Renommer le boulevard Lannes du nom d’une victime ukrainienne, dans quel but ?

Boulevard_Lannes,_Paris_16e_3

Une tribune parue dans Le Monde, ce 8 octobre, expose la revendication de plusieurs auteurs conjoints. Galia Ackerman, Raphaël Glucksmann, Bernard-Henri Levy ou encore Manuel Valls figurent au nombre des signataires. La demande est simple : rebaptiser le boulevard Lannes du nom de l’écrivain ukrainienne Victoria Amelina, tuée en juin 2023 lors d’un bombardement à Kramatorsk.

Cette tribune doit être étudiée par la commission d’attribution des noms de rue de la ville de Paris. Elle sera ensuite votée au Conseil de Paris. Aucune échéance n’est pour l’instant prévue pour le vote de ce projet, selon les dires de ce Conseil.

« Le projet suscite une vive émotion »

Le boulevard Lannes est un lieu riche de culture française puisque Paul Claudel, Joseph Kessel, Brigitte Bardot ou encore Édith Piaf et d’autres y avaient leur résidence. Les férus d’Histoire y sont attachés. Avant même sa réalisation concrète, le projet suscite une vive émotion. Christopher Lannes, spécialiste de Napoléon, s’indigne, sur X (anciennement Twitter) – soutenu par Jean Yves Le Gallou, ancien député européen : « Ces gens règlent donc leurs comptes aux dépens de notre Histoire et de notre identité. » Et pour cause : pourquoi ont-ils choisi ce boulevard pour honorer la mémoire de cette victime ? Parce qu’au numéro 40 se trouve l’ambassade de Russie. « Prétexte léger », réagit l'essayiste Dimitri Casali, joint par BV. Un pied-de-nez à Poutine, somme toute. Pourtant, le maréchal de France a combattu à Pultusk, en décembre 1806, et à Friedland contre l’armée russe de Bennigsen. L’adresse de l’ambassade était déjà peu accueillante, compte tenu de son histoire.

« On a nos propres héros, en France »

Aussi noble que soit la cause, on ne peut pas évincer les plus prestigieux héros du patrimoine français. « Si le maréchal Lannes a son boulevard, c’est qu’il le mérite hautement après ce qu’il a fait pour la France », confie encore Dimitri Casali. « Le problème est que cette Ukrainienne, aussi talentueuse soit-elle, n’a rien à voir avec notre Histoire. »

Le mouvement woke et la cancel culture sont devenus si puissants que tout est bon pour rebaptiser les collèges, les rues et les places. « Ceux qui ne rêvent que de déconstruire notre Histoire et de l’effacer de l’espace public ne se feront pas prier pour s’engouffrer dans cette brèche dangereuse », avertit Christopher Lannes, sur X. On change de nom de rue quand on veut changer la société. Ainsi, la place Louis XV devint la place de la Concorde, le quai des Théatins devint le quai Voltaire.

Célébrer les victimes, oublier les héros

Outre l’aspect idéologique, changer le nom de cette plaque de rue, en place depuis 1864, c’est casser la logique de la chaîne des boulevards des Maréchaux qui ceinture Paris. « Donnons à cette écrivaine (sic) le nom d’une rue adjacente, d’un square ! » a proposé Éric Anceau, historien spécialiste du Second Empire, sur X (anciennement Twitter).

Après les statues de notre Histoire que l’on déboulonne, c'est au nom même de ces figures que l'on s'attaque. Les évincer des odonymes du pays, c’est les effacer de la mémoire collective. On célèbre les victimes et on en oublie les héros.

Ce n’est pas la première fois que les déconstructeurs s’attaquent aux plaques et leur geste n'est jamais anodin. En septembre 2022, par exemple, une rue de Stains (Seine-Saint-Denis) a temporairement été rebaptisée du nom de Khadija Bint Khuwaylid, femme de Mahomet. Ce n’était alors qu’éphémère, pourvu que ça dure…

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

36 commentaires

  1. La connerie est plus fascinante que l’intelligente ; l’intelligence à des limites , la connerie n’a à pas .

  2. enlever l’histoire de France pour une victime de guerre aussi connue soit-elle, on a pas encore vu ces « missionnaires » de la victimisation se pencher sur l’assassinat de Samuel Paty, ils sont plus prompt à saborder notre histoire pour donner nos monuments et rues aux autres.

  3. Quelle horreur ….de vouloir débaptiser nos rues ..le Général Lannes est plus remarquable qu’un individu inconnu …ne gâchons pas tout …

  4. Si BHL est dans le coup, évidemment on peut craindre le pire !
    Un jour viendra où évidemment le temps ayant passé, où tous ces wokes bobo-gaucho demanderont d’enlever « Charles de Gaulle » à « Place de l’Étoile », pour y attacher « BHL grand guerrier » !
    Avec ce qu’on a à l’Hôtel-de-Ville de Paris, on peut craindre pour le Maréchal Lannes !

  5. Et pourquoi pas débaptiser les Champs Elysées pour les renommer « Avenue de Hamas » ! Je suis sûr que les signataires de cette ignominie seraient partants avec l’aval de La maire des surmulots, , non ?

  6. N’accordons pas d’importance aux gesticulations de ces personnes. BHL a besoin de faire un buzz permanent, lorsqu’il a un livre ou un navet subventionné à vendre.

    • oui BHL à chaque fois qu’une guerre se déclare, il est de suite sur place pour faire le buzz, mais il n’est plus crédible avec le montage qu’il avait fait dans un studio pour faire croire qu’il était sur le front en Ukraine !

  7. J’ajouterai sans lui faire offense, que cette Ukrainienne si talentueuse soi-elle reste une parfaite inconnue pour le Français lambda.

  8. Quelle légitimité ont ces pieds nickelés à demander le changement de nom d un boulevard pour ma part je n en vois aucune entre des coucous politicards qui se prennent des tôles à chaque élections et un soi disant philosophe dont les actions sont sujets à caution décidément ces gens ne reculent devant rien pour tenter d exister. Qu ils fichent la paix à ce boulevard il y a en ce moment une situation tragique en Israël et aucun de « ces va t en guerre » des causes inutiles n ont, il me semble, eu le courage de s exprimer.

  9. Mais c’est le gouvernement qui cautionne ces inepties qui est le grand coupable . Par peur , par lâcheté , pour acheter quelques voix ils sont prêts à tout . Honteux .

  10. Il existe à Nantes une place rebaptisée il y a un siècle du nom du Maréchal Foch, et les Nantais persistent à lui donner son ancien nom, Place Louis XVI…….

    • Tout comme pour moi la place Charles de Gaulle à PARIS, restera la place de l’étoile ! ou l’Arc de Triomphe, ! Ce qui évidemment de retire en rien le fait que le Général méritait bien une grande avenue, ce qui a été fait, mais il faut reconnaître que l’Etoile ou Arc de Triomphe reste une image.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois