En nommant, le 20 mai, ministre de l'Éducation nationale, la Macronie fraîchement réélue poursuit son programme de déconstruction, somme toute nullement dissimulé, de la nation française. En effet, en succédant à Jean- Blanquer, l'historien, qui ne fait d’ailleurs aucunement mystère de son indigénisme (il est, entre autres, un historien des minorités américaines, un membre fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France et fut, de février 2021 jusqu’alors, le dirigeant du musée de l’Histoire de l’immigration), peut tranquillement achever la liquidation de l'école française, celle que son désormais prédécesseur réalisa minutieusement en réformant tant les programmes que le baccalauréat, lui-même transformé en nouveau brevet des collèges si ce n’est en usine à gaz dès l'année scolaire 2019-2020.

En fait, la généralisation du contrôle continu eut vocation à satisfaire davantage les principaux acteurs de l'enseignement supérieur, ceux qui refusent de faire passer au « bachelier » les concours d’entrée à l'issue de l'année scolaire, qui plus est, en mettant une pression terrible sur les lycées pour que l'élève ait de quoi présenter un « bon » dossier au bout du second trimestre (sur Parcoursup). Voilà pourquoi la direction générale de l'enseignement scolaire – qui fait la pluie et le beau temps, rue de Grenelle – met toujours une couche supplémentaire de pédagogisme dans les programmes. Ainsi, la DGESCO et les écoles supérieures constituent le couple gagnant à tous les coups. Enfin, sur fond de sécession des élites (ou de « révolte des élites », selon Christopher Lasch), la paix sociale à l'endroit de tous les parents, riches ou pauvres, numérisés ou abrutis, est durablement assurée, avec la complicité des enseignants titulaires, exponentiellement déformés et déclassés (moins de 1.500 euros par mois en début de carrière).

Par conséquent, Ndiaye n'est pas tant le « symbole » de la méritocratie républicaine que l'agent des élites américaines, et ce, au même titre que les figures du « décolonialisme » à la française Houria Bouteldja et Rokhaya Diallo. Évidemment, tout est possible aux libéraux-libertaires, là où le surmoi n'existe qu'à peine. Où la parole prime sur la langue, où le mot finit par effacer la chose. La prime donnée à l'oralité plutôt qu'à l’écriture, voire à l'improvisation plutôt qu'à la réflexion. Comme si la théorie pouvait être assimilée tel un logiciel téléchargé dans un ordinateur ; en définitive, sans effort ni souffrance. Autant de preuves de la porosité idéologique essentielle entre les thuriféraires du flux tendu et les sociétalistes les plus tordus, in fine entre la bourgeoisie canal historique et les chantres de la trans- ou ac-culturation, au-delà des races et des genres. D’ailleurs, Ndiaye a été triplement décoré par ce même bloc libéral-sociétal entre 2017 et 2022. Ces Lumières qui ont décidé que le pouvoir devait écraser, coûte que coûte, le savoir. Clairement, ceux-là veulent tout vendre, tout faire disparaître, et les compétences et les expériences. Des agents de tout, sauf de la France.

4386 vues

29 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Bayrou a été appelé à la rescousse par Macron pour coacher Pap Ndiaye….Ou c’est Bayrou qui s’est proposé ? Histoire de remettre l’Ecole au centre ! La balle au centre, maintenant il n’y a plus qu’à jouer…! !

  2. Le glas de l’éducation nationale a sonné ! Déjà le collège unique et les 80 % d’une classe au bac ouvraient la voie royale à la mort d’un diplôme qui couronnait une certaine culture générale…. aujourd’hui, le bac est devenu un examen de fin d’études secondaires.
    Le contrôle continu va niveler un peu plus vers le bas, ce diplôme qui avait tant de prestige !
    Ce nouveau ministre va juste y mettre l’estocade !

  3. Nommer un Léopold Sedar Senghor, ministre de l’Eduction Nationale, cela pourrait être un signal fort au profit de la francophonie. Hélas, n’est pas Léopold Sedar Senghor qui veut et on en serait maintenant à plutôt déboulonner les statues de ce néo-colonialiste. Heureusement, il reste encore quelques Mbappés !

  4. C’est triste de voir ce qui va arriver à l’éducation avec cet individu que Macron a nommé comme ministre .

  5. la fabrication de l’électeur de demain. … Si demain les élections existent toujours.

  6. Pendant que Sandrine Rousseau s’efforce de déconstruire l’homme blanc, la macronie poursuit sa lamentable déstructuration de l’éducation nationale, le tout au vu et au su d’un peuple totalement paumé qui continue néanmoins à accorder sa confiance à un pouvoir qui n’en demandait pas tant…

  7. Il est notable que deux professions qui demandent beaucoup d’investissement humain pour être menées avec de bons résultats, ont été vidées de leur capacité décisionnelle et prolétarisées.
    Ce n’est pas hasard.

  8. Pourquoi y a-t-il un Conseil représentatif des associations noires de France, alors qu’il est interdit de fonder une association réservée aux Blancs ? Et Mr Ndiaye est autant noir que blanc puisque sa mère est blanche.

  9. Cette déconstruction est voulue ….les ignares feront de bons esclaves manipulables à souhait !

  10. Oui hélas. Pendant les 5 ans (ou sans doute moins ) qui viennent que faire ? Engu…sans cesse les parents et connaissances qui on voté Macron aux côtés des islamo-gauchistes. Il faut les culpabiliser.

  11. Pourquoi ne se présente-t-il pas aux législatives comme les autres ministres, notamment la première ?

  12. La France …parlons en. ..plus le temps passe …de la rage ,de l’amertume et de la tristesse …il faut cesser la provocation …dans les charges à donner ….pauvre pays et pauvres enfants …

  13. Au ieu de gémir en permanence en déplorant ce que Macron fait (et il ne fait que ce pour quoi il a été placé là où il est), battez-vous sur BV pour rassembler autour du RN, la seule force d’opposition populiste crédible, l’ensemble des souverainistes-populistes-sociauw pour, enfin, offrir une solution au peuple de France.

    1. La solution a été proposée par Zemmour, le RN n’en a pas voulu , alors en matière de rassemblement c’est léger.

    2. désolé, mais je ne suis pas d’accord , le RN est fichu ! Marine qui perd ses moyens face à un manipulateur 2 fois de suite , c’est trop !

  14. Petite rectification si vous permettez : la macronie poursuit de belle façon la deconstruction méthodique de l’école française entamée depuis 50 ans par la gauche qui gangrène les arcanes de l’EN …..et pas que …

  15. L’école française n’existe plus, les privilégiés du système Macronien confient l’éducation de leurs enfants aux Etats Unis d’Amérique, ce qui leur assurent un accès au pouvoir présélectionné, la ruse et la manipulation pour les uns, la misère et la destruction pour les autres.

  16. Dès les années 1880 on critiquait déjà les propagandistes de cette école de la République, ces pédagogues qui osaient affirmer « Les Lycées doivent rester avant tout des fabriques d’esprits », alors que seule l’éducation de la vie forge les esprits et les caractères. Gustave Le Bon, (Psychologie de l’éducation) : « L’école de la République, basée sur les idées de Condorcet, est un système qui forme, au mieux, des idiots savants. Les élèves y perdent leurs meilleures années. Tout est à changer ».

  17. Je ne peux que souscrire à cet article.Mais je dirais que la Macronie est le PRODUIT des 77 dernières années,depuis que de Gaulle a laissé le pouvoir au Gôchisme,de l’École aux Universités.Mais ,comme CYRANO ,je pense qu’on ne peut plus rien faire,surtout quand on voit que même l’UNION des vraies Droites ne se réalise pas…et lentement la Tristesse se substitue à la Révolte:il ne s’agit plus de citoyens mais de con-citoyens de la République… pas de la FRANCE:

    1. Honte à MLP, EZ, NDA (42%) qui n’ont pas voulu s’unir pour défendre la France

  18. Macron est soutenu par la majorité des français. Que faire dans ces conditions? Rien! Juste constater que la France, c’est fini. Le commentaire que je viens de faire pourrais convenir à presque tous les articles qu’on peut lire ici.

      1. Demandez à Mac Kinsey, ce sont eux qui les ont fournis, bien emballés selon le choix de l’utilisateur.

    1. De quelle majorité parlez-vous ?, je vous rappelle que Macron a été élu pour la seconde fois, par la majorité d’une minorité de Français. Notre « démocratie » n’est nullement représentative de la France.

    2. Faux, il n’est soutenu que par moins de 25% qui ont voté pour cet usurpateur.

  19. Le monde progressiste n’a que faire de l’Education Nationale, juste bonne à remplir sa fonction et livrer des futurs consommateurs à peine analphabètes. Les enfants des « nowhere » privilégiés issus de la caste techno-dirigeante iront se faire instruire à l’étranger, dans les facultés woke à haute valeur ajoutée.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter