Elles sont, en principe, interdites mais elles ont lieu quand même, les teufeurs n’ayant d’autre préoccupation que leur plaisir. L’État, celui  qui « emmerde » les honnêtes gens, n’aime rien tant que faire plaisir à ceux qui le conchient. Donc, il finance la sécurisation des rave-parties avec nos impôts.

On apprend ainsi qu’en ce lundi de Pentecôte – théoriquement « Journée de solidarité en faveur de l'autonomie des personnes âgées ou handicapées » –, deux rave-parties au moins sont en cours : l’une dans l’Hérault, au nord de Montpellier, réunit environ 6.000 personnes ; l’autre à l’ouest de Grenoble, dans l’Isère, dans le village de Roybon. Très exactement dans le champ d’un particulier, une prairie de plusieurs hectares qui n’avait pas été fauchée mais ne sera plus qu’une terre stérile quand les 1.500 fêtards qui la piétinent depuis deux jours auront enfin décampé.

RTL, qui a interrogé les gentils organisateurs de cette rave-party, nous apprend qu’ils « ont promis de tout faire pour rendre le site propre et dédommager le propriétaire des lieux ». Écolos dans l’âme, ils ont « mis des sacs-poubelle un peu partout pour qu’il ne reste plus de mégots » car « le but, c’est que ce soit complètement propre et qu’il y ait zéro déchet (sic), que le propriétaire ne se sente pas lésé (resic) et qu’il n’y ait pas perdu (reresic) ». Et l’un d’ajouter : « On aimerait compenser à l’amiable, ce serait super. »

Super, en effet. Parce que l’herbe qui sert au fourrage et devait être fauchée aura bien sûr repoussé demain matin. Quant aux déjections de 1.500 teufeurs, c’est de l’engrais gratos, alors il devrait être content, l’agriculteur, non ?

À Viols-en-Laval, au nord de Montpellier, la préfecture a dépêché une cinquantaine de gendarmes « pour fluidifier la circulation et sécuriser les abords » ; un poste médical a, bien sûr, été installé pour que « les associations de prévention des risques » convoquées puissent prendre en charge les fêtards défoncés.

À noter qu’on n’est pas, cette fois, chez un particulier mais « sur un terrain inadapté difficile d’accès », dans une « zone classée zone Natura 2000, composée de garrigues et de pistes exiguës ». On rappellera donc ici au lecteur que « le réseau Natura 2000, constitué d'un ensemble de sites naturels, terrestres et marins, vise à assurer la survie à long terme des espèces et des habitats particulièrement menacés, à forts enjeux de conservation en Europe ». Définition du ministère de la Transition écologique qui, de toute évidence, ne juge pas utile d’intervenir…

Certes, une info chasse l’autre à la vitesse de la lumière, mais l’émoi (bidon ?) causé par le Teknival 2023, cette gigantesque rave-party qui a réuni 30.000 teufeurs à Villegongis (Indre), ne date que de dix jours…

La Nouvelle République en a dressé le bilan : 76 bénévoles réquisitionnés et 2 postes de secours pour la sécurité ; 572 personnes ont reçu l’assistance des secours ; 144 ont été enregistrées au poste médical avancé (PMA) mis en place dans le bourg de Villegongis (10 urgences absolues, 131 urgences relatives et 3 impliqués) ; 3 escadrons de gendarmes mobiles (donc, en théorie, 330 gendarmes) sont venus en renfort de la gendarmerie de l’Indre pour assurer la sécurité, avec « l’appui de la zone de défense, des départements voisins et de la section de recherche de Bourges », selon la préfecture ; 713 procès-verbaux ont été dressés : 155 conduites sous stupéfiants, 32 conduites sous l’empire d’un état alcoolique, 348 détentions de stupéfiants, 178 infractions diverses.

Il manque, hélas, un élément essentiel dans ce comptage : à combien se monte la facture ? Combien, de notre poche, pour encadrer toutes ces infractions à la loi, depuis le viol de la propriété jusqu’aux comportements délictueux et autres mises en danger de la vie d’autrui ?

Alors, et si l’on portait tous plainte contre l’État qui laisse faire ?

4207 vues

29 mai 2023

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous gratuitement ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. En Angleterre tout est autorisé sauf ce qui est interdit. En Allemagne tout est interdit sauf ce qui est autorisé. En France tout est autorisé même ce qui est interdit.

  2. Le Young Global Leader devrait aller leur faire un discours sur place dans ces Raves-parties….Il réussit tellement bien à se faire élire et ré lire par la population, que très certainement il pourrait les raisonner…..Il faudra quand même qu’ils arrêtent avant la sono pour l’entendre faire son sermon…

  3. Rave-parties ? C’est une bouffe entre potes où on consomme des navets, des betteraves et autres racines comestibles ? C’est normal que l’état laisse faire … il faut consommer 5 fruits et légumes par jour !

  4. Excellente idée!
    Il faut constituer un groupe ou le suggérer à un parti politique pour déposer plainte contre ces pseudo gouvernants qui valident sans honte leur impuissance ou leur complicité contre les comportements illicites et les violences imposées tant au peuple citoyen raisonnable qu’à la nature!

  5. Et si on interdisait la drogue et arrêtait les dealers, c’est pas une idée ça ? je suis sûr que Darmanin et Macron n’y ont pas pensé.

  6. Les solutions ne manquent pas; ce sont les « acteurs » capable de les appliquer qui manquent, car une action en justice est vite lancée sur plainte d’un de ces organisateurs de Rave…
    Par exemple, vous arrivez avec une arme judicieusement choisie, et vous détruisez l’ensemble des installations de sonorisation (et ça coûte cher, ces trucs!): silence immédiat, débandade complète des ces parasites malfaisants et immaitrisables, et gain de tous les services d’ordre et autres secouristes venus assister malgré eux l’événement.
    Mais….. bonjour le cirque infernal de l’affaire judiciaire qui nourrit si bien nos médias, mais aussi nos magistrats et avocats! Et honte à l’auteur de cette juste rébellion.

  7. L’état laisse tout faire il suffit d’envoyer les canons à eau pour les faire partir sans leur faire de mal .

  8. A force de laisser faire on ne peut plus interdir. Mais enfin des camions qui transportent du matériel de sono ça ne passa pas inaperçu tout de même ? il faut au moins deux ou trois camions pour transporter un scène et tout le matos. Ce n’est pas venu par les airs déposé par les cigognes. Ces lieux sont connus des jours à l’avance, on a parfaitement le temps de boucler le périmètre et d’ordonner aux camions de faire demi-tour où de les conduire à la fourrière la plus proche. Ca coûtera moins cher aux contribuables et surtout aux paysans ruinés et squattés dont la récolte est foutue.
    Des gendarmes peuvent bien leur demander où ils vont et pourquoi c’est faire, non ? Un préfet qui fait interdir une rav , peut tout de même envoyer des Pelotons de gendarmerie AVANT que le matériel ne soit déchargé et mis en place sur le terrain.

  9. la première idée qui me vient effectivement c’est l’épendage…. de LISIER… à par le coût de l’avion, le lisier c’est pas cher et très efficace pour les sols.

  10. Ce serait pourtant très simple, de régler ces rassemblements illégaux de drogués. Juste un petit avion qui ferait un épandage de mélasse sur la zone.
    Après,encore plus simple : confiscation et destruction du matériel abandonné y compris les véhicules des contrevenants.
    Nos gouvernants en ont- ils l’audace et la volonté ?

    1. non il faut agir AVANT la mise en place et non pas APRES. il faudrait boucler le périmètre avant et en interdir l’accès. Il faut confisquer les camions avant qu’ils ne déchargent le matériel. Mais on est d’accord : il faut agir !

  11. Et pourquoi ne pas poser des herses sur les routes d accès des les premiers arrivés ? Et que les agriculteurs du coin arrivent avec leurs tonnes à lisier et aspergent ces parasites de la société !!! Efficace et gratuit ….

    1. Voilà une excellente suggestion… mais les gendarmes seraient bien capables de verbaliser les agriculteurs !

      1. Aspergeons tout le monde, puisque Macron a dit qu’il allait nous emmerder, pourquoi se gêner !

Les commentaires sont fermés.