Le 28 décembre dernier, le gouvernement italien mettait la dernière main à son décret-loi Sécurité dont le ministre de l’Intérieur Matteo Piantedosi est le maître d’œuvre. L’objectif : freiner, limiter et encadrer l’immigration irrégulière à laquelle les ONG qui parcourent les mers pour secourir les migrants participent. Rappelons-le, 11,2 % des migrants clandestins qui sont arrivés en 2022 en Italie ont accosté sur les côtes italiennes à bord des navires affrétés par les ONG, soit plus de 10.000 personnes sur les 101.000 comptabilisées pour la seule année 2022 - et seulement sur le sol italien.

Le président de la République Sergio Mattarella vient de signer ce décret, le rendant effectif.

Que dit-il ?

Les procédures de demande d’asile et de permis de séjour seront simplifiées. Les navires affrétés par ces ONG devront adopter et respecter un code de conduite : « Le transit et le stationnement de navires dans les eaux territoriales » ne sont garantis que dans le but « d’assurer le sauvetage et l’assistance à terre des personnes prises à bord pour protéger leur sécurité ».

De plus, les navires doivent avoir – et pouvoir présenter - l’aptitude technique à la sécurité de la navigation. Dès l’opération de secours effectuée, les organisations humanitaires doivent très rapidement « entamer les procédures pour demander la protection internationale, demander immédiatement aux autorités SAR [les zones Search and Rescue, NDLR] le port de débarquement et l’atteindre sans délai. Le capitaine doit informer les autorités italiennes de la manière dont les activités de recherche et de sauvetage des migrants en mer ont été menées et, en cas d’opérations multiples, les opérations qui suivent la première ne doivent pas compromettre les délais convenus pour atteindre la zone de sûreté portuaire. »

L’idée est de circonscrire drastiquement, dans le temps mais aussi par des mesures administratives précises, ces opérations de sauvetage qui, rappelle le ministre de l’Intérieur lors d’une interview accordée au journal la Repubblica, doivent être assurées par les gardes-côtes : « Les sauvetages en Méditerranée, comme le montrent les données, sont principalement effectués par notre Garde des finances et notre Garde côtière : plus de 43 % des personnes débarquées en 2022, tandis que le reste est pour la plupart arrivé de manière autonome. Je trouve singulier le raisonnement selon lequel les ONG ont un rôle statistiquement marginal pour amener les migrants dans notre pays et dire ensuite que, sans eux, les migrants sont destinés à mourir en mer. Les naufrages et les présences en Libye se réduisent seulement si on empêche les départs irréguliers. »

En cas de non-respect de ces règles par les armateurs comme par les commandants des navires, et notamment en cas de transbordement d’un navire à l’autre, des sanctions administratives et financières sont prévues, allant de 10.000 à 50.000 euros, qui peuvent s’accompagner de l’immobilisation et de la séquestration des navires.

Et si les informations requises ne sont pas données, une amende de 2.000 à 10.000 euros est appliquée. Enfin, le visa et le permis de séjour de travail sont accordés si le migrant a suivi une formation et dans la limite du nombre de recrutements demandé par les professions concernées (surtout pour le travail saisonnier).

L’arme pour contrer ces flux migratoires suscités par la présence de navires-ONG au large des côtes libyennes semble bien être la rigueur administrative. Les ONG se plaignent déjà de l’attribution des ports de débarquement que les autorités leur indiquent au motif qu’ils sont trop loin, et plus seulement en Sicile ou en Calabre où les structures d’hébergement temporaire sont régulièrement au bord de l’explosion.

Les ONG se rebellent déjà. Sea Eye, Open Arms, Médecins sans Frontières – dont le navire Geo Barents s’apprête à reprendre la mer depuis les côtes siciliennes - et Sea watch ont déjà déclaré qu’ils obéiront aux règlements internationaux de sauvetage en mer plutôt qu’à la loi italienne. Selon l’ONG Emergency, « les dispositions contenues dans le décret sont inacceptables parce que, en imposant aux bateaux humanitaires d’emmener immédiatement à terre les naufragés, elles réduisent de fait les possibilités d’opérer d’autres sauvetages après les premiers secours. Les conséquences de cette mesure seront l’augmentation des morts en mer et des refoulements vers la Libye par la garde côtière libyenne. »

Même l’Église, par la voix de l’archevêque de Carrare Mgr. Gian Carlo Perego, président de la Fondation Migrantes, a condamné ce texte, prédisant son abrogation à brève échéance.

Par ce texte, premier pas dans la limitation effective de l’immigration clandestine, le gouvernement Meloni s’engage dans la voie du bras de fer avec les ONG. Le message est clair, ce ne sont plus ces ONG qui dicteront désormais la politique migratoire de l’Italie, dont le gouvernement entend bien recouvrer sa souveraineté dans ce domaine. Bruxelles n’a pas encore réagi.

À suivre, donc…

14962 vues

3 janvier 2023

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. Tout le monde va vomir ses mensonges, crier au mussolinisme, et comparer l’Italie avec la Hongrie : eh bien tant mieux ! Bravo, Signora Meloni !

  2. Pour les navires qui ne respecteraient pas la loi italienne (qui sera certainement combattue par toutes sortes de moyens et de personnes, UvdLeyen en premier), je verrai bien une avarie du genre de celle qui a endommagé le gazoduc Nordstream.

