Olivia Maurel saura-t-elle éveiller la compassion de Bruno Le Maire ?

Olivia Maurel GPA

Alors qu'au sein même de la majorité présidentielle, voire au sein du gouvernement, certains avouent n'être pas opposés à la légalisation de la pratique des mères porteuses (GPA), se tenait ce week-end à Rome une conférence internationale pour l'abolition universelle de la gestation pour autrui, dans la suite de celle lancée un an avant à Casablanca. Des experts du monde entier rassemblés pour suivre des interventions de personnalités d'horizons divers.

Outre des représentants d'organisations féministes ou d'associations de juristes, sont intervenues à la tribune Reem Alsalem, rapporteuse spéciale des Nations unies (sur la violence à l'égard des femmes et des filles), Velina Todoreva, membre du comité des droits de l'enfant des Nations unies, Eugenia Roccella, ministre du gouvernement Meloni, ainsi qu'une certaine Olivia Maurel, jeune femme née de GPA qui commence à faire beaucoup parler d'elle.

Pendant ce temps-là, les complaisances dans l'entourage d'Emmanuel Macron

Des témoignages qui devraient freiner l'engrenage progressiste français que l'on perçoit en demi-teinte malgré les promesses d'Emmanuel Macron. « Les lignes rouges sont réaffirmées. Ainsi, il n'est pas question d'autoriser la gestation pour autrui en France » : l'interdit de principe posé par le Président - encore en 2021 - ne décourage apparemment pas ses plus proches. Les signaux faibles se multiplient : Clément Beaune, à l'été 2023, Gabriel Attal lors de sa nomination et, avant eux, Olivier Dussopt, chacun pousse son pion, ouvrant la brèche à la normalisation de la GPA. Comme plusieurs galops d'essai. Plus inattendu, récemment, Bruno Le Maire, sur le plateau de Quotidien, confessait son retournement de veste : « Touché par l’histoire d’un couple d’amis très proches qui viennent d’avoir un enfant par GPA », il expliquait : « J'en discute avec eux, je regarde, j'observe, et on évolue. » Quoi qu'il en coûte ?

Que vaut le bonheur du couple d'amis de Bruno Le Maire face à la destruction d'Olivia Maurel ?

Car le bonheur des uns (les clients de GPA) fait le malheur des autres : femmes et enfants. Mais les compassions sont, comme souvent, sélectives : la révélation, il y a dix ans déjà, de l'existence d'usines à bébés en Inde n'a pas freiné les ardeurs. Et lorsque, aux premiers jours de l'offensive russe, des clients français désireux de récupérer « leur bien » ont fait venir en France pour accoucher les femmes ukrainiennes à qui ils avaient commandé un enfant, peu de voix se sont élevées, dans la classe politique, pour condamner une pratique pourtant interdite par la loi française. L'association Juristes pour l'enfance avait porté plainte, sans succès. Aujourd'hui, les bébés sont nés, remis à leurs commanditaires, et plus personne ne se soucie du sort des mères ukrainiennes.

Avec Olivia Maurel, le scandale de la GPA ressurgit, mais sous un autre angle. Cette magnifique jeune femme de 32 ans, dont la vidéo publiée sur les réseaux sociaux cumule plus de 90.000 vues, raconte son mal-être, sa souffrance, ses addictions, sa tentative de suicide depuis qu'elle a découvert avoir été le bébé objet d'un contrat de GPA. À travers ses larmes elle explique : « Il est toujours compliqué de se dire qu'en tant qu'enfant, à un moment donné, on a été vendu. » Celle qui est « née le 10 décembre 1991, date choisie par mes futurs parents car elle tombait exactement entre les anniversaires de ma future mère, née le 5 décembre, et de ma mère biologique, née le 15 décembre » a rappelé à Rome, ce 5 avril, les conditions dans lesquelles sa mère biologique a été embauchée par ses « parents d'adoption » - « Ils ont abusé de la situation d'une femme qui avait besoin d'argent pour nourrir ses enfants et payer ses factures » - et précisé, au passage, l’immense profit généré par le marché de la maternité de substitution, estimé à 129 milliards de dollars d’ici 2032. Cette victime de la GPA, inconnue du public il y a encore quelques semaines, n'a pas dit son dernier mot. Elle a entamé une tournée mondiale et, la veille de la conférence de Rome, a été reçue par le pape François qui, ce 8 avril, condamne la pratique de la GPA (Dignitas infinita).

« Aucun mouvement pour l'émancipation des femmes n'a demandé la légalisation de la GPA. Aucun mouvement pour le droit des enfants n'a jamais demandé que des enfants soient mis au monde par contrat contre de l'argent », concluent les organisateurs de la Coalition for the Abolition of Surrogate Motherhood réunis à Rome. Ce que devrait pouvoir comprendre le gouvernement macronien empêtré dans ses pratiques du « en même temps ». Quitte à froisser le bonheur de quelques-uns, fussent-ils les meilleurs amis de Bruno Le Maire.

Sabine de Villeroché
Sabine de Villeroché
Journaliste à BV, ancienne avocate au barreau de Paris

Vos commentaires

24 commentaires

  1. Tout se vend, même le corps humain… et les bébé, quand ils ne sont pas assassinés dans le ventre de leur mère. Tout les avortés, des morts nés auraient pu être adoptés.
    La GPA est un esclavagisme, conséquence logique de la globalisation d’un monde sans morale…

  2. Je suis absolument contre la GPA, réclamée à grands cris par des gens comme Mrs Dussopt et autres associés précités… pour quelle raison ?
    Je suis issu de l’Assistance Publique, et j’ai été adopté très vite. N’y a-t-il pas assez de petits enfants français à adopter ? Évitons la GPA et les adoptions à l’étranger, mais je reconnais que l’Administration devrait faire de gros efforts de simplification pour l’adoption de petits français et petites françaises abandonnées… et il ne faut jamais critiquer les mères qui abandonnent leur bébé parce qu’elles ne l’ont pas voulu, viol, etc…
    Je suis un enfant adopté en 1946 … et je ne regrette rien, et j’en suis fier… j’ai même réussi à remonter le nom de notre famille qui,sinon, allait s’éteindre…! N’oubliez jamais que certaines jeunes filles ou femmes n’ont jamais désiré l’enfant qu’elles portent !!! Je suis très en colère de voir ce qui se passe parfois !!!

  3. La GPA fait partie des nombreux développements de l’idéologie Franc-Maçonne et puritaine, qui ont la même valeur suprême : le fric. Dans leur monde, tout s’achète, même les bébés, en ignorant le fait qu’en réduisant la mère porteuse au rang de travailleuse du sexe l’acheteur fait contrat avec une prostituée. Excellent début de vie pour un nouveau-né.

  4. Pour les mondialistes, dont macron est un chef de file, il faut détruire la société chrétienne, qui avait fait de la vie une chose sacrée, que tout être humain se devait de protéger et en premier ses enfants , ses parents, son conjoint. Tout cela, est détruit, les parents on leur ponctionne la retraite (avant de les euthanasier), retraite qui est trop importante ( voir Aurore Berger) par rapport à ce qu’ont les jeunes qui ne veulent pas travailler, les géniteurs d’un pauvre enfant se séparent dès le premier biberon à trois heures du matin, pour aller faire d’autres enfants ailleurs, certaines femmes prennent l’ IVG, comme une « banale » contraception et pas du tout comme le prévoyait la loi Simone Veil, comment une société peut-elle être viable dans ces conditions là ? Je précise que bien qu’étant d’origine catholique, je ne vais à l’église pour les mariages, baptêmes et enterrements.

  5. Commencer sa vie sur un mensonge, et le continuer dans ce « Monde de Macron » avec tous ces soi-disant bons samaritains du gouvernement qui, la larme à l’œil, expliquent la main sur le cœur le bien fondé de la GPA et de l’autre main, dans la poche cette fois, palpent les billets que cela leur rapporte.

  6. Avec la bande de « membre cassé » qui nous dirige si elle veut avoir une descendance elle a forcément besoin de la GPA. A moins de virer tout ce beau monde nous aurons la GPA

  7. Magnifique témoignage, le moment le plus horrible étant celui de la naissance ou l’on arrache l’enfant à sa mère sans qu’elle ait pu le prendre dans ces bras. Malgré tout beaucoup continuent à penser que nous sommes encore en démocratie.

  8. Témoignage touchant qui prouve la transgression de nos valeurs humaines . Les apprentis sorciers humanistes pour ce faire élire n’imaginent même pas les conséquences de leurs choix de vie sur une population en désarroi

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois