L' a-t-elle pris conscience que la livraison de lourds Leopard 2 à l'Ukraine constituerait une dangereuse escalade ? Ce n'est, bien sûr, pas l'explication donnée à ce qui est pour le moment un refus à une demande insistante de Kiev qui s'est permis, depuis Davos, de faire la leçon au chancelier allemand qui s'est montré réservé sur le sujet. Vendredi, dans cette réunion de Ramstein où la décision n'a donc pas été prise, le nouveau ministre de la Défense allemand Boris Pistorius lui a répondu : « Nous pesons simplement le pour et le contre. » Parole d'or qui devrait précéder toute décision politique, et singulièrement pour la guerre et cette guerre qui, en s'internationalisant, menace la paix sur tout le Vieux Continent.

Ce refus d'accéder aux exigences de Kiev, qui réclame 300 Leopard, marque-t-il un tournant ? Difficile de le dire. Mais si l' décidait de le concrétiser, il pourrait constituer le début d'une autonomisation de l'Union européenne par rapport aux États-Unis dans le conflit. En effet, le chancelier Scholz a prévenu qu'il n'enverrait ses Leopard que si Washington en faisait autant avec ses chars Abrams, ce que les États-Unis ont précisément exclu, pour des raisons techniques. L'Europe est-elle en train de prendre conscience qu'elle ne peut courir le risque d'être en première ligne en alimentant un conflit qui peut très vite prendre d'autres dimensions tout en ayant sacrifié ses propres moyens de défense ? Cette affaire des est une pierre d'achoppement bienvenue, peut-être une heure de vérité.

Et le cas de la France est encore plus parlant. Là encore, la lucidité semble progresser chez nos dirigeants. Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a reconnu, mercredi, que devait primer dans le choix de livrer ou non nos chars Leclerc le principe suivant : « Ne pas affaiblir notre système de défense. » En effet, la France, aujourd'hui, ne dispose plus que de 220 chars Leclerc opérationnels et n'en fabrique plus depuis 2008. Stéphane Audrand, consultant spécialisé dans l'armement, a clairement circonscrit l'enjeu dans une déclaration à franceinfo : « Envoyer une douzaine de Leclerc entamerait la crédibilité de la composante blindée française. En envoyer une cinquantaine la sacrifierait. »
Georges Michel, il y a déjà huit mois, ne disait pas autre chose quand il s'agissait des canons CAESAr. Mais, dans le cas des chars Leclerc, notre faiblesse nous met hors du jeu et pourrait paradoxalement nous permettre de jouer une partition plus indépendante.

Car ce sont bien les chars Leopard allemands que convoite Kiev, bien plus nombreux, non seulement en , mais aussi dans les pays européens, notamment la Pologne, où elle les a abondamment commercialisés. Et un feu vert de l' vaudrait aussi pour ces pays, ce qui ferait incontestablement changer le conflit de dimension. L'enjeu est de taille; et le refus ou la temporisation de l'Allemagne sont tout à son honneur. Vendredi soir, après l'échec de la réunion des ministres de la Défense sur ce sujet, le président ukrainien a réitéré sa demande. Pour lui, il n'y a « pas d'autre solution ».

Ce vendredi, à Ramstein, la lucidité était encore de mise du côté américain puisque le chef d'état-major Mark Milley déclarait : « D’un point de vue militaire, je maintiens encore qu’il sera très difficile d’expulser les forces russes de toutes les zones d’Ukraine occupées [...] Cela ne veut pas dire que cela ne peut pas arriver. Mais cela sera très très difficile. » Des Américains qui entretiennent le doute sur la Crimée comme objectif de guerre puisque, selon le New York Times, ils se montreraient désormais favorables à une offensive ukrainienne sur la péninsule redevenue russe depuis 2014. Nouveau signe inquiétant d'un risque d'élargissement du conflit, alors que la retenue allemande au sujet de la livraison des lourds pourrait laisser entrevoir une autre dynamique.

7113 vues

21 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

65 commentaires

  1. Il était temps que la Droite les Républicains en U.S.A. reprennent la Majorité à la Chambre des Représentants (notre Assemblée Nationale) pour un peu plus de calme, d’analyse logique…et pas du va t’en guerre jusqu’au boutiste, à écouter un pantin comédien entre les mains de la Biden mania, qui se fiche si l’Europe est dévastée, bombardée; leurs Black Rock, les millions de milliards des fonds de pensions U.S., viendront nous réparer et ré industrialiser pour leur Profit en 1er.
    Par ailleurs, si un Pays de l’U.E. envoie des armes lourdes en Ukraine, vu que l’on nous rabâche que l’U.E. c’est pour l’Unité, il serait normal, que pour un fait aussi important et dangereux, qu’au moins la Majorité des 3/5 des Députés de l’U.E. se prononce Pour ou Contre, ou l’Unanimité des Chefs d’Etats. L’Allemagne ou la France, ou autre pays de l’U.E. n’est donc pas compétent à décider d’envoyer des chars lourds en Ukraine. Ne pas oublier que de l’autre côté vous avez le Pays immense et le mieux armé au Monde, jusqu’à des technologies nucléaire….S’ils veulent se battent c’est à l’épée ! ! !

  2. Pour résumer, l’Ukraine est fchue, si les Ukrainiens n’expulsent pas les Russes d’Ukraine, la Russie s’agrandira de 40 millions d’habitants et 600 mille km2 et annexera définitivement la Biélorussie, la Moldavie et la Géorgie suivront très vite, d’ailleurs les Russes sont déjà en Moldavie et en Géorgie, n’oublions pas qu’une fois l’Ukraine intégrée, la Russie pèsera bien plus lourd, la voie vers une URSS 2 dont rêve Poutine est en marche.

    1. N’oubliez pas que Staline était Georgien et que Kroutchef/chof est l’Ukrainien qui a donné la Crimée russe à son Ukraine natale. La Russie ne peut annexer l’Ukraine entière, matériellement c’est impossible. Poutine n’est pas aussi fou qu’Hitler. Quant à la Finlande les Russes savent qu’il faut la laisser tranquille à elle de ne pas faire comme l’Ukraine

    2. Si la France et l’Allemagne avaient fait respecter les accords de 2014, il n’y aurait jamais eu de guerre.

    3. Votre vision est bien trop simpliste : ce n’est pas le méchant ogre russe qui s’attaque au gentil peuple ukrainien sans défense ! Dans la réalité, l’Ukraine n’est pas un pays, mais une juxtaposition de populations diverses. En gros, l’est (aux alentours de Kharkov et du Donbass) est essentiellement peuplé de Russes, l’ouest (alentours de Lviv) de Polonais. Il n’y a guère que la région centrale de Kiev qui parle réellement l’ukrainien. Le pouvoir politique de Kiev a tenté d’homogénéiser tout ça par l’imposition de la langue ukrainienne partout. En cela il a été conseillé et soutenu par des « partenaires occidentaux » qui, sous la férule US ne perdent jamais une occasion d’essayer d’affaiblir la Russie. Mais cela a provoqué depuis 2014 un grand soulèvement dans les régions russes du Donbass dont la guerre d’aujourd’hui n’est qu’une malheureuse conséquence logique. Il n’y a aucune raison de rajouter de l’huile sur le feu d’un conflit qui n’en a guère besoin !

  3. Les US se servent de l’Europe pour mener leur guerre contre la Russie. Mais là, ils ont allumé un feu qu’ils ne maitrisent plus et qui risque de provoquer une troisième guerre mondiale. Si les accords de Minsk avaient été respectés, nous n’en serions pas là car tout le monde a fermé les yeux. Il faut tout revoir et cesser de livrer des armes à ce fou de Zelensky aux ordres des US dépassés par les évènements.

    1. Oui en effet jusqu’à quand vont ils écouter ce fou de Zelensky ? Les américains ont compris qu’ils ne maîtrisent plus rien ni personne ( à commencer par Zelensky) et que leur guerre par procuration prend une mauvaise tournure.

    2. Si la France et l’Allemagne avaient fait respecter les accords de 2014, il n’y aurait jamais eu de guerre.

  4. La victoire stratégique inexorable qui se dessine pour les Russes force les dirigeants européens au déni de réalité pour continuer d’affirmer leur alignement aux USA qui, faute de pouvoir « posséder » l’Ukraine, sont désormais sur leur but secondaire qui est « d’affaiblir » la Russie en la forçant au combat. Les politiciens sont de peu de courage, et il en faudrait pour casser la logique d’une fuite en avant en fournitures d’armements coûteux (un seul char coûte environ dix millions d’euros). Le socialiste Scholz semble prendre les devants, et Paris et Bruxelles sont bien exclues des décisions. M Scholz est à Paris aujourd’hui, invité d’une France qui espère exister dans le monde anglo-saxon ; tout sourire, mais il fera bien ce qu’il voudra ; il lui en coûterait trop d’être séduit.

  5. Je suis désolé, mais je ne partage pas les idées évoquées dans cet article. Cela sent un peu trop son « Munich ». Je ne sais pas s’il faut où non fournir des chars lourds à l’Ukraine. Je sais seulement que l’Ukraine combat pour son intégrité et sa liberté. Si l’Ukraine perd, ce sera la porte ouverte à tous les tyrans de la terre qui recevrons haut et fort le signal que la force prime sur le droit.
    J’aimerais aussi que ce conflit ne nous fasse pas oublier nos frères d’Arménie, berceau de la Chrétienté, qui font face à l’Hydre Islamique et au Sultan Turque. Eux aussi auraient grand besoin d’armes pour se défendre !

    1. L’Arménie sans richesses n’intéresse pas les USA. L’Ukraine, elle, les intéresse. Les Turcs sont intéressants parce qu’ils sont dans l »Otan et contrôlent (pour les USA) le Bosphore. Les Turcs sont intéressants aussi car ils tiennent l’Allemagne. Si c’est le bazar en Allemagne c’est un problème pour les USA dont l’Allemagne est l’affidé en Europe.
      Fournir des chars lourds à l’Ukraine c’est déclarer la guerre à la Russie. Il vaudrait mieux pour nous de nous méfier de ces va-t-en-guerre de théâtre. La Russie quel que soit son régime n’a qu’un ami en Europe (la France) et qu’un ennemi (la Prusse teutonique).

  6. Article très intéressant qui nous permet de découvrir le commerce florissant des chars Allemand qui, contrairement aux Leclerc Français, ont été largement vendus en Europe. Là encore, nos politiciens fonctionnaires n’ont pas été bien bons…

    1. Oui, une preuve de plus que l’Allemagne est la grande gagnante de cette pseudo  » Union européenne ». C’est elle qui s’impose en tout et pour tout.

  7. Encore des mensonges sans doute ….et le petit chef de guerre …obéira ….pour montrer sa puissance ..et flatter son ego .

  8. Une bonne nouvelle espérons que nos dirigeants aient la lucidité de stopper une guerre qui n’est pas la nôtre mais qui est notre destruction

    1. Pardon Dominique mais quels français veulent voir leur pays « entrer en cobelligérants » dans une guerre qui ne concerne pas l’UE ? Vous ? ceux qui ont voter pour macron ?
      cet auto proclamé « premier de cordée », après avoir bradé et fracassé l’industrie nucléaire électrique française s’attaque de façon « éradication radicale » à l’armement de la FRANCE en la « distribuant » à un pays en guerre contre son « voisin » … Que fait « l’Assemblée Nationale ? le Sénat ? A quoi servent -ils ? QUI protège la souveraineté française ?
      Tous les pans régaliens, industriels et sociétaux de la république française subissent un tsunami ayant le patronyme « macron » … Jusqu’à quand cela va continuer ? … Stop ou encore ? ! …

  9. Il arrive même que les Américains (surtout depuis que les Républicains tiennent la Chambre) soient avisés.

Les commentaires sont fermés.