Editoriaux - Politique - 12 mai 2019

Nathalie Loiseau en Super Mario : le naufrage de LREM à la portée des enfants

Prestations sans relief, bourdes et charisme de portemanteau ont été jugés insuffisants à convaincre l’électeur de ne pas voter pour la candidate LREM. Chez les macroniens, on ne rigole pas avec l’inefficacité. L’impopularité est une affaire de professionnels. À cette fin, et en guise de touche finale, le mouvement a dévoilé sa dernière trouvaille : un jeu vidéo façon Super Mario dans lequel le rôle du héros à moustache est tenu par Nathalie Loiseau.

Vêtue de sa célèbre veste rouge, la candidate, pilotée par le joueur, caracole, saute en l’air, risque sa vie pour tenter de récupérer les étoiles du drapeau européen volées par le tandem Mélenchon-Le Pen. Les élèves des classes maternelles et primaires exigent le droit de vote. Leurs parents, en revanche, sont désormais convaincus que LREM les prend pour des simples d’esprit. L’objectif est atteint. La deuxième place est à portée de la main.

Par une logique qui échappera à l’électeur moyen, Donald Trump figure aux côtés des deux méchants Français voleurs d’étoiles. Dans cette confusion, il n’est pas exclu que le président américain obtienne 1 ou 2 % aux européennes. Une occasion de perdre encore quelques voix ne se refuse pas.

La plaisanterie aurait coûté entre 5.000 et 10.000 euros, selon les estimations. Chiffre que le parti n’a pas souhaité commenter. Piloter Nathalie Loiseau avec un joystick n’a pas de prix. Qui n’a pas rêvé de la mener jusqu’à une réunion Tupperware® ou à un concours de Miss Camping ?

Jean-Luc Mélenchon n’apprécie pas de se voir incarné par un personnage nommé « Mélenrus ». Allié de la Russie de Poutine ? Lui ? Jamais ! Il s’agirait d’une boulette, selon la chargée de communication. « C’est le prestataire qui a choisi les noms… », se défend-elle. Amateurs jusqu’au bout des ongles ! Baltringues en toutes circonstances. Le cahier des charges est respecté à la lettre.

Alexis Corbière se joint à son chef de file pour faire remarquer que les « Jeunes avec Macron » ont copié les « Insoumis » qui avaient, eux aussi, proposé un jeu vidéo pour la campagne de 2017. À l’avant-garde de l’infantilisme ! Même gadget, même idée ridicule. Ils étaient les premiers ! Que leur reste-t-il, désormais ? Le hochet, le bavoir à l’effigie de Mélenchon, le collier de nouilles garanties sans OGM ? Le désarroi se lit dans le regard de Corbière. Faire plus couillon ne sera pas facile.

Signe du destin : la programmation du jeu n’est pas au point. Trop compliqué. Super Loiseau ne parvient pas à attraper les étoiles ! CQFD. L’hyperréalisme du concept est impressionnant.

Les bouffons avec Macron ont encore quelques jours pour propulser leur candidate en troisième position. Les idées fusent : la faire apparaître déguisée en Batman dans un meeting, la gonfler à l’hélium et la promener au-dessus des grandes villes de France à l’aide d’une ficelle tenue par Édouard Philippe, lui faire prendre 50 kilos… Rien n’est perdu. Elle peut encore descendre dans les sondages.

Après l’échec électoral, le public attend le parc d’attractions Loiseauland. Le seul parc européen sans manège, ni grand huit, ni rien. Juste Nathalie Loiseau qui sourit à l’entrée. Le vide à l’intérieur. Son programme grandeur nature, accessible par le RER. Des volontaires, pour réserver ?

À lire aussi

Gad Elmaleh, Dany Boon, Jamel Debbouze : le « one-man-show » à bout de farces

Les sujets tabous viennent achever la possibilité qu’un nouveau Coluche émerge un jour pro…