C’est au que France 2 enregistrera, bientôt, une Fête de la Liberté. Au moment où celle de dire ce qu’on pense, ou même ce qu’on voit, peut envoyer directement à la XVIIe chambre devant les copains du mur des c…, c’est effectivement d’une brûlante actualité.

Mais à en croire Le Parisien, l’objectif de la soirée sera, comment dire… beaucoup plus étendu : « Mettre en lumière la liberté, le vivre ensemble, la tolérance, les droits des femmes, l’éducation et la solidarité à travers des textes fondateurs. » Fermez le ban !

Comprenez, ainsi, que les chansonnettes y seront entrelardées de « Victor Hugo, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Albert Camus ou Joséphine Baker », récités en plateau ou mis en scène « dans des lieux symboliques » par des comédiens (ce sera toujours ça d’économisé de droits à la SACEM).

La diversité aura, bien sûr, la large part qu’elle mérite dans ce cours d’éducation citoyenne après une dure journée de labeur, et on remarquera avec bonheur la présence de JoeyStarr (quelques condamnations au compteur dont de la prison ferme pour coups portés à son ancienne compagne), et à qui la soirée inspirera peut-être une nouvelle chanson féministe : NTOdG (« Nique ton Olympe de Gouges »).

La fête ne serait pas complète sans Yseult, chanteuse-mannequin de poids révélée, en 2013, par un télé-crochet mais surtout, depuis, militante racialiste de la plus belle eau. Parmi les victimes de sa fureur, le jeune humoriste Norman, youtubeur idole des millenials, qui avait osé brocarder l’incarnation de James Bond par une actrice noire : « My name is Bond. Fatoumata Bond. Est-ce qu’on est pas en train d’aller trop loin dans la lutte contre le racisme ? » Le choc a été si terrible pour Yseult qu’elle a quitté la France pour s’installer à Bruxelles.

Pas parce que les droits d’auteur – de chansons, par exemple – n’y sont taxés qu’à 15 %, mais pour un motif plus noble : « Ses habitants accueillent la diversité à bras ouverts, ils assument leur passé colonial, à la différence de la France. » Visiblement, la pratiquée comme un des beaux-arts par lui a échappé. Mais la Belgique, c’est si loin !

Et Yseult d’ajouter : « J’ai l’impression que nous, les personnes faisant partie des minorités, des personnes racisées, etc., on doit quelque chose à la France, mais qu’est-ce qu’on doit, en fait ? » Eh bien… à peu près tout, et d’abord son succès. Et, accessoirement, des impôts.

Mais comme le disait ma tante, au soir d’une vie entièrement consacrée au mécénat : « Finalement, les gens ne vous pardonnent jamais le bien que vous leur faites. »

28 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
25 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires