Editoriaux - Politique - 22 août 2019

Macron : le nouveau discours de la méthode

« L’ambition transformatrice » du président de la République, selon Gilles Le Gendre, est intacte et prête à se développer dans les mois qui viennent. Entre retraites, impôts, bioéthique et écologie, le chantier, de fait, est annoncé multiple et important.

En même temps que nul renoncement à « changer profondément la France » n’est à l’ordre du jour, Emmanuel Macron transmet le message aux Français qu’il va user, dans sa pratique du pouvoir, et pour servir sa volonté réformatrice, d’une autre méthode. Car il aurait tiré des enseignements des deux premières années de son mandat présidentiel.

On peut considérer que, malgré son intelligence brillante et son sens tactique, après une première année globalement réussie avec deux réformes capitales votées sans frémir, il s’est abandonné ensuite à des dérives aussi bien personnelles que politiques qui, à l’évidence, ont fait douter de lui.

Le favoritisme concernant Philippe Besson, l’interminable et délétère affaire Benalla, ses maladresses et sa condescendance au moins initiales dans l’appréhension de la crise pourtant si éclairante des gilets jaunes avant que ceux-ci ne lui offrent l’occasion salvatrice du grand débat national, ses saillies spontanées désobligeantes à chaque fois pour les Français, et contre le danger et l’impudence desquelles son épouse – un pouvoir à deux, lui dans la lumière, elle dans l’ombre (JDD) – l’a mis en garde, ses échecs européens, les limites d’une diplomatie de l’empathie ici et d’une brutalité antipopuliste là : autant de carences, de dysfonctionnements, de transgressions sur lesquels il fallait, en effet, réfléchir pour dorénavant les prévenir.

Il ne faut pas oublier, non plus, que ce changement de méthode dont on perçoit bien la nature – plus d’urbanité et d’écoute démocratiques, moins d’arrogance, moins de « régalien » et plus de « républicain », une manière habile de satisfaire les citoyens tout en respectant son désir de rénovation, un investissement durable dans la forme et les modalités – ne sera pas mis en œuvre dans un milieu protégé, dans un climat serein. Même si je récuse la tentation pour le futur de « Levez-vous, orages désirés », il est possible que la rentrée, sur les plans politique et social, ne soit pas de tout repos.

Plus profondément, un pouvoir qui décide d’aborder autrement les moyens de son action et de s’inventer d’autres outils sera forcément confronté à cette alternative qui ne cesse de pourrir notre vie démocratique : réformer à la hussarde ou accepter de tomber dans un immobilisme – chiraquien ou autre – baptisé sagesse. Le risque d’une pratique présidentielle et gouvernementale trop dure, trop peu consensuelle, ou molle au point de n’avoir pour ambition que de créer des consensus artificiels. On avance à bride abattue ou on remplace la politique par la morale. On sert la France ou on se fait applaudir.

En ce qui concerne la première branche de l’alternative, la France a connu peu de traitements « à la hussarde ». Je songe aux deux premières années du premier mandat de François Mitterrand, au début du mandat de Nicolas Sarkozy et – j’y reviens – à la première année d’Emmanuel Macron. Avec lui, cela a été du « hussard soyeux » mais efficace, avec Mitterrand, du hussard idéologique mais vite dans l’impasse, avec Sarkozy, du hussard énergique, voire brutal mais trop vite attiédi et entravé par la crise.

Cette approche que l’Histoire permet de relever n’est pas contradictoire avec une « ambition transformatrice », mais la difficulté sera de ne pas dénaturer celle-ci en adoptant une autre méthode. Au fond, comment entreprendre et concrétiser « à la hussarde » quand on aspire à caresser les Français dans le sens du poil, à les faire participer à l’élaboration des projets à venir, à recueillir leur avis et leur assentiment ? N’est-il pas inconcevable de prétendre sauvegarder le fond politique en modifiant la forme démocratique ? Ou ce changement ne serait que pure façade, simulacre et on feindrait d’écouter, pour la frime, sans s’arrêter un seul instant aux oppositions ?

Double danger, donc, pour le Président avec ce nouveau discours de la méthode. Ou « l’ambition transformatrice » serait réduite à la portion congrue ou une terrible déception naîtrait de l’illusion d’une relation différente avec les Français.

Je ne doute pas qu’Emmanuel Macron, avec 2022 en ligne de mire – et, pour l’instant, personne ne lui bouche cet horizon -, s’efforcera de combler ses inconditionnels, de faire taire les critiques, les sceptiques et de s’accommoder des irréductibles.

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Et si on dispensait Jean-Luc Mélenchon de peine ?

Jean-Luc Mélenchon confond volontiers justice et politique au point de faire passer les in…