  3. Quand l’Italie ne prendra plus de migrants grâce à ce texte, que l’Espagne en fera autant, devinez quel pays de c…. va accepter d’offrir un pavillon de complaisance à l’Ocean Vilking….Heureuse pour nos amis italiens, mais pour la France qui en a repris pour 5 ans avec l’anti France ça va être compliqué….Sauf si….

  4. Merci Marie, texte très clair et très éclaircissant.
    La conclusion sous tendue est que ces « ong » refuse d’obéir à quelques règles que ce soit (sauf les leurs) !
    Donc si elles refusent la loi d’un pays elles perdent de fait le droit d’y accoster…
    Vérifier leurs documents et leur fiscalité semble les mettre mal à l’aise, peut-être que ces entreprises de covoiturage vont cesser leur double jeu, les mafias de passeurs acoquinés vont devoir trouver d’autres circuits…

  5. On aimerait que ce texte, réaliste et courageux tout en restant profondément juste et humain, soit non pas celui d’un des pays qui composent actuellement cette Europe dont plus personne ne veut, mais celui de cette Europe elle-même sous l’égide de Frontex. Mais c’est sans aucun doute croire au père Noël, tant l’Europe socialiste soviétique de la Von der Layen ne se préoccupe aucunement du bonheur de ses habitants d’origine mais surtout de celui du reste du monde et particulièrement du tiers-monde.

  6. « L’idée est de circonscrire drastiquement, dans le temps mais aussi par des mesures administratives précises, ces opérations de sauvetage « . Non. L’idée est d’appliquer enfin le droit maritime, allègrement violé par les navires des ONG. Il impose de recueillir les personnes en danger de mort (et donc qui n’ont pas financé leur futur naufrage) et de les débarquer dans le port LE PLUS PROCHE. Et non dans un port exclusivement européen. Cela dit, le gouvernement italien s’attaque à un puissant adversaire, j’ai nommé Soros, chef indiscutable de la majorité des ONG.

  7. Lutter contre immigration ressemble à un travail digne d’Hercule . Cependant tout n’est pas perdu. Il y a possibilité d’enrayer activement le processus par 2 moyens :
    – 1°) financier : bloquer les comptes en banques de ces organisations pseudos humanitaires et leur faire subir une pression fiscale colossale qui les obligerait à mettre la clef sous la porte. Bref : toucher au nerf de la guerre. Ce qui permettrait au gouvernement(s) de renflouer une partie de leur dettes ….
    – 2°) bloquer le navires aux ports, les empêcher de prendre la mer par tous les moyens. Par exemple provoquer une avarie moteur, une panne d’hélice

    1. Déjà commencer par arrêter de les financer sur les deniers publics – Confère Mairie de Paris, Ville de Bordeaux etc..

  8. Bravo Meloni ! et s’attaquer juridiquement aux collectivités qui donnent de l’argent à ces ONG mondialistes (Paris par exemple)

  9. Ils ne veulent plus obéir aux lois italiennes…parfait, ils seront donc hors-la-loi et comme nul ne peut ignorer la loi ( ndlr être en dehors ) ils seront alors arrêtés et remballés. Astucieuse la Meloni!!!

  10. Comme nous aimerions nous français un gouvernement dirigé par une Meloni plutôt qu’une Borne, voire un Darmanin.

  11. Ah cette fait rêver , quel courage , quelles belles mesures pour son peuple . Et chez nous quoi , des lâches et des hypocrites .

    1. En plus d’être lâches et hypocrites ce sont des traîtres et des collabos qui accordent des visas supplémentaires au Sénégal et à l’Algérie pays qui prône la haine de la France et des français dès l’école primaire.

  12. En Italie, une femme en a, là où en France le nôtre n’en a pas, je parle courage naturellement. Pour ma part plus un centime aux associations.

    1. Entièrement d’accord et aussi plus de bénévolat dans ces associations d’aides aux migrants .

      1. Je prône aussi une aide sur place pour les fermes défenseurs des droits des migrants; là ils pourraient exprimer toute leur idéologie dégoulinante de bons sentiments et accessoirement se rendre compte que la place de la Femme dans ces sociétés n’est pas celle qu’ils défendent sans courage en France où la question est entendue :) !

  13. BRAVO les Italiens , la lâcheté et l’européisme idiot de nos dirigeants français les empêchera de faire de même !

  14. L’idéologie de macron au sujet de l’immigration et du reste ( gestion du climat social ) c’est faire de la France et de l’Europe un domaine comme illustré dans la trilogie « Hungers games » …
    Attention aux geais moqueurs car la forêt en compte de plus en plus ! … A commencer par tous les PDG qui sont passé chez EDF …

  15. Et la France elle arrête quand son opération « portes ouvertes’, « venez tous on s’arrangera » .

  16. c’est quand même relativement peu contraignant et bien loin d’une fermeture des frontières à toute migration illégale qui constitue la base des migrations actuelles et dont la conséquence est le délitement de nos espaces économiques, sociaux, sociétaux et culturels. on est loin du compte!

  17. La seule solution est d’ interdire l’ immigration sauvage et les ONG qui la provoque, le reste n’est que du pipo !!!!

    1. Ou bien on débarque tout le monde et pour que le navire ne reparte pas à vide car mauvais pour les affaires, on charge avec un nombre égal de clandestins à destination de l’Afrique. Tout le monde y gagne et pour ceux qui sont débarqués, allo le consulat,dites, on a des gens de chez vous ici, ils sont en difficulté…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter