Lundi, un fonctionnaire de police mettait fin à ses jours. Désormais, chez les policiers, on déplore un suicide tous les quatre jours. Pour Michel Thooris, interrogé au micro de Boulevard Voltaire, la raison d’être de cette hécatombe réside dans le mal-être physique et moral des forces de l’ordre. L’occasion d’évoquer l’affaire du décès tragique d’Ange Dibenesha après un contrôle de police, samedi dernier.

3 avril 2019

À lire aussi

Michel Thooris : « Réveillon sous couvre-feu : on préférerait que les policiers soient mobilisés pour lutter contre les émeutiers dans les quartiers »

Ce 31 décembre, la mobilisation des forces de sécurité sera renforcée pour faire appliquer…