À Paris, la place de la République était parsemée de poutres plus ou moins empilées que la municipalité nommait « bancs publics ». À mi-chemin entre un amas de traverses de chemin de fer et des tas de bouts de bois abandonnés, l'installation donnait à la place une allure de chantier inachevé. Pour parvenir à ce sommet de modernité urbaine, un architecte avait été mandaté. Il lui fallait trouver le moyen de remplacer élégamment les jolis bancs Davioud datant du Second Empire. Il avait échoué.

À force de protestations et de manifestations menées par le mouvement #saccageparis, la mairie a fini par réinstaller les bancs Davioud. Au journal Le Parisien, passants et riverains expriment leur satisfaction de retrouver le charme et le confort du mobilier précédent. L'effet « Ça fait du bien quand ça s'arrête » a opéré. Après avoir mis en place diverses bizarreries inesthétiques, la mairie semble désormais sur le chemin du retour à une vie normale avec toutes les joies inhérentes à ce revirement. Et tous de louer dorénavant celle par qui la fin des souffrances arrive. « Merci Anne Hidalgo ! Vive elle ! » Dans la capitale, les victimes du syndrome de Stockholm pourraient se compter par milliers au fur et à mesure de la suppression des plots fluorescents plantés au beau milieu d'avenues prestigieuses, et tous d'exulter lors du démontage d'urinoirs écoresponsables, et applaudissements ici et triomphe là-bas devant des arbres replantés à l'endroit même où ils avaient été abattus. Des hourras et des vivats de toutes parts. Ainsi va la vie de l'élue parisienne qui, inlassablement, détruit puis reconstruit au grand soulagement de ses administrés. Un principe novateur fondé sur l'équation suivante : 1) création de l'insatisfaction 2) macération 3) réparation des dégâts 4) popularité extrême.

À l'approche des Jeux olympiques, Anne Hidalgo entame son triathlon de la remise en état de la capitale. Adieu sièges « champignons » disposés autour des arbres, peut-être un décapage express des fontaines Wallace peintes en rose bonbon, on arrache, on enlève, on supprime. Couloirs calèches, voies sur berges réservées aux machines à vapeur, la municipalité pourrait aller trop loin dans sa volonté d'offrir l'image d'un chargé d'Histoire... « Et si l'accès aux bancs Davioud était réservé aux seuls passants habillés à la mode Napoléon III ? » Les idées fusent, la gagne l'équipe de bobos écolos. L'exposition de ses frasques aux du monde entier interpelle l'adjoint au niveau du vécu. Passer pour une bande d’hurluberlus inconséquents serait bien dommageable au moral de la municipalité. Anne Hidalgo vise la médaille d'or du demi-tour. Ses chances de figurer quelque part sur le podium sont réelles.

14891 vues

16 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Pourquoi les français s’obstinent à élire des incompétents. destructeurs ?
    Après son record à la présidentielle, cette folle aurait du démissionner !
    Go back to spain !

  2. Après la destruction de la République, l’entreprise de destruction de Paris, siège de la République, aurait-elle fait long feu ? Je crains le pire. Mais, A. Hidalgo, dans un geste très « flamenco », essaie de relever la tête après sa cuisante défaite à la présidentielle ; son nom ne peut donc être associé à un nouvel irréparable dommage : Paris ne doit pas être la cause d’un échec des Jeux Olympiques.
    Il faut donc qu’on roule à Paris, et que Paris retrouve son aura de plus belle ville du monde, fut-ce au prix de l’effacement des foucades absurdes d’une municipalité en quête d’un progressisme où le ridicule atteint des sommets.
    Je crains le pire, car cette tentative de réhabilitation me rappelle une aventure célèbre du sapeur Camembert qui remplissait les trous du champ de manœuvre en recueillant la terre des trous qu’il creusait à côté. Faire et défaire, c’est toujours faire, dira notre édile municipale pleine d’entrain et jamais à court d’un programme politique opportun.

  3. Le bon sens reviendrait-il enfin ? J’en doute car depuis 2012, un slogan comme « sens commun » est classé d’extrême droite et la théorie du genre n’est pas près de rendre les armes. D’ailleurs, les Parisiens ont reconduit Anne Hidalgo dans ses fonctions destructrices.

  4. Paris martyrisé mais Paris libéré. Notre drame de Paris n’en finit plus de gaspiller l’argent du contribuable pour un résultat nul.

  5. Êtes vous en train de nous dire que tout ça faisait partie d’un plan machiavélique d’Hidalgo pour se faire réélire ? Le pire c’est que les parisiens en sont capables. Qu’ils n’aillent pas se plaindre ensuite.

  6. Paris de plus en plus invivable à cause des sectaires qui la gèrent depuis bientôt 15 ans!

  7. C’est comme l’histoire du fou qui se tapait sur les doigts avec un marteau et trouvait que finalement faisait du bien quand il s’arrêtait.

  8. Il faut croire qu’elle a de la chance! Avec la pluie, tombée hier en abondance, les rues seront lavées, enfin!

  9. Madame la mairesse « bobo-gaucho-escroclogiste » ferait une bonne action pour la Capitale en s’occupant le système de bouches dégoût sensé absorber l’eau qui tombe du ciel sur « sa » tête (faut rigoler, faut rigoler, avant qu’le ciel nous tombe sur la tête…).
    Car, lors des JO, la capitale risque fort de se transformer en un énorme bassin aquatique, comme hier mardi 16 août, car alors, seules les compétitions aquatiques, elles aussi, pourraient avoir lieu !

    1. Il parait que la Seine va , d’ici les JO, être assez propre pour permettre les compétitions aquatiques !

  10. A qui fera-t-on croire que Paris retrouvera, même avec ses imperfections, tout ce qui faisait son charme ? Pour tout amoureux de cette Capitale, constater un tel désastre ne peut faire monter qu’un sentiment de colère envers cette femme et ces socialos-écologistes dont le seul but est de saccager Paris et promouvoir la mixité.

  11. Normal, la culture gauchiste et Macroniste de l’argent gratuit et de la dette sans limites et toujours une imitation du pire des US.

  12. D’accord avec vous mais le pire est bien de réélire cette incapable. Les parisiens ont voté, les abstentionnistes n’ont aucune raison de se plaindre.

    1. Anne Hidalgo n’a pas été ré-éelue.
      En effet, dans l’arrondissement où elle s’est présentée elle n’a pas été élue maire de l’arrondissement, c’est une LR qui a été élue, Anne Hidalgo étant, comme tête de liste, conseillère municipale.
      Anne Hidalgo a été DESIGNEE maire de Paris par les maires et les conseillers municipaux de gauche.
      Ayant été maire de Paris pendant 6 ans, c’est dégradant de ne pas avoir été choisie par les électeurs pour diriger leur arrondissement. Ce qui est encore plus honteux, c’est qu’aux présidentielles elle a obtenu 23.000 votes des électeurs parisiens.

      1. @vous avez 100% raison. La majorité des gens ignorent comment se passe l’élection du maire de Paris !
        Avant Chirac, chaque maire était autonome et gérait son arrondissement, ils n’ont maintenant aucun pouvoir et on voit le résultat.

  13. Hidalgo doit être une admiratrice de Pénélope qui défaisait la nuit ce qu’elle avait tissé le jour précédent.
    À un détail près : le coup pharaonique de ces caprices qui sont en train de faire exploser la dette de la ville de Paris.
    La ville-lumière devenue ville-poubelle, considérée désormais comme la ville la plus sale en Europe et devenue paradis des surmulots.

    1. Comme disait ma grand-mère, “faire et défaire, c’est toujours travailler »…

  14. Là, pour le coup, on est face à un gaspillage. La bonne nouvelle étant quand même que les anciens bancs n’ayant pas été détruits, ils peuvent refaire surface… jusqu’à la prochaine lubie de notre Ânne.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter