Ce samedi 31 octobre, vers 16 heures, un archiprêtre de l’Église orthodoxe grecque, le père Nikolaos K., âgé de 52 ans et père de trois enfants, a été blessé par balles par un homme armé d’un fusil, alors qu’il fermait son église dans le 7e arrondissement de . À cette heure, l’auteur des faits est toujours en fuite et le quartier est bouclé : « Un périmètre de sécurité a été installé », a annoncé le ministère de l’Intérieur sur Twitter.

Un important déploiement de forces de l’ordre s’est mis en place dans le 7e arrondissement, rue du Père-Chevrier, à proximité de l’église orthodoxe grecque de l’Annonciation.

D’après une journaliste du Progrès présente sur place, la police nationale et la police municipale sont sur place, de même que le SAMU et les pompiers. La victime, de nationalité grecque et qui était en France depuis 2012, n’est pas décédée, « elle était consciente au moment de sa prise en charge par les secours ». Le prêtre a eu le temps d’indiquer qu’il ne connaissait pas le tireur. Il est, à présent, « en urgence absolue ».

L’auteur en fuite

L’auteur des coups de feu est toujours en cavale. Une cellule interministérielle de crise a été activée afin de coordonner les services à la recherche du tireur, toujours armé.

Ces faits surviennent trois jours après l’attaque de la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption de Nice, où trois personnes ont été poignardées et égorgées par un assaillant islamiste armé d’un couteau.

Le gouvernement a laissé une dérogation jusqu’à lundi inclus aux lieux de culte pour célébrer la Toussaint, avant un reconfinement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Après l’attentat de Nice, Emmanuel Macron a annoncé le passage de 3.000 à 7.000 militaires pour l’opération Sentinelle qui seront chargés de protéger les lieux de culte et les écoles, auxquels s’ajoutent 7.000 membres des forces de l’ordre qui seront mis, dès lundi 2 novembre, à disposition des préfets pour assurer la sécurité.

À ce stade (18 heures), le caractère terroriste n’est pas retenu. La police judiciaire de Lyon a été saisie de l’enquête.

Mise à jour à 19 h 30

Le suspect « arrêté dans un kebab »

Selon Le Progrès, le suspect « a été arrêté dans un kebab du 3e arrondissement de Lyon, situé rue Baraban ». Ce sont des pompiers qui auraient croisé l’homme correspondant au signalement qui avait été diffusé. Ils ont alerté la police qui a pu intervenir.

31 octobre 2020

À lire aussi

Limoges : des tags menaçants révélant l’identité de policiers de la BAC dans l’immeuble d’une cité

Déjà en 2019, des tags similaires visant ces mêmes fonctionnaires de police avaient été dé…