Editoriaux - Environnement - 18 août 2019

Pour lutter contre le réchauffement, la meilleure arme, c’est le nucléaire !

La vraie menace pour la planète, c’est l’écologie !

Pour lutter efficacement contre l’indéniable réchauffement climatique, il va falloir disposer de beaucoup d’énergie. Il est une énergie abondante, non polluante et quasiment renouvelable à l’infini : l’énergie nucléaire. Un secteur où la France fut, jadis, parmi les leaders mondiaux, mais où elle n’est quasiment plus rien à cause du massacre industriel d’Areva. Massacre en grande partie causé par l’influence des « écologistes » qui ont su maintenir dans l’esprit des foules (donc des politiques) une peur panique de tout ce qui touche, de près ou de loin, au mot « nucléaire ».

Sur ce sujet, les « fake news » battent des records ! Prenons quelques exemples.

« Le nucléaire, c’est pas bon pour la santé. »

La réunion du 1er juillet 2003 de l’Académie de médecine avait pour thème « Choix énergétiques et santé ». Le très sérieux docteur André Aurengo y a fait la recommandation suivante :

« Maintenir la filière nucléaire dans la mesure où elle s’avère avoir le plus faible impact sur la santé par kWh produit par rapport aux filières utilisant des combustibles fossiles, les biomasses ou l’incinération des déchets […] ou même, comme le montre notamment le rapport externe de la Commission européenne, quand on la compare aux énergies éolienne et photovoltaïque (principalement en raison des polluants libérés pendant le cycle de vie des dispositifs). »

On peut légitimement faire confiance à l’Académie de médecine…

« On ne sait pas traiter les déchets radioactifs et les ressources sont limitées. »

Argument en partie fondé, mais avec les réacteurs nucléaires de 4e génération, ces déchets deviennent une aubaine : du nouveau combustible que l’on sait brûler pour les rendre inoffensifs. L’enfouissement ne sera plus d’actualité. Quant aux ressources, on sait maintenant utiliser la radioactivité naturelle de la mer due à l’uranium qu’elle contient.

« C’est faux de dire que le nucléaire n’est pas cher si on tient compte du coût du démantèlement et de gestion des déchets. »

Selon un rapport de la Cour des comptes de 2014, le MWh (mégawatt-heure) nucléaire français coûterait environ 60 euros, frais de démantèlement et de gestion des déchets inclus. Cela veut dire une électricité 22 % moins chère que la moyenne européenne et moitié moins chère qu’en Allemagne. C’est plus que l’hydroélectrique (15 à 20 euros), mais moins que l’éolien, massivement subventionné (80 euros), ou le photovoltaïque dans le Sud (100 euros).

À cause de toutes ces bêtises, la France a pris un inquiétant retard technologique (aucune nouvelle centrale nucléaire construite depuis quinze ans, abandon du projet Superphénix, pourtant finalisé et commercialisé par la Russie). Rappelons qu’en 2015, le nucléaire était le troisième secteur industriel national après l’aéronautique et l’automobile, et employait 220.000 salariés dans 2.500 entreprises.

Aujourd’hui, les réacteurs de 4e génération sont développés par la Belgique (MYRRHA), la Chine, la Russie (BN-600, BN-800, BN-1200), l’Inde (Kalpakkam), les USA, l’Angleterre, le Canada… Exit la France. Ces réacteurs n’ont strictement plus rien à voir avec ceux utilisés actuellement, surtout au niveau de la sécurité. Ils peuvent être arrêtés immédiatement sans aucune production de substances radioactives dangereuses. On estime que ces centrales produiront un kWh coûtant 1 à 3 centimes. On voit mal comment l’humanité serait assez folle pour se passer du moyen de produire en abondance une énergie à si faible coût, dans des conditions de sécurité quasi totale, avec des ressources renouvelables et non polluantes.

Mais la partie n’est pas gagnée d’avance, il va falloir convaincre tous ces cavaliers de l’Apocalypse qui sont, malheureusement, plus nombreux que les quatre du Nouveau Testament : les écologistes.

À lire aussi

Delevoye dévoyé ?

M. Delevoye s’en moque, il a son régime spécial bien à lui qui lui permet de cumuler tranq…