Quand un mélenchoniste appelle à l’insurrection…

800px-Adrien_Quatennens_2

Il y a quelques jours, il était prétendu par le microcosme politico-médiatique qu’un Rassemblement national obtenant une majorité absolue, voire relative, serait synonyme de chaos. Ce mouvement n’a obtenu ni la première ni la seconde. Et c’est un autre chaos qui s’annonce, assez prévisible somme toute : celui de cette extrême gauche ayant tendance à tout casser lorsqu’elle perd, quitte à tout brûler quand elle gagne.

La preuve par l’appel d’Adrien Quatennens, l’ex-député mélenchoniste qu’on sait, empêché de se présenter pour cause de violences conjugales, à une « marche populaire en direction de Matignon ».

Notons qu’il y a un distinguo à faire entre « manifestation » et « marche ». L’une fait en quelque sorte partie du patrimoine national, du Front populaire, en 1936, jusqu’à la Manif pour tous, en 2012. L’autre évoque plutôt celle des électeurs trumpistes vers le Capitole, en 2021, ou ces chemises noires marchant sur Rome, en 1922 ; comme quoi la doxa « antifasciste » peut se retourner aussi bien qu’une chaussette trouée.

Les mélenchonistes dupés par les macronistes ?

À l’origine de cette initiative, cette rumeur voulant que l’Élysée puisse conclure un « pacte législatif » avec Les Républicains et les députés du groupe Renaissance. Un arrangement en forme « d’accords techniques » appelé de ses vœux par l’ancien Premier ministre Édouard Philippe. Jusque-là, rien que de très logique, la Macronie ayant de longue date affirmé que jamais elle ne gouvernerait avec des députés LFI.

Quel beau jeu de dupes dans lequel on ne sait plus trop bien qui est le dindon de la farce… Si les députés macronistes tirent leur épingle du jeu à l’Assemblée nationale, c’est bien grâce au soutien du Nouveau Front populaire, l’inverse valant tout autant. Comme si ce front républicain à la va-vite érigé en forme d’alliance de circonstance n’avait finalement fait que des cocus.

LFI et les « bruits de bottes »…

D’où cette déclaration tonitruante d’Adrien Quatennens : « Emmanuel Macron veut nous voler la victoire et manœuvre pour faire barrage à l’application du programme du Nouveau Front populaire. » Dans le registre « bruits de bottes », le mélenchonisme est décidément insurpassable.

C’est donc de manière tout aussi logique que Marine Le Pen sonne le tocsin : « L’extrême gauche, minoritaire en voix et en sièges, exige d’exercer le pouvoir et d’imposer son programme alors qu’elle n’en a pas la légitimité électorale. Après avoir fait élire les députés du NFP, Emmanuel Macron porte une lourde responsabilité dans ces appels inacceptables à l’insurrection, ce climat de menaces et d’intimidations. »

En effet, quand La France insoumise en appelle quasiment à descendre dans la rue pour en découdre, au nom de qui parle-t-elle ? Certes, le NFP est la plus importante coalition du Parlement (182 députés). Mais il ne s’agit que d'une coalition du moment dans laquelle le groupe LFI n’est fort que de 75 sièges. À ce compte, le Rassemblement national (123 députés) demeure le premier parti d’opposition, surtout quand on y ajoute les 17 parlementaires des LR, parti donc Éric Ciotti demeure, jusqu’à nouvel ordre, le président contestable mais incontesté. L’Élysée pourrait, bien sûr, aller chercher de ce côté pour tenter de monter une majorité, fût-elle temporaire et montée de guingois. Mais ne rêvons pas. Voyez sa lettre publiée dans la presse quotidienne régionale, ce mercredi après-midi. Et pour Laurent Wauquiez, il n'est pas question de participer au gouvernement...

Et les préoccupations des Français, dans tout ça ?

