Ce samedi 28 novembre, de nombreux rassemblements et « marches des libertés » contre la proposition de loi « sécurité globale » se sont déroulés en France, à l’appel du collectif « Stop loi sécurité globale », composé de syndicats de journalistes, d’ONG de défense des droits de l’homme et d’associations : une forte mobilisation en particulier à Paris, Lyon, Bordeaux, Lille, Reims, Rouen, Toulouse ou Brest.

À Paris, la manifestation est partie de la place de la République, dans le calme. 46.000 personnes ont manifesté, selon le ministère de l’Intérieur. Mais la situation a dégénéré lorsque « des individus radicaux vêtus de noirs et cagoulés » (CNews) ont commencé à « provoquer les policiers ».

De violents incidents ont éclaté aux alentours de la place de la Bastille, où devaient se disperser les manifestants à 18 heures. Plusieurs magasins ont été dégradés par des activistes, ainsi que des agences bancaires et du mobilier urbain. Une brasserie a été incendiée, mais aussi une annexe de la Banque de France. Les pompiers ont dû intervenir.

>Des groupes s’en sont pris aux forces de l’ordre qui ont dû procéder à des charges et utiliser des gaz lacrymogènes, dans un contexte très tendu. « Suicidez-vous », « Tout le monde déteste la police », ont hurlé des manifestants aux policiers visés par des projectiles.

À 18 h 30, les tensions se poursuivaient et la situation se dégradait dans la confusion, place de la Bastille.

28 novembre 2020

À lire aussi

Paris : 200 migrants occupent une école

Éric Coquerel, député LFI, explique que « ces associations ne font qu’appliquer la loi de …