Lundi, un fonctionnaire de police mettait fin à ses jours. Désormais, chez les policiers, on déplore un suicide tous les quatre jours. Pour Michel Thooris, interrogé au micro de Boulevard Voltaire, la raison d’être de cette hécatombe réside dans le mal-être physique et moral des forces de l’ordre. L’occasion d’évoquer l’affaire du décès tragique d’Ange Dibenesha après un contrôle de police, samedi dernier.

À lire aussi

Michel Thooris : « La plainte de Redoine Faïd sur ses conditions de détention est indécente ! »

Le braqueur multirécidiviste (impliqué dans la mort de la policière Aurélie Fouquet) Redoi…