune consigne à ses troupes. « On veut rester imprévisible et on se sent totalement libre de rejoindre tel ou tel rassemblement », assure la porte-parole du groupe Laure Lavalette, qui précise néanmoins que « nous serons à l’Assemblée nationale pour y croiser le fer. Notre objectif est toujours d’être la force d’alternance à Emmanuel Macron. » En d’autres termes, tenir le rôle d’opposition raisonnable au risque de disparaître très momentanément des écrans radar.

En bref, le RN cultive le paradoxe d’avoir un cap très clair à long terme mais d’hésiter sur la manœuvre d’esquive des différents récifs qui se succèdent à l’horizon 2027. A contrario de la NUPES, qui suit le paradoxe inverse : savoir comment esquiver les récifs tout en ignorant où le vent porte l’embarcation. Une embarcation qui ressemble en au moins un point au Titanic : il n’y aura pas assez de bateaux de sauvetage ; reste à savoir qui occupe la 3e classe !

5808 vues

21 janvier 2023 à 10:22

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. J’ai écouté avec attention l’entretien de Jordan Bardella sur Cnews ce dimanche 22 janvier , et en effet le voir bras dessus bras dessous avec d’un côté Martinez de l’autre Berger , çà ferait « tâche » (comme disent nos jeunes) . Mais pourquoi pas battre le pavé avec un mot d’ordre du RN ( LFI l’a bien fait) en agrégeant pour plus de convictions la jeunesse (il est vrai pour un piètre résultat). Curieux cependant de voir si la « sauce prendrait » sur une décision du RN , à bien y penser ce serait cependant prendre un risque car Darmanin n’enverrait t-il pas alors les chars avec des charges « non neutres »…

  2. La rue est le lieu où s’exprime le peuple comme les assemblées sont le lieu où débattent nos représentants.
    Il faut néanmoins que ces assemblées soient représentatives du peuple, je suis de ceux qui en doutent…

  3. il vaut mieux en faire un peu trop que pas assez!!a mon avis il ya longtemps que le RN majoritaire aurait du avancer ses pions!!surtout avec l’explosion du prix du gaz et de l’électricité sans compter le reste(essence, pain,viande,fruits et légumes ) le peuple doit descendre dans la rue ,pour virer toute cette bande d’incapables qui est en train de nous tuer .
    A quoi sert le président du sénat , a se gaver comme d’habitude? la france est en train de couler à pic.

  4. Pourquoi personne ne parle de mettre un petit pourcentage sur les importations en provenance de pays non-européens? Pas sur certaines marchandises que nous ne pouvons pas produire, mais sur tous les produits manufacturés que nous pourrions fabriquer en France. Même avec un petit pourcentage nous pourrions renflouer les caisses de retraite et d’assurance chômages.

  5. Le régime des retraites doit sans doute être mis à jour comme tout ce qui vieilli. Mais franchement avant de créer un tel bordel en France n’aurait-il pas été préférable de faire la chasse aux gaspis partout et ensuite, arrivés à l’os, on aurait pu parler réforme. Subventionner les ONG pro migrants et payer des policiers pour poursuivre les migrants ça ne choque personne ? Payer des policiers pour attraper 20 fois la même personne mise 20 fois en liberté ça ne choque personne ? Payer pour les enfants de pères immigrés qui ont une épouse et 5 concubines et 17 enfants ça ne dérange personne? Donner 160millions d’€ au Pakistan ça ne dérange personne? Acheter pas cher à l’étranger et payer des chômeurs ça ne dérange personne ? Payer des ministres incompétents menteurs et leurs cabinets de conseils incompétents ça ne dérange personne?

  6.  » Ne pas trop en faire  »  » sans ne rien faire  » revient à se banaliser et représenter une alternance qui n’en ferait pas plus qu’un autre parti, ou que le gouvernement lui même, donc à quoi bon choisir cette alternative ? Stratégie risquée qui fait se demander si le RN veut vraiment le pouvoir ??

  7. Le R.N. fait comme il veut. Ce que je peux dire, c’est que ce 2ème Quinquennat d’E. Macron est un peu plus proche de la Démocratie Républicaine, parce que le 1er il était plus près du Totalitarisme, de l’Insulte du Peuple même des citoyens sans aucune trace sur le Casier Judiciaire. Que Macron mange son pain noir, et cesse de nous accuser de tous les maux de la Terre

Les commentaires sont fermés.