Notre pays a été incapable de fournir les masques, les moyens de détection et les respirateurs face à la pandémie, cependant que les infrastructures hospitalières, si elles ne se sont pas effondrées, n’ont tenu que grâce à l’abnégation du personnel de santé. Désormais, le sujet majeur est l’effondrement de notre industrie, reconnu par la plupart des observateurs objectifs. Ceci explique notre profond commercial et la situation lamentable dans laquelle s’est trouvée la dans la du coronavirus. C’est pourquoi il est essentiel de comprendre les vraies causes de cette situation, afin de dessiner les moyens de sortir de la profonde qui nous pend maintenant au nez.

Depuis plus de quarante ans, le nombre d’emplois dans l’industrie française est passé de 6,5 millions à 2,7 millions de salariés, cependant que la part de la valeur ajoutée industrielle dans notre produit intérieur est tombée de 24 % à 10,5 %. Une telle évolution est due à de multiples causes : l’affaiblissement de notre système productif et de l’ nationale, l’illusion d’une société postindustrielle, le libre-échange illimité dans la , la financiarisation de l’ mondiale, le rôle crucial du taux de change réel, la faiblesse structurelle du capitalisme français.

Comment sortir de la situation actuelle ? Désormais, différents moyens doivent impérativement être mis en œuvre pour sortir de la très grave crise qui se profile aujourd’hui, après la pandémie du coronavirus. Ce sont, respectivement, la nécessité impérieuse de la nationale, l’établissement d’une des nations, une formation efficace de la population active, la mise en œuvre d’une ingénierie industrielle, une incitation massive à la modernisation des équipements, l’instauration d’un capitalisme populaire.

Conclusion : depuis plus de quatre décennies, la plupart des responsables politiques, englués dans une idéologie mondialiste et européiste, ont été incapables de maintenir la présence en France d’une industrie puissante, apte à faire face aux défis de l’avenir. En dépit d’une repentance tardive, l’actuel président de la République, , inféodé à la finance, va très probablement continuer à se situer dans la même lignée. C’est pourquoi, lors de la prochaine élection présidentielle, il sera essentiel de congédier ce personnel discrédité.

Tribune collective signée par les économistes Christian Gomez, Gérard Lafay, Philippe Murer, Jacques Sapir, Henri Temple et Jean-Claude Werrebrouck.

9 mai 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Morts vivants

Après avoir « géré » la crise du Covid-19, le gouvernement entend procéder à un changement…