Editoriaux - Politique - Réflexions - 19 novembre 2019

Municipales : LREM a la « marque honteuse ». Les autres partis aussi

Il y a une semaine, Le Huffpost, dans un article au titre éloquent, « Les municipales commencent mal pour LREM », faisait le point sur la pétaudière LREM : dissidences, alliances à géométrie variable, avec LR ici (Toulouse), avec le PS là-bas, fronde des Marcheurs historiques (avec la création des Marcheurs libres). Mais surtout, ce qui ressort de cette tambouille préélectorale dans la nébuleuse LREM, c’est le syndrome de la « marque honteuse », identifié par Patrick Vignal, député LREM et candidat à Montpellier :

« Nous aurions dû nous compter au premier tour. Il fallait faire comme aux législatives, quand Macron osait faire les choses et mettre des candidats partout. Pour les municipales, on n’a pas osé et on a eu la marque honteuse. »

Il faisait allusion, entre autres, à Violette Spillebout, candidate à Lille qui, après avoir décroché l’investiture du parti, s’est empressée de déclarer que « les logos vont disparaître » de ses affiches et tracts. Commentaire de Patrick Vignal : « Tous ils font ça […] Il y a quand même une politique de faux-cul dans nos élus : je prends la marque pour la contenir, et dès que j’ai la marque, je deviens “citoyen”. » Au moins, nous voilà prévenus par un gars de la maison.

Mais le parti du Président serait-il le seul dans ce cas ?

Bien sûr que non. Comme souvent, dans ces élections locales, et encore plus à l’ère du grand discrédit des partis, les maires sortants ou leurs challengers mettent en avant leur ancrage local et gomment leur appartenance partisane. Nombreux sont les maires sortants PS ou LR à rejeter l’étiquette du parti qui les a faits. Peut-être apparaîtra-t-elle en tout petits caractères, sur la quatrième page de la profession de foi, comme les clauses dangereuses d’un contrat qu’on n’a pas lu avant de signer. Dans ma ville, la liste LFI s’intitule « Notre ville en commun » ou quelque chose comme ça, sans photo de Mélenchon évidemment.

Et même le RN cherche parfois à s’affranchir de sa marque, comme Louis Aliot à Perpignan. Comme si l’idée faisait son chemin que, pour gagner localement, il fallait quitter cet encartement qui vous coupe automatiquement d’une majorité de la population, qui empêche les bonnes volontés de rejoindre votre liste.

Ce discrédit des partis, à l’origine de la recomposition macronienne, rattrape donc aujourd’hui les deux partis survivants : LREM et RN, qui nous sont présentés comme le seul avenir possible.

L’époque de la « marque honteuse » ouvre la voie à la naissance de mouvements plus rassembleurs, plus populaires, plus sincères que ces partis. Et au retour de marques oubliées comme celles des divers droite, comme l’a remarqué Jean-Philippe Vincent dans une tribune stimulante du Figaro.

Dénonçant le naufrage des LR jusque dans leur changement de nom (« Décider de s’appeler « Les Républicains », c’est conjuguer le déni de soi, la confusion, l’opportunisme voire un manque patent de courage politique »), il rappelle à quel point, dans le paysage actuel, les « divers droite » sont, en fait, les seuls à se revendiquer « de droite » !

« Mais ces hommes et ces femmes auxquels le mot “droite” ne fait pas peur sont aussi “divers”. Ils ne craignent pas le pluralisme. Et là encore c’est tant mieux. Ils sont “la droite plurielle”. […] Cette diversité acceptée est un atout politique de premier ordre et négligé jusqu’à présent, car elle permet de rassembler sans tomber dans le monolithisme. Les divers droite forment une confédération informelle des droites qui évite le sectarisme et favorise le rassemblement. À l’heure où les partis de droite traditionnelle sont devenus des machines à perdre, voilà une formule qui pourrait être gagnante. Du moins on devrait y réfléchir sérieusement à droite. »

Alors, elle est prête, la liste « divers droite » pour ma ville ?

À lire aussi

François Bayrou mis en examen : pire qu’une mort politique, un fourvoiement permanent

Quelles France a-t-il réunies, dans le macronisme, notre paysan béarnais, si ce n'est cell…