Deux cents maires PS ont demandé à Anne Hidalgo d’être candidate à la prochaine élection présidentielle. Les socialistes nous ont habitués, depuis longtemps, aux erreurs de casting. En 2007, les militants préfèrent à DSK, qui représentait une gauche moderne et sociale-démocrate. En 2012, sort vainqueur de la primaire, on a cru en cet ancien proche de Jacques Delors mais on a vite déchanté.

En 2017, c’est au tour de Benoît Hamon, « Monsieur 6 % », de gagner la primaire face à Manuel Valls, républicain authentique. En 2019, pour les élections européennes, le PS choisit Raphaël Glucksmann, un usurpateur qui n’a jamais été socialiste et dont la sincérité de son engagement européen reste à prouver. Et en 2021, pour les élections régionales, Audrey Pulvar est désignée pour conduire la liste PS en Île-de-France ; le fait que deux socialistes, Jean-Paul Huchon et Manuel Valls, soutiennent en dit long.

Et maintenant, voilà qu’on songe à Anne Hidalgo pour la présidentielle de 2022. Quand on voit comment notre capitale est gérée, on imagine facilement le désastre irréversible dans lequel Hidalgo plongerait la France, déjà si mal en point. Le bilan de à la présente quelques points positifs, quelques-uns seulement, mais on se demande ce qu’il y a de positif dans le premier mandat d’Anne Hidalgo à ce poste. Que reste-t-il de socialiste et de républicain, chez elle ? Quand on voit avec qui elle gouverne. On peut aussi se demander si les maires socialistes qui la sollicitent ont déjà pris le temps de visiter Paris de fond en comble. Et ce sont les mêmes qui vous diront que la réélection d’Hidalgo, en 2020, confirme la qualité de son action. Mais la réalité est qu’elle s’est débrouillé pour se faire réélire, c’est différent.

Hidalgo vient du courant Martine Aubry, le courant le plus nul du PS qui nous a aussi donné Benoît Hamon, François Lamy et Jean-Marc Germain, compagnon d’Hidalgo ; des bureaucrates, des apparatchiks insipides. Hidalgo est incapable de rassembler les Français, elle ne rassemble que son électorat. N’est pas Mitterrand qui veut, certes, mais on peut trouver mieux que l’actuel maire de Paris, comme par exemple Arnaud Montebourg, dont la candidature fraîchement déclarée ne doit pas plaire à Hidalgo. Dans un sens, il faut se réjouir des mauvais choix du Parti socialiste car, au moins, on est sûr de ne pas avoir cette gauche-là au pouvoir.

5 septembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 4 votes
Votre avis ?
10 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires