Magny-les-Hameaux : le maire refuse d’écouter les opposants à la future mosquée

Magny-les-Hameaux mosquée

Nouveau rebondissement dans l’affaire du « centre culturel et cultuel » musulman, une mosquée qui ne veut pas dire son nom, à Magny-les-Hameaux (78). À l’occasion d’une réunion d’information s’étant tenue dans la soirée du mardi 11 juin, le lieu d'implantation de ce futur édifice religieux a été dévoilé, comme le rapportent nos confrères d’Actu 78. La suspension de projet annoncée en début d’année n’est plus d’actualité. Au contraire, la mairie lui aurait permis de faire un grand pas en avant en proposant à l’association porteuse du projet, l’Association des musulmans de Magny-les-Hameaux (A2MH), l’un de ses terrains communaux.

Il se situe rue des Écoles-Jean-Baudin, juste devant le tennis club de la ville. Il devrait accueillir une mosquée de 250m² si le conseil municipal valide la cession, en septembre prochain. Bertrand Houillon, le maire Génération.s (mouvement fondé par Benoît Hamon), est ravi, A2HM aussi, les Magnycois un peu moins. Parmi les 240 habitants de la commune des Yvelines à avoir fait le déplacement jusqu’à la salle des festivités, ce mardi soir, certains ont fait part de leurs réticences.

Des habitants réticents

La crainte de voir une mosquée potentiellement rigoriste s’installer sur leurs terres était palpable. Un habitant de la commune a demandé aux membres de l’A2MH présents : « De quel courant, quelle mouvance êtes-vous ? » La réponse s’est voulue rassurante : « Nous représentons l’islam sunnite, un islam de l’ouverture. Nous sommes des musulmans français. » Cela n'a cependant pas convaincu tous les Magnycois. D’autant moins que Pierre-Louis Brière, qui a créé le comité de citoyens de Magny-les-Hameaux dans le but de « préserver Magny et son identité pour que [la] commune soit un lieu dans lequel il fait bon vivre », a peut-être levé un lièvre. Il a fait remarquer qu’il pourrait y avoir des liens entre l'association musulmane de Magny-les-Hameaux et Mourad Dali, ex-président du Collectif des associations musulmanes de Saint-Quentin-en-Yvelines et identifié par les services du renseignement comme une figure du « néo-salafisme » – mouvance « hybride entre les Frères musulmans, les salafistes et la République », comme le rapportent nos confrères de La Croix.

Preuve, également, que les Magnycois ne sont pas particulièrement enchantés par le projet, l’un d'entre eux a émis l’idée qu’un référendum local puisse être organisé pour le valider, ou non, de manière démocratique. Les instances municipales ont coupé court : « Quand un lieu cultuel se construit, c’est lui qui décide de son implantation suivant les besoins de sa communauté religieuse. Ce n’est donc pas au public de décider. » La mairie ne prendra pas le risque d’essuyer un refus de la population sur un projet qui lui tient tant à cœur et pour lequel elle œuvre depuis plusieurs années.

Un maire tout-puissant ?

De manière générale, les méthodes employées pour convaincre les locaux des bienfaits de ce projet, ou tout au moins pour les inciter de ne pas s’y opposer, interrogent. En janvier dernier, BV rapportait que Pierre-Louis Brière avait reçu des menaces de mort et avait dû quitter son domicile avec sa famille après avoir questionné la municipalité sur la future mosquée. Le maire ne s’en était pas ému, bien au contraire. Dans un tract, il avait insinué que le collectif mené par Pierre-Louis Brière était à l’origine d’« un déferlement de propos haineux et xénophobes ». Il en était, en réalité, plutôt la cible. Il n’en a cure : le mardi 11 juin dernier, le maire a, une nouvelle fois, pointé du doigt les réfractaires auteurs de « tentatives de division tentées… [sic] » Celui qui prône le « vivre ensemble, dans toute sa diversité », a visiblement du mal avec la diversité des opinions.

Vos commentaires

38 commentaires

  1. Vu l’importance de la surface de l’édifice, il semble que ses administrés sont probablement majoritairement musulmans. Considérant que cette mosquée serait nouvelle, il est à prévoir une augmentation significative d’immigrés. De là à préparer le grand remplacement, il n’y a qu’un pas. Il est à supposer la participation financière conséquente du Qatar, de l’Arabie Saoudite et de la mairie, donc également des administrés qui sont contre. Cela s’appelle la nouvelle démocratie ! Les croyants y apporteront leur obole. Ensuite ces derniers iront pleurer au resto du cœur et autre aide sociale, autrement dit se servir dans la poche des contribuables ! J’ajoute que ce maire prend le risque d’ouvrir la porte à des prédicateurs qui tirent à boulets rouges sur la France d’aujourd’hui, Quelle mentalité déshonorante pour notre pays !
    Victorine31

  2. Après deux tentatives vaines suite aux actions des riverains, dont la première avec un permis de construire en cours d’instruction qui a été in fine refusé, le Maire ne lâche pas son électorat et leur fait un cadeau royal. Le prix du terrain dans la commune avoisine les 500€/m2. Les domaines vont estimer la parcelle communale bien en dessous de ce niveau. Pas de cadeau a dit le Maire…
    Le lotissement et la vente de la parcelle sont déjà inscrits à l’ordre du jour du prochain conseil municipal du 24 juin !
    Un scandale habituel dans une municipalité d’extrême gauche.

  3. Pour moi ce monsieur n’est pas digne d’être un maire de la république française. Si il fait cela pour avoir des voix des musulmans afin qu’il ai son postérieur dans le fauteuil de Maire, c’est petit de sa part ou alors il en a peur et cela est beaucoup plus grave

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois