Un policier de 32 ans, membre du groupe de soutien opérationnel de (GSO 75), a déposé plainte, mardi 27 avril, auprès de ses collègues du commissariat des Lilas (Seine-Saint-Denis) après avoir été passé à tabac par plusieurs délinquants le menaçant de mort, lors d’une opération de police dans une cité de Bagnolet, relate LCI.

 

« Fumez-le, c’est un schmitt, tuez-le ! »

L’agression ultra-violente s’est déroulée le lundi 26 avril. Lui et ses collègues montent une opération contre les dealers de la cité de la Capsulerie, une cité de Bagnolet gangrenée par les trafics de . Les policiers sont répartis en deux groupes, à moto et à pied. Mais lors de l’intervention, un policier à deux-roues se retrouve isolé dans la cité, il est aussitôt tabassé.

Un homme avec une capuche s’approche du fonctionnaire et crie : « Fumez-le, c’est un schmitt, tuez-le ! » Le policier tente de s’extraire de la cité, mais les voyous lui barrent la route, lui jettent des pierres et lui donnent des coups de pied afin de le faire chuter. « Je chute au sol et je prends plusieurs coups de pied dans la tête. Pendant que je me faisais frapper, j’entendais “Tuez-le, c’est un sale chien de flic, tuez-le”.  Je prends conscience que je ne pourrai pas récupérer le scooter, que ma vie est en danger et qu’ils sont déterminés dans leurs violences », raconte le policier dans son procès-verbal relayé par LCI.

« Je me faisais lyncher au sol. Je continue à recevoir des coups de pied type penalty pleine tête. »

Le fonctionnaire de police parvient à se relever mais il est à nouveau plaqué au sol. « Je me faisais lyncher au sol. Je continue à recevoir des coups de pied type penalty pleine tête, je ne suis protégé que par mon casque de moto. […] Ma tête faisait des allers-retours -droite sous la violence des coups et j’entends encore “On va te fumer, on va te crever, sale fils de pute, sale keuf” », raconte-t-il.

Finalement, un de ses collègues parvient à l’extraire. Le policier souffre de nombreuses plaies au visage, de douleurs aux mains, au genou et d’importantes migraines. Une enquête est en cours au commissariat de Bagnolet et deux personnes sont en garde à vue pour violences en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique.

29 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 2 votes
Votre avis ?
93 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Manifestations pro-Palestine interdites : le député LFI Éric Coquerel y voit une « provocation » de Darmanin

Le ministre de l'Intérieur a refusé l'organisation d'une manifestation au motif qu'un rass…