Après le vote, jeudi, de la loi de globale, certains de mes confrères en dénoncent toujours l’article 24. Telle Dominique Pradalié (France 2), secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ) : « Même réécrit, il s’agit d’une véritable provocation […] un journaliste pourrait être empêché de couvrir une en étant placé en garde à vue. » N’étant surtout pas anti-SNJ ni anti-, même de gauche, je forme l’espoir que ce qui s’est passé – pile le jour de ce vote – va atténuer cette colère : l’affichage « en place publique », en Seine-Saint-Denis, des photos et coordonnées de policiers et de leurs familles mettant la vie de tous en danger… Souvenons-nous du martyr du professeur !

D’où cette idée : pourquoi, à l’image des RAID, GIGN et BRI, le ministre, changeant d’avis, n’autoriserait-il pas ses policiers à porter une cagoule ? Avec, pour les identifier, un numéro facile à lire en cinq ou six gros caractères ? Un indicatif personnel différent chaque jour… Une cagoule car, de nos jours, tout quidam peut filmer n’importe qui, faire une recherche « faciale » sur le Net et retrouver vous ou moi avec adresse et . Et, parmi les victimes, de nombreux policiers qui, à partir d’une simple photo publiée grâce à la… « liberté de la presse », ont vu leur vie familiale étalée par millions de clics !

Telle celle d’Alain, gardien de la paix, filmé lors d’une manifestation non déclarée. Linda Kebbab, syndicaliste FO, dans son excellent Gardienne de la paix et de la révolte (Stock, 2020), cite Alain : « Ma photo a été publiée partout, plus de 10.000 fois déjà. Je suis marié, j’ai des enfants, que puis-je faire pour [les] protéger ? […] il y a un nombre incalculable de commentaires tous plus haineux et menaçants les uns que les autres. » Alain ne veut pas « [se] poser en victime mais je ne suis pas rassuré pour […] ma famille ». Et qu’a fait sa hiérarchie pour protéger celle-ci ? Rien ! « Ainsi donc, note Linda Kebbab, un policier dans l’exercice de ses fonctions ne peut s’opposer à la diffusion de son image, son visage « appartenant » à l’État […] livré en pâture sur les réseaux sociaux, l’État… soudain se désolidarise en se mettant aux abonnés absents ? »

Mais, heureusement, ce n’est pas toujours le cas : « Karim […] filmé dans une cité », son visage passe en quelques minutes sur les réseaux sociaux : « Plusieurs millions de vues. Et son domicile identifié. » Mais pour lui, heureusement, « la réaction de son directeur départemental est immédiate et responsable ». Dans la minute, la protection de sa famille est mise en place : « Comme quoi, note Linda Kebbab, lorsque la hiérarchie veut, elle peut. Je salue de tout cœur l’action de ce directeur. »

Des policiers bien identifiables mais protégés ainsi que leurs familles n’écorneraient nullement notre… ma très chère liberté de la presse.

17 avril 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4 1 vote
Votre avis ?
1 Commentaire
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires