Ce lundi 10 janvier, le juge Anthony Kelly, du tribunal fédéral de Melbourne, a ordonné la libération immédiate du joueur serbe retenu depuis cinq jours dans un centre pour migrants à Melbourne, rapporte Le Figaro (10/1/2022).

Cela faisait une semaine que Novak Djokovic livrait une bataille judiciaire pour entrer sur le territoire australien sans être vacciné contre le Covid-19. En arrivant, son visa australien a en effet été annulé par les autorités, alors que le joueur arrivait pour disputer le premier Grand Chelem de l'année. Il bénéficiait pourtant d'une exemption de vaccin de la part de la Fédération australienne de tennis en raison d'une infection au Covid-19 en décembre 2021. Deux panels médicaux indépendants avaient validé sa demande. Les autorités fédérales ont considéré que les motifs d'exemption n'étaient pas valables.

L'annulation du visa n'était pas légale 

Le juge Anthony Kelly a obtenu, ce lundi, que la décision des autorités fédérales soit rendue caduque. Les avocats de Djokovic ont en effet prouvé que le joueur avait bien contracté le Covid le 16 décembre dernier, ce qui le dispense d'une vaccination obligatoire pour entrer sur le territoire. « Qu'est-ce que cet homme aurait pu faire de plus ? », a reconnu le juge. La libération du joueur a été ordonnée, avec application obligatoire dans les trente minutes.

L'affaire n'est cependant pas terminée, le ministre de l'Immigration évaluant la possibilité d'utiliser son « pouvoir personnel d'annulation », ce qui pourrait forcer le Serbe à quitter le pays. L'expulsion pourrait, en outre, être assortie d'une interdiction de trois ans d'entrée sur le territoire, ce qui priverait Djokovic de l'Open d'Australie jusqu'en 2025.

10 janvier 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.