Sans surprise, le mélenchoniste Manuel Bompard affirme : « Ce que dit Adrien Quatennens, et que je partage, c’est que le président de la République donne l’impression de chercher tous les moyens de ne pas tenir compte du résultat des élections. »

Pourtant, ces mêmes élections semblent lui avoir donné tort, le RN caracolant loin devant LFI. D’ailleurs, dans ce bel orchestre digne des orgues de Staline, et quitte à écouter les préoccupations premières des Français, quid de l’immigration et de l’insécurité ? Rien dans le programme du NFP, si ce ne sont ces mesures visant à désarmer la police et à vider les prisons.

Les mélenchonistes persistent à estimer avoir été privés de leur victoire en trompe-l’œil ; les lepénistes pourraient en dire tout autant, ayant dû faire face à une coalition pas tout à fait démocratique allant de la gauche de la droite à la gauche de la gauche. Et pourtant, ces gens ne menacent pas de descendre dans la rue, tel que rappelé par Gabrielle Cluzel : « Les supposés "fascistes" acceptent le résultat des urnes et ne demandent rien à personne. Les supposés "démocrates-appartenant-à-l’arc-républicain" menacent de marcher sur les institutions si on ne leur donne pas les manettes du pays dans la demi-seconde. Il n’y a pas une erreur de casting ? »

Cherchez l’erreur.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

43 commentaires

  1. Des Cgtistes avaient tenté la même chose soutenue et aidé par un groupe d’étudiants, l’ors des évènements de Mai 1968 ! Sauf que les Chars avaient été déployés par le premier ministre de l’époque Georges Pompidou et le Président de la République Charles de Gaules, afin d’empêcher les manifestant d’atteindre la rue du Faubourd Saint Honnoré, adresse du Palais de l’Elysée ! Hors depuis les manifestations des Gilet Jaune de 2018 et de 2019, ainsi que les manifestations des Traorés en 2020 ! Le quartier de l’Elysée et de la Rue du Faubourg Saint Honnoré ont été militarisé ! Vous risquez de vous cassés les dents ! Hervé de Néoules !

  2.  » Erreur de casting » ou plutôt erreur de calcul ? Le boomerang de la  » démocratie » revient de plein fouet sur ce NFP qui aura tout fait pour tenter de s’imposer en pipant les jeux, volant l’élection en faisant barage  » au diable » . En démocratie, c’est toujours une majorité qui l’emporte. Le très  » démocratique et républicain » NFP l’aurait-il oublié ?
    Pas de majorité absolue = pas de poste clé !
    Le NFP est bien le dindon de la farce de Machiavel. Ce parti hétéroclite aura jouer l’idiot utile. Dur à digérer…. Mais c’est ainsi. Circulez, il n’y a rien à voir…..

  3. Les soi-disant « antifascistes » qui clamaient haut et fort « No pasaran! » pour faire barrage au RN refusent le résultat des urnes (pourtant avec 67% de participation, le résultat est légitime) à savoir qu’aucun parti n’a de majorité absolue et qu’il ne peut donc pas gouverner. Pas grave, ni une ni deux – avec le relais de l’audiovisuel public (tiens, allô l’Arcom? Pas de remontage de bretelles pour soutien à des propos séditieux?), on va s’emparer du pouvoir par la force en mobilisant la rue, les syndicats (les artistes aussi? Et puis les footballeurs, pourquoi pas?) les black blocs et tout ce que la France compte d’anarchistes enragés. Le RN, soi-disant cette peste brune infâme qui fait déjà résonner au loin le bruit des bottes, a accepté le résultat des urnes – alors même qu’au nombre de voix, le parti devance de plus de deux millions de voix le NFP. Et comme bon nombre de députés NFP ont remporté des sièges grâce aux bidouillages des macroniens et des LR qui leur ont fait la courte échelle au second tour, eh bien c’est l’arroseur arrosé. Mais les dindons de la farce, encore une fois, ce sont les Français.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois