Samedi dernier, en plein centre de Toul (Meurthe-et-Moselle), les participants d’un mariage ont bloqué la circulation pendant une vingtaine de minutes. Drapeaux turcs, grosses cylindrées, tir de feux d’artifice… Nadine Morano, présente sur les lieux, intervient alors pour demander à ces gens de respecter la loi. Elle raconte la scène au micro de Boulevard Voltaire.

À Toul, un mariage a dégénéré. Les membres de la fête ont investi la place et tiré des feux d’artifice, alors que c’était interdit. Pourquoi être intervenue en personne ?

Je vis dans cette ville. J’entends les feux d’artifice en plein centre-ville. Il n’y a pas de circonstance particulière pour que cela puisse se faire. Comme j’étais à l’extérieur, je suis allée voir ce qu’il se passait. J’étais sidérée, comme tous ceux qui étaient sur cette place centrale. Toute la place était bloquée par les voitures arborant le drapeau turc. Les personnes tiraient des feux d’artifice et faisaient survoler un drone sans autorisation. Dans la journée, des grosses cylindrées immatriculées en Allemagne circulaient à vive allure. La police fait, à l’heure actuelle, son travail, mais ce n’est pas acceptable. Je leur ai donc demandé de respecter les lois de la République et ne pas faire n’importe quoi. Un mariage ne doit pas permettre d’être dans la dérive et de privatiser un lieu public, d’entraver la circulation de la ville, de tirer des feux d’artifice. C’est incroyable et insupportable !

Ces rodéos urbains font suite à des mariages souvent de la communauté turque ou d’autres pays. Hier, à Chelles, une situation similaire est arrivée. Le maire de Chelles, Brice Rabaste, membre des Républicains a fait tout bonnement annuler le mariage et dresser 87 PV. Pourquoi ces faits se multiplient ?

Il faut qu’il y ait des sanctions ! Les sanctions permettent de donner des exemples et que ces phénomènes ne se reproduisent pas. En revanche, s’il y a un laxisme et qu’il n’y a pas de réponses pénales et pécuniaires (cela relève d’amendes), cette situation persistera. Certaines communes se dotent, à proximité de leur hôtel de ville, des caméras pour filmer ces actes qui se produisent, qui ne sont pas normaux et pour pouvoir les verbaliser.

Le maire de Toul, Alde Harmand, a déclaré qu’il allait convoquer les familles pour leur rappeler la loi. Est-on dans une forme de laxisme ?

En l’occurrence, il n’était pas présent à Toul, ce jour-là. Il va sans doute être en lien avec la police pour voir quelle sera la possibilité de verbaliser ces personnes. Je suis intervenue en leur demandant de respecter la loi. Je suis élue de la République. Par conséquent, mon rôle est aussi de dire les choses. Je n’étais pas la seule. Des commerçants et des habitants m’ont rejointe. Ils en ont marre de voir ces situations. Il faut que cela s’arrête ! Ici, c’est la France. C’est la France !

S’ils veulent vivre différemment, ils pouvaient aller se marier en Turquie. Ils ne sont pas obligés de se marier en France. À partir du moment où ils font cette cérémonie en France, qu’ils respectent les lois de la République. Ce n’est pas compliqué !

À lire aussi

Nadine Morano : « Entre les bourdes de Nathalie Loiseau et le rejet de Sylvie Goulard, l’image de la France n’est pas bonne »

La candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne, proposée par Emmanuel Macron,…