Editoriaux - Politique - 2 janvier 2019

Pour sortir de la crise

À l’occasion de la traditionnelle présentation des vœux, il est judicieux de faire le point sur l’état de la nation pour dégager des perspectives de renouveau, estimant que la politique des gouvernements successifs, ces dernières années, a largement conduit à la situation d’aujourd’hui.

La France connaît une crise très grave qui confine, désormais, à une crise de régime avec son cortège de violences et de haine.

Cette crise est la conséquence de multiples facteurs :

– Crise économique, avec la politique de purge budgétaire imposée par les critères de Bruxelles, qui réduit les dépenses et les services publics, bloque les salaires et prestations sociales afin de limiter le déficit. Cette politique a conduit la Grèce au bord de la guerre civile. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les Gaulois réfractaires se révoltent. Le gouvernement de Macron-Philippe n’est pas l’auteur premier de cette politique qui a commencé réellement avec Hollande, mais certaines de ses décisions – CSG pour les retraités, réduction des APL “en même temps” que la suppression partielle de l’ISF – ont été ressenties comme de fortes injustices sociales et constituent une bévue politique sans pareille !

Il convient d’y ajouter la hausse des carburants habillée faussement en taxe écologique, sans oublier des paroles quasi méprisantes du Président, qui déclenchent le feu de brousse des gilets jaunes grâce à l’utilisation des réseaux sociaux.

– Crise identitaire, qui est le résultat de divers facteurs : dérives communautaires, terrorisme islamique, insécurité croissante, flux migratoires ininterrompus ; de nombreux manifestants estiment que les migrants, ceux enregistrés comme demandeurs d’asile, sont privilégiés par rapport aux indigène.

– Crise de confiance dans l’autorité du Président, dont les petites phrases à l’emporte-pièce suscitent de multiples réactions, hostilité, voire colère, sans oublier les péripéties des liaisons dangereuses.

La combinaison de tous ces facteurs a désarçonné le pouvoir, d’autant plus qu’il n’a pas compris le sens des événements, étant sûr de lui-même, droit dans ses bottes, fort de son élection incroyable et totale. De plus, comme il avait réussi à faire passer sa réforme de la SNCF sans coup férir en mettant hors jeu les syndicats, le gouvernement était à cent lieues de penser que la brousse allait s’enflammer et, surtout, que les manifestations allaient prendre de l’ampleur et durer.

Fallait-il lancer les cahiers de doléances pendant trois mois au risque d’entretenir des demandes de plus en plus inconciliables, voire démagogiques ?

Ne fallait-il pas, plutôt, convoquer un Grenelle afin de remettre dans le circuit ces fameux corps intermédiaires tenus en marge et méprisés par le Président ? Les événements de 1968 se sont terminés par un Grenelle, ce qui a mis fin au désordre. Mais il est vrai qu’en 1968, la France avait la maîtrise de son budget et de sa monnaie, autant de facteurs qu’elle ne maîtrise plus aujourd’hui, du moins en très grande partie.

Alors, voici ce qu’il faudrait faire : retrouver la maîtrise de notre destin et, donc, de nos décisions dans tous les domaines, maîtriser nos frontières et reformer le système de Schengen, appliquer fermement les lois de la République dans tous les quartiers et expulser tous les individus qui professent l’idéologie mortifère du salafisme, au besoin après déchéance de la nationalité. Arrêtons d’être naïfs, appliquons la tolérance zéro pour les crimes et délits en expulsant les 15.000 étrangers qui peuplent nos prisons, sans compter les binationaux. Il faut refonder l’Union européenne sur les États-nations avec application de la subsidiarité. L’Union européenne doit gérer quelques politiques, celles qui concernent le continent, la très grande majorité des compétences de la Commission doivent revenir aux États. Il faut protéger nos entreprises avec une politique industrielle et revenir aux financements des États par le système des avances des banques centrales au Trésor pour rompre le diktat des marchés et investir.

Nous avons besoin de coopération européenne, mais gardons-nous de rêvasser des chimères, nos partenaires européens sont d’abord des concurrents commerciaux qui défendent bec et ongles leurs intérêts. Nous devons retrouver l’indépendance de notre politique étrangère et, notamment, rétablir, avec vigilance, des relations de confiance avec la Russie.

À lire aussi

Berlin, dix ans avant la chute du mur : j’y étais et voici ce que j’ai vu !

Les nations sont toujours plus fortes que les idéologies; …