Manuel Valls de retour en France, sa « seule patrie » ?

Valls

Manuel Valls, l'homme aux deux nationalités, était parti en 2018 faire carrière en Espagne : il briguait la mairie de Barcelone, où sa liste n'arriva qu'en quatrième position, avec 13,20 % des voix. Le voilà donc conseiller municipal, un poste qui n'est pas à la hauteur de ses compétences ni de ses ambitions. Il songerait, maintenant, à la présidence de la Catalogne. Mais c'est loin d'être acquis ! Alors, il se rappelle au bon souvenir de la France.

En pleine campagne municipale à Barcelone, il avait déclaré : « Quoi qu'il arrive, ma vie est ici. » C'était sans doute vrai au moment où il le disait, à moins qu'il ne voulût assurer les électeurs de sa fidélité à l'Espagne. Mais, en bon politicien, il a changé d'avis. Dans un entretien donné au Parisien, il n'exclut pas un retour politique, proclamant son « amour de la France » : « Je n'ai jamais abandonné ou oublié ce pays qui m'a tant donné. Et au-delà de mon amour pour la France, ma seule patrie, je veux dire simplement que si mon retour en politique n'est pas à l'ordre du jour, je ne manquerai jamais d'être utile aux Français. » Ah, le brave homme, toujours prêt à se dévouer ! On peut donc compter sur lui pour sauver la France ?

En tout cas, l'ancien Premier ministre affirme qu'il a « toujours eu un lien » avec Emmanuel Macron et qu'il lui « arrive d'échanger avec le Président ou des membres du gouvernement ». Il ne manque pas de compliments pour notre Président – avec lequel, soit dit en passant, il ne s'entendait pas si bien que cela, quand il était ministre de l'Économie. Mais, avec l'éloignement, s'est produit une sorte de cristallisation : tout est oublié, tout est pardonné, tout est idéalisé. Il excuse par avance la défaite annoncée de la Macronie aux élections municipales, car ce scrutin est « marqué en général par la stabilité et par les ancrages locaux ». Il va même jusqu'à commenter avec bienveillance le recours éventuel au 49-3 pour faire adopter sans vote le projet de réforme des retraites, exprimant sa « confiance au Président, au Premier ministre et à la majorité pour faire le meilleur choix possible ».

Ne croyez pas qu'il fasse un appel du pied à Emmanuel Macron, au cas où la débâcle électorale lui imposerait un remaniement du gouvernement. Vous n'y êtes pas ! Il a tant de choses à apporter aux Français « par [son] expérience, [ses] prises de position, [ses] réflexions ou [ses] propositions » ! Et de citer, entre autres, « l'Europe, la lutte contre les populismes, l'engagement pour la démocratie, l'esprit républicain »... et même « la laïcité ». Il salue la stratégie de « reconquête républicaine » du chef de l'État, estime « juste » l'emploi du mot de « séparatisme ». Sur tous ces thèmes, il est prêt à faire office de boîte à outils, voire de chef de chantier, si on le sollicite. Quelle abnégation, quel esprit de sacrifice, quel souci de l'intérêt général !

Manuel Valls ne manque pas d'air, en se présentant ainsi comme un recours. Pas sûr que cela plaise aux Français... ni aux Espagnols. À vouloir courir plusieurs lièvres à la fois, notre ancien Premier ministre risque de rentrer bredouille et de se retrouver Gros-Jean comme devant !

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois