Editoriaux - Politique - 10 octobre 2019

Municipales : c’est très mal parti pour LREM, même dans les grandes villes !

Ils sont partis, la fleur au fusil, et cela devait être la marche à l’étoile : ainsi se rêvaient Emmanuel Macron, Édouard Philippe et toute la Macronie sur la route des municipales depuis un an. Pensez donc : avec des scores staliniens de 70 %, 80 % pour Emmanuel Macron à Paris et dans les grandes métropoles, et le « blitzkrieg » (dixit Nathalie Loiseau…) macronien, le grand chamboule-tout de 2017 allait se reproduire en mars 2020. Ajoutez à cela des maires LR ou PS inquiets par la déliquescence de leurs partis et qui répondaient facilement aux appels du pied d’Édouard Philippe, un RN en manque d’implantation locale, et l’on allait voir ce qu’on allait voir.

Mais voilà que l’heure est au désenchantement pour nos marcheurs urbains. Les nuages s’amoncellent et ils sont de toutes sortes.

Il y a d’abord les divisions et les rivalités entre marcheurs qui font s’effondrer les plus hauts espoirs. À Paris, Benjamin Griveaux a désormais Cédric Villani sur sa route, et du souci à se faire. À Lyon, la rivalité entre Gérard Collomb et David Kimelfeld laissera aussi des traces. Mais LREM souffre aussi, comme aux européennes, de la concurrence externe des Verts, qui ont le vent en poupe partout, notamment à Bordeaux, où un sondage Elabe pour La Tribune les place à 24,5 % !

Ensuite vient de paraître une autre salve de sondages, repris par Le Monde, qui a douché les espoirs des macronistes : dans de nombreuses villes, le candidat LREM est donné à… 10 % ! Comme à Bordeaux, donc, et dans bien d’autres villes. Mais parfois, le score passe même à un seul chiffre : à Reims, le candidat LREM ne récolterait que 6 %, à Saint-Étienne 7 % et à Caen 8 %. Humiliant. Dans ces trois dernières villes, les maires sortants LR l’emporteraient facilement. Eux qui, il y a encore quelques mois, accouraient aux rendez-vous de leur ex-ami Édouard Philippe pour espérer sauver leur siège… De quoi les faire réfléchir sur leur stratégie d’alliance, là où rien n’est encore fait. Car, désormais, si le parti d’Emmanuel Macron est toujours en quête d’alliance, ce n’est plus en position de force qu’il aborde les discussions, comme avec le maire de Toulouse, par exemple.

Un autre sondage, IFOP-Fiducial, indique que les électeurs accorderaient une préférence pour le maire sortant : difficile, dans ces conditions, pour s’implanter quand on est issu de LREM. Et c’est même au sein de l’électorat d’Emmanuel Macron que ce souhait de reconduire le maire sortant – qui n’est donc pas LREM ! – est le plus fort.

Au-delà des considérations locales et de la particularité du scrutin municipal, les raisons de cette probable défaite de LREM aux municipales sont à rechercher dans les échecs du macronisme au niveau national et dans les déceptions de son propre électorat, après la crise des gilets jaunes qui a profondément ébranlé le pays. Ainsi, les deux attentes majeures des électeurs, toujours d’après ce sondage, sont la sécurité des biens et des personnes (68 %) et le niveau des impôts locaux (64 %). Elles correspondent, précisément, à deux échecs d’Emmanuel Macron au niveau national : l’insécurité et la fiscalité, car les électeurs ont bien compris que la suppression de la taxe d’habitation serait compensée par… d’autres impôts.

Enfin, les observateurs n’ont pas encore vraiment pris conscience de la méfiance suscitée par Emmanuel Macron et ses hommes : le chef de l’État, malgré une timide embellie, ne s’est pas remis de la crise des gilets jaunes ; la personnalité de Richard Ferrand, entre sa mise en examen et son décompte des voix hallucinant, n’inspire pas confiance. Et que dire de Christophe Castaner, ces jours-ci…

À six mois des municipales, et alors que le macronisme a perdu de sa superbe et échoué, en juin, à devancer le Rassemblement national, cette situation devrait redonner espoir à des forces alternatives : les sortants, bien sûr, mais aussi les alliances à droite qui fleurissent ici ou là.

À lire aussi

Municipales : le PS sort l’arme fatale pour sauver ses fesses !

Dans de nombreuses villes, PS et LREM partiront ensemble aux municipales. …