Les sont, traditionnellement, une élection difficile pour le , qui manque d’implantation. Par ailleurs, la lecture des résultats est toujours compliquée et un Président habile comme le nôtre et capable de transformer son revers des européennes en victoire médiatique n’aura aucun souci à monter en épingle la victoire de ses affidés ou ralliés de la veille dans les grandes villes. D’autant plus que, dans la très grande majorité des petites villes ou villages de France, les listes et les sont sans étiquette. La signification politique des municipales peut être, ainsi, facilement faussée et la carte de 2020 se colorer artificiellement en rose Macron. Ce serait dommage car elle aura des conséquences sur la fin du quinquennat et sur .

Or, élection après élection, cette France invisible, périphérique, des petites villes et des villages, place le Rassemblement national en tête. Rappelons les chiffres : 78 départements et 25.000 communes, lors des européennes, il y a quinze jours. Il serait dommage que cette réalité, pour le plus grand bonheur d’, reste invisible. Mais on sait, aussi, combien il est difficile, dans un village ou une petite ville, d’apparaître encarté. La sagesse conseille le SE (sans étiquette).

Et si, pour ces municipales de 2020, cette France oubliée se rappelait au souvenir des grandes villes, des urbains et des bobos qui décident pour elle ? Par exemple, en adoptant une étiquette MVMF : mon village (ou ma ville) ma France ? de dire qu’il faudra compter avec elle. Car tenir à son village, à sa petite ville, s’engager pour elle et ses habitants, c’est, humblement, tenir aussi à « une certaine idée de la France », de ses paysages, de son , de sa culture. C’est refuser la et la financiarisation. C’est choisir la proximité et le bon sens. L’ici plutôt que le partout et le nulle part.

À l’heure où les grands partis d’avant se sont effondrés et où celui du Président a pour ambition d’occuper tout l’espace, il serait bon que la France « des territoires », comme ils disent, se mobilise et se rende visible. La carte électorale en serait changée. La France s’en trouverait mieux. Et notre Président moins insolent.

10 juin 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.