Les Français peuvent donc être assignés à résidence à titre préventif, pour la deuxième fois cette année, mais pas les fichés S : il paraît que c’est contraire à notre Constitution. Dans le même registre, le principe de précaution au nom duquel l’exécutif vient de décider la paralysie économique de nombreux secteurs de l’économie réelle (cafés, bar, restaurants, commerces de proximité) ne s’applique pas à l’arrivée de migrants sur notre sol dont on ne sait, le plus souvent, rien du parcours de vie, mais dont le vivier fournit régulièrement les terroristes islamistes qui frappent sur notre sol.

Le dernier en date est Brahim Aoussaoui, l’auteur présumé de l’attentat islamiste à dans lequel trois personnes ont été lâchement tuées. Plusieurs médias relatent que cet individu, loin des clichés du « migrant fuyant la guerre » que l’on nous impose pour mieux nous culpabiliser, que ce jeune Tunisien « né dans une famille nombreuse comptant huit filles et trois fils » (sic) avait « mis de l’argent de côté » et a des antécédents judiciaires de droit commun de violence et de drogue, selon Mohsen Dali, substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis. Pourtant, il a pu arriver sans aucune difficulté sur le territoire français pour commettre cet odieux attentat, alors qu’il est demandé aux Français d’être munis d’une attestation pour aller simplement faire leur course.

Alors que Macron excluait, la veille de l’attentat, le contrôle des frontières intérieures de l’, c’est-à-dire celles de notre pays, il aura fallu moins de 24 heures pour que la réalité ne lui donne tort : le migrant est arrivé en France le mercredi 28 octobre, aux alentours de 20 heures, au moment même où le président de la République excluait le contrôle de nos frontières, et frappait le lendemain matin. Cette triste synchronisation n’a été relevée par aucun média alors qu’elle aurait dû, dans une démocratie saine, devenir le symbole de la lutte contre l’immigration clandestine. Il va devenir de plus en plus difficile de contraindre la population générale à de lourdes et régulières privations de libertés dans un contexte où n’importe quel étranger peut s’octroyer la liberté, le plus souvent sans être inquiété, de pénétrer sur le territoire national pour y réclamer aides médicales et sociales, logement, nationalité et, parfois, la vie de nos concitoyens au nom de l’islam.

31 octobre 2020

À lire aussi

Non, M. Mélenchon, la France ne cultive pas la « haine des musulmans »

Jean-Luc Mélenchon cultive son image de virulent contestataire qui l'enferme dans son rôle…