Accueil Culture Cinéma Responsabilité du mâle blanc : le coup de gueule de Terry Gilliam, l’homme des Monty Python !
Cinéma - Culture - Editoriaux - Société - 7 janvier 2020

Responsabilité du mâle blanc : le coup de gueule de Terry Gilliam, l’homme des Monty Python !

Dans la série des auteurs visionnaires à l’inspiration prophétique, outre les classiques George Orwell, pour son roman 1984, écrit en 1949, Jean Raspail, pour Le Camp des saints, en 1973, nul doute que le film Brazil, de , réalisé en 1985, fait partie de cette lignée d’œuvres pré-apocalyptiques présageant la décrépitude décadente et volontaire de notre société hyper-connectée et crypto-archaïque.

À l’époque des valeurs républicaines et du padamalgam endémiques où l’apparente liberté d’expression fraye avec une surveillance théocratique de la pensée, où la folie du genre s’est muée en synonyme de normalité relative, où la doctrine officielle impose sa norme construite qui supplante la réflexion et la déconstruit, dans ce contexte kafkaïen contemporain en phase terminale, l’auteur de Brazil, Terry Gilliam, s’est attiré les foudres du cheptel de la Norme fantasmée.

Gilliam, membre cofondateur des Monty Python avec, notamment, John Cleese, qui dénonçait récemment l’immigration au Royaume-Uni, a provoqué, lors d’une interview au quotidien The Independent sur son dernier film L’homme qui a tué Don Quichotte, l’ire de son interlocutrice.

Gilliam a dénoncé, au cours de cette entretien, le mouvement #MeToo et la façon dont certaines femmes accusent les plus hauts responsables d’abus de pouvoir. « Nous vivons à une époque où il y a toujours quelqu’un responsable de vos échecs, et je n’aime pas ça », a-t-il expliqué. « Je veux que les gens prennent leurs responsabilités et ne pointent pas du doigt quelqu’un d’autre en permanence, en disant : “Vous avez ruiné ma vie”. » Et de poursuivre : « #MeToo est une chasse aux sorcières. Bien que ce mouvement ait peut-être attrapé des gens comme Harvey Weinstein, il s’est rapidement transformé en un mouvement de griefs qui a permis aux femmes de détruire la réputation des hommes au cours de combats acharnés et factices. Il y a de nombreuses victimes dans la vie de Weinstein, et je ressens de la sympathie pour elles, mais Hollywood regorge de personnes très ambitieuses qui sont des adultes et qui font des choix. Nous faisons tous des choix, et je pourrais vous dire qui a fait le choix et qui ne l’a pas fait. » À titre d’exemple, Gilliam raconte également qu’il avait été approché par une « actrice très connue » qui lui avait implicitement suggéré « Que dois-je faire pour entrer dans votre film, Terry ? »

Gilliam pousse le sarcasme en affirmant : « Je suis un homme accusé de tout les malheurs du monde uniquement parce que j’ai la peau blanche. Je ferais donc mieux de ne pas être un homme. » Il a donc décidé, en conséquence, de devenir une « lesbienne noire en transition ». « Je ferais mieux de ne pas être blanc. D’accord, mais comme je ne trouve pas les hommes sexuellement attirants, je dois être lesbienne. Que puis-je être d’autre ? J’aime les filles. » De nos jours, souhaiter un « Joyeux Noël » étant devenu un acte de résistance, viendra celui où décliner son hétérosexualité vaudra le maquis.

Et de conclure : « J’en ai marre, en tant qu’homme blanc, d’être tenu pour responsable de tout ce qui ne va pas dans le monde. Je suis innocent ! »

Et toi, homme blanc qui lis ces quelques lignes, as-tu quelque chose à te reprocher ?

À lire aussi

Qui a murmuré à l’oreille d’Emmanuel Macron pour le monde d’après ? Kissinger ?

La guerre de 1939-45 a engendré l'ONU, on se demande bien de quoi Covid-19 va avorter. …