Magny-les-Hameaux : les opposants obtiennent la suspension du projet de mosquée

pierre louis briere

« Si c’est flou, c’est qu’il y a un loup. » Pour avoir simplement demandé des informations sur le projet de mosquée - ou « lieu de pratique cultuelle et culturelle », comme le définit la mairie, qui doit prochainement voir le jour à Magny-les-Hameaux (Yvelines) -, Pierre-Louis Brière, riverain, a reçu des menaces de mort. Pire : avec sa famille, dont deux enfants en bas âge, il a dû fuir son domicile au début du mois de décembre. Aujourd’hui, si les menaces de mort ont cessé, le trentenaire redoute de retourner vivre à Magny-les-Hameaux. « Il y a des signaux qui existent encore comme des dégradations sur notre boîte aux lettres. Il y a un climat d’hostilité », confie-t-il au micro de CNews, ce 4 janvier.

Près d’un mois après qu'il a quitté son domicile, ce jeune père de famille reste sans réponse. Par la lecture d’un article du Journal du dimanche paru ce 3 janvier, il a appris que le projet aurait été suspendu par l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, propriétaire du terrain concerné. « Les conditions de sécurité quant à l’emplacement du projet ne sont pas remplies », rapporte une source qui pointe du doigt « les risques » que représenterait le stationnement des voitures pour les piétons. Une autre source ajoute : « La situation est trop tendue pour qu’une décision soit prise. »

Invité de la matinale de CNews, Pierre-Louis Brière indique prendre acte de l’information du JDD. Pour autant, il assure ne pas avoir été informé d’une telle suspension, et ce, alors même qu’il travaille au sein de l’agglomération. « L’agglomération est vraiment vigilante sur ce dossier. Mais elle n’a pas plus d’information que moi sur le sujet », précise-t-il. Preuve, encore, de l’opacité qui entoure ce projet de mosquée sur lequel l’opposition municipale n’a pas été consultée…

Menaces, insultes et intimidations

Comme BV le relatait au mois de décembre, la vie de Pierre-Louis Brière et de sa famille bascule lorsqu’il apprend qu’une mosquée doit bientôt voir le jour dans sa commune. Il découvre que la ville s’est portée acquéreur d’un terrain pour installer un lieu « d’apprentissage de l’arabe et de pratique du culte musulman », explique sommairement l’Association des musulmans de Magny-les-Hameaux (A2MH), en charge de ce projet. Ne disposant d’aucune autre information à ce sujet, il décide d’interroger le maire, un élu encarté à Génération.s, le parti de Benoît Hamon. Mais il se heurte à un mur de silence. Finalement, Benoit Houillon, maire de la commune depuis 2020, explique sur Facebook qu’il ne s’agit pas d’une mosquée mais d’un « lieu culturel et cultuel ».

Une réponse qui ne satisfait pas Pierre-Louis, proche d’Othman Nasrou (LR), qui décide d’alerter ses voisins. Via un tract qu’il distribue, il demande à l’édile des explications précises (réalité, nécessité…). Avec le Comité de citoyens de Magny-les-Hameaux qu’il crée, il réitère sa demande d’éclaircissements sur Facebook. S’ensuit un déferlement de commentaires indignés et haineux. « Nous, les Maghrébins et Noirs, sommes ceux qui détenons le pouvoir », « Vous pouvez chialler (sic), on va vous remplacer »… peut-on lire sous l’une des publications du comité.

Puis, sur le groupe WhatsApp du même comité, plusieurs personnes malveillantes réussissent à se procurer le numéro de Pierre-Louis. «>Les appels masqués ont commencé, ils se terminaient tous par des menaces de mort telles que "On va tous vous massacrer un par un"... », confiait-il à BV, en décembre. Inquiet pour sa sécurité, il porte plainte et quitte son domicile familial en pleine nuit.

Le maire aurait pu s'émouvoir de la situation. Mais, loin d’apporter son soutien à Pierre-Louis, Benoit Houillon publie un tract dans lequel il regrette « un déferlement de propos haineux et xénophobes » et une affaire « orchestrée par une opposition très politique ». Le 18 décembre, soit trois jours après cette déclaration, l’opposition réclame des explications lors d’un conseil municipal houleux. L’édile se contente d’appeler à « l’apaisement » sans regretter ses propos ou détailler le projet de mosquée. Deux semaines plus tard, le flou demeure donc encore…

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Une chose m’étonne un peu. Comment un.maire d’extrême gauche a-t-il pu se faire élire dans la Vallée de Chevreuse ? Je savais les bobos idiots, mais pas au point de préférer Hamon à En Marche ou EELV…Après ils s’étonnent. Quelqu’un a une explication ?

    • Je viens de m’inscrire pour vous répondre.
      La réponse se trouve dans le lien ci-dessous :
      Bertrand Houillon (qui se dit divers gauche mais en réalité Générations et soutien LFI) a été élu en 2020 avec 1922 voix pour 6780 inscrits avec seulement 41.55 % d’exprimés.
      Il a donc été élu avec 1922 / 6780 = 28,35 % des inscrits.
      Pourquoi ? nous étions en plein Covid.
      En 2020 il avait fait le forcing sur la clientèle écolo.
      Pour 2026, il fait le forcing sur la clientèle islamiste en suivant LFI.
      A titre d’exemple, la loi Allur impose un quota de 25% de logements sociaux, soir 1 logement sur 4.
      A Magny les Hameaux, c’est 34% soit 1 logement sur 3 et la quasi-totalité des logements sociaux vacants est attribué à des personnes originaires d’Afrique du Nord ou Afrique venant de Trappes ou Guyancourt.

  2. Le bon circuit de l’info alternative, d’abord le site Fdesouche, puis Boulevard Voltaire. Depuis qu’il y a CNEWS, les « autorités » passent en mode panique. D’où la haine assumée de la gauche envers l’info alternative dans une chaîne mainstream…Et heureusement pour ce jeune homme courageux. Problème, la mosquée sera construite en un.lieu comptant moins de gens susceptibles de faire des vagues….
    .

  3. Cette triste affaire qui nous démontre qu’en prenant le risque (lourd) de s’exprimer il est possible de faire bouger les lignes.
    Soutiens à ce vaillant Pierre-Louis et espérons qu’il pourra reprendre le cours de sa vie.
    Peut-être recevra t’il des excuses d’un maire à priori hostile.

  4. Un Maire qui décide en catimini de faire construire une mosquée dans la ville dont il a été élu doit s’attendre à être renvoyé à ses études à la prochaine élection , simplement parce qu’il a décidé quelque chose sans le faire au grand jour ,
    Cela ressemble trop à de la carambouille .

  5.  » Nous détenons le pouvoir, nous allons vous remplacer »…C’est vrai en maints endroits de « l’ Hexagone », que les chroniqueurs n’appellent déjà plus la France. Les pourrisseurs de gauche et lâches de droite sont à l’origine de la terrible catastrophe qui nous menace et que nous aurons méritée par notre laxisme! Si les errements de nos « élites » dirigeantes persistent, aurons-nous un jour, nous aussi, le choix entre « la valise ou le cercueil »???

    • ils ont gangréné l’Education Nationale par leur agréssivité et intimidations , avec meutres d’enseignants , que maintenant ils inscrivent leurs enfants dans l’Enseignement Catholique Privé ou déjà qques cas de désobeissance se font entendre ! il faut les refuser et arreter cette invasion mais comment faire ???

  6. Vraiment que des Pourris dans ce village, encore des coups de fusil et égorgements en perspective? Cette fois la France est conquise, agenou près à prier Musulman.

  7. Si il y a bien en l’occurrence un responsable de ce climat délétère, c’est bien le Maire lui-même. Je ne vois pas pourquoi un projet de construction d’une mosquée – terme déguisé en « lieu cultuel et culturel » – doit être proposé en catimini, sinon parce que craignant à l’avance les questions bien légitime de ses concitoyens. Il est normal de laisser la population de religion musulmane avoir un lieu de culte approprié, dans les limites légales, qui sont bien définies; et la mairie se doit d’en être le garant, et non pas pas d’en faire une affaire politique.
    Si, en tant que Maire, je réponds aux besoins judiciaires par la construction d’un établissement pénitentiaire sur ma commune, je ne vais pas brouiller l’information auprès de mes administrés en appelant le projet « lieu de rassemblement à caractère social sous contrôle », non?